Le mariage de Figaro

À propos

Figaro
"Forcé de parcourir la route où je suis entré sans le savoir, comme j'en sortirai sans le vouloir, je l'ai jonchée d'autant de fleurs que ma gaieté me l'a permis ; encore je dis ma gaieté, sans savoir si elle est à moi plus que le reste, ni même quel est ce Moi dont je m'occupe : un assemblage informe de parties inconnues ; puis un chétif être imbécile ; un petit animal folâtre ; un jeune homme ardent au plaisir, ayant tous les goûts pour jouir, faisant tous les métiers pour vivre ; maître ici, valet là, selon qu'il plaît à la fortune! ambitieux par vanité, laborieux par nécessité ; mais paresseux... avec délices ! orateur selon le danger ; poète par délassement ; musicien par occasion ; amoureux par folles bouffées ; j'ai tout vu, tout fait, tout usé." (Acte V, scène III)

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • Auteur(s)

    Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

  • Éditeur

    Gallimard

  • Date de parution

    07/05/2021

  • Collection

    Folio classique

  • EAN

    9782072674662

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    272 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    522 Ko

  • Distributeur

    Gallimard

  • Diffuseur

    Gallimard

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

  • Ref catalogue

    /ean/9782072674662

Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

Pierre Augustin Caron (Paris, 1732-1799) a eu une existence pour le moins mouvementé, tour à tour apprenti horloger, contrôleur de la Maison du Roi, professeur de musique, espion, dramaturge... Après son premier mariage, il deviendra Pierre Augustin Caron de Beaumarchais, d'après le nom d'une terre que possédait sa femme. Malgré son ascension sociale il ne sera jamais véritablement accepté en tant que noble. Il a légué à la postérité deux chefs-d'œuvre théâtraux, le Barbier de Séville (1775) et Le Mariage de Figaro (1778), commandé par la Cour et la ville. Le Mariage de Figaro ne sera joué qu'en 1784, le Roi jugeant sa représentation (finalement triomphale) dangereuse. Ces deux pièces majeures du répertoire français connurent un écho particulier par l'entremise de Mozart et de Rossini.

empty