à la ligne, feuillets d'usine Joseph Ponthus l'avait écrit en intérim, pour tenir le coup en usine, en intérim, pour se souvenir de ce qu'il endurait. Il l'écrivit quotidiennement au retour de chaque journée de travail, malgré la fatigue, malgré tout. à la ligne, feuillets d'usine a tout du souvenir qui nous tient, souvenir immédiat de la journée passée, souvenir de souvenirs littéraires, souvenirs à venir. à la ligne.
Cher Joseph Ponthus, par ce livre unique, on se souviendra de vous.

"La première fois que j’ai entendu parler de Thomassin, c’était par une directrice de casting avec qui il avait travaillé à ses débuts d’acteur. Elle m’avait montré quelques-unes des lettres qu’il lui avait envoyées de prison. Quand il a été libéré, je suis allée le voir chez lui à Rochefort, à Foix chez son frère, sur le bassin d’Arcachon chez sa grand-mère. Routard immobile, Thomassin n’aime pas bouger hors de ses bases. Il faut se déplacer. Je voulais en savoir plus sur lui, je le lui avais dit, en précisant que je n’écrivais pas sa biographie, mais un livre sur l’assassinat d’une femme dans un village de montagne, affaire dans laquelle il était impliqué. Mon travail consistait à le rencontrer, lui comme tous ceux qui accepteraient de me voir. Ses réponses à mes questions se perdaient dans le vide. Il répétait : « On en parlera quand tout sera fini… »
À la direction centrale de la police judiciaire, à Nanterre, un gradé m’écoute raconter. « On fera le procès-verbal ensuite. » Après des années de reportage sur ce crime, j’ai été convoquée. Je n’ose pas ajouter « à mon tour », mais c’est pourtant mon impression. Le dossier, que la justice croyait bientôt bouclé, vient de basculer sur un mystère." L'inconnu de la poste, Florence Aubenas, L'Olivier.

La Grande Librairie, Mercredi 11 janvier .
François Busnel invitait Camille Kouchner pour son livre La familia grande.
Voici un extrait en début de leur échange sur la question qu'il pose à l'autrice sur le besoin d'écrire.
CK : J'ai lu un livre formidable qui s'appelle La fabrique des pervers, qu'a écrit Sophie Chauveau et cela a changé ma vie.
FB : Un livre qui permet à un moment que vous écriviez;
CK : C'est le chemin. Je ne suis pas du tout la même après avoir écrit ça.

On a couru vers la mer. On a joué aux dauphins, nous faufilant l’une derrière l’autre, dans une espèce de danse qui nous conduisait à glisser nos têtes entre les jambes de l’autre, à nous toucher dos à dos, à frotter nos poitrines, à plonger et à remonter à la surface pour respirer ; nous n’étions plus des poissons. Mais à peine avais-je aspiré l’air que ma mère appuyait ma tête sous l’eau pour continuer le jeu. Je voulais être à la hauteur et ne pas me plaindre. Il y avait du défi dans l’air et je le relevais.

Une liseuse nouvelle génération pour un confort de lecture optimal.
Dotée d'un écran haute définition de 300 dpi, la DIVA HD vous offre une qualité de lecture idéale avec son éclairage modulable qui réduit l'exposition à la lumière bleue. Elle vous promet des semaines d'autonomie, une capacité de stockage de livres excep­tionnelle et une lecture sans reflet. Servie par une nouvelle interface rapide et instinctive, vous plongerez sans attendre vers vos meil­leures lectures. Un plus : Les couvertures déclenchent l'éveil ou la mise en veille instantanés de votre liseuse. La liseuse DIVA est compatible avec la protection social LCP que nous vous recommandons. 
Notre conseil : dès l'achat investissez sur une couverture. 

La cuisinière Ajouter au panier

La cuisinière

  • ebook (ePub) 12.99 € 4.99 €
empty