Poteaux d'angle

À propos

S'est-il jamais senti de ce monde ? A-t-il jamais perçu une appartenance, une parenté, une filiation ? Henri Michaux semble être né par mégarde et l'existence lui fut souvent à charge. Entre lui et les choses, entre lui et les êtres : un abîme. Un abîme qui déborde d'un bric-à-brac de peurs, de sursauts, de cris, de hantises, de rires cruels, de scalps, d'insomnies. Henri Michaux est singulier parce qu'il est radicalement seul, abandonné, retranché, exclu. Abandonné volontaire, retranché volontaire, exclu volontaire. S'il ne fuit pas systématiquement les autres, s'il se trouve des compagnies, il a en lui ce surcroît de lucidité ou d'alarme qui maintient la distance, ce tranchant de l'intelligence qui coupe jusqu'à l'air du temps. Aussi, quand il aborde un genre littéraire a priori peu fait pour lui, celui très noble des 'Pensées', il s'emploie à le détourner, le dévoyer, le mettre en péril et en perdition. Les Poteaux d'angle d'Henri Michaux apparaissent comme les plus égarants et les plus réjouissants poteaux indicateurs jamais offerts au balisage de la raison, de la conscience et de nos comportements grégaires. Ce sont des aphorismes pour vivre à l'écart, des préceptes pour ne pas se laisser faire, des réflexions à contre-norme, des conseils qui n'ont pas de conseils à vous donner.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782072667176

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    96 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    133 Ko

  • Distributeur

    Gallimard

Henri Michaux

Henri Michaux, né en 1899 à Namur, est un écrivain et peintre français d'origine belge. Après une scolarité chez les Jésuites, il abandonne ses études de médecine pour mener une brève vie de marin. Dès 1922, il se consacre pleinement à l'écriture, publie son premier texte, Cas de folie circulaire, et collabore activement à la revue d'avantgarde Le disque VERT. Il s'installe ensuite à Paris où il se lie avec Jules Supervielle et écrit ses premiers recueils notables, parmi lesquels Qui je fus (1927) et Mes Propriétés (1929). Il s'adonne à la peinture, activité qui prendra une importance grandissante au fil des ans, et voyage notamment en Amérique du Sud, en Asie, et en Espagne où il fait la rencontre de Salvador Dalì et André Masson. Ces voyages sont la matière d'Ecuador (1929) et d'Un Barbare en Asie (1933). Michaux fait sur le tard l'expérience de la mescaline et du LSD, qu'il intègre à son processus littéraire dans Misérable Miracle (1956) ou Connaissance par les gouffres (1961). Son oeuvre est un objet singulier dans la littérature du XXème siècle. Elle traverse les styles et les genres sans jamais se sédimenter, mêlant avec une agilité incomparable profondeur, absurde, intériorité et férocité dans une exploration souvent joyeuse de « l'espace du dedans ». Henri Michaux est mort d'un infarctus en 1984.

empty