Huis clos ; pièce en un acte

À propos

Un publiciste adultère fusillé pour avoir déserté, une jeune bourgeoise qui a noyé son enfant et poussé son amant au suicide, une employée des postes lesbienne qui a peut-être une mort sur la conscience : les trois se retrouvent en Enfer. Contrairement à ce qu'ils croyaient, l'Enfer n'est pas une chambre de torture mais un salon Second Empire où ils vont - éternellement - s'épier, se provoquer, tenter de se séduire et surtout se déchirer. On l'aura compris : « L'Enfer, c'est les Autres. » Créé en 1944, Huis clos illustre une réflexion philosophique menée par Sartre un an plus tôt dans L'Être et le Néant, en particulier sur le « regard de l'autre » qui me constitue en « esclave » vis-à-vis de lui. À ce titre, la pièce s'inscrit dans la tradition, vivace jusqu'après la guerre, du « théâtre d'idées ». Mais, en interrogeant le sens même de l'existence par des dialogues de tous les jours, dans un décor bourgeois qui figure un univers irréel, elle annonce aussi le « théâtre de l'absurde » qui triomphera dans les années 1950. Comédie de boulevard à portée métaphysique, elle doit à cette vocation paradoxale d'être aujourd'hui encore, en France et à l'étranger, l'un des plus grands succès du théâtre français contemporain.

Rayons : Littérature générale > Théâtre

  • EAN

    9782072790430

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    192 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    1 812 Ko

  • Distributeur

    Gallimard

  • Diffuseur

    Gallimard

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Jean-Paul Sartre

1905-1980
Jean-Paul Sartre est orphelin de père à deux ans et grandit à Paris, dans un milieu bougeois et intellectuel. Elève de l'Ecole Normale Supérieure, il est reçu à l'agrégation de philosophie en 1929. Il sera pensionnaire pendant un an à l'Institut français de Berlin où il complète son initiation à la phénoménologie de Husserl. De 1936 à 1939, il enseigne au Havre, à Laon et à Paris. Mobilisé à Nancy, il sera fait prisonnier, puis libéré en 42. En pleine occupation, il réussit à faire jouer Les Mouches (1943).
Suit une période très créative où Sartre voyage aux Etats-Unis d'où il écrit des articles retentissants. Il publie L'Etre et le Néant et sa trilologie, Les Chemins de la Liberté. Il devient alors le chef de file d'une nouvelle gauche. En 1945, il crée la revue des Temps Modernes. Après avoir suivi la ligne du parti communiste, il blâme en 1956 la répression du soulèvement hongrois et en 1968, l'intervention soviétique en Tchécoslovaquie. Pendant la guerre d'Algérie, il prend résolument parti pour le F.N.L. Non-conformiste sans concession, il refuse le prix Nobel en 1964.
En avril 1980, vingt mille personnes suivront sa dépouile jusqu'au cimetière de Montparnasse. Et depuis?
"Nous n'avons plus de contemporain capital, de philosophe vers qui nous tourner, d'écrivain qui prenait parti, sans embages. Nous souffrons d'un manque de réponses, mais plus encore, peut-être, d'un manque de questions. Le piédestal sur lequel se dressait la statue du petit homme est bien vide." J.J Brochier, dans Le Magazine littéraire, 1996 (Hors série)
Bien au-dessus des querelles byzantines, philosophiques ou politiques, Sartre reste celui qui enseigne l'authenticité et la responsabilité. Philosophe de la liberté, il s'inscrit, n'en déplaise à certains, au panthéon des humanistes.

empty