Le village des "cannibales"

À propos

Août 1870. À Hautefaye, petit village du Périgord, un jeune noble accusé d'avoir crié "Vive la République !" est supplicié puis brûlé par des villageois. Février 1871. Le journaliste républicain Charles Ponsac met en évidence ce qui constitue le drame en objet historique : "Jamais, écrit-il, dans les annales du crime, on ne rencontra un meurtre aussi épouvantable. Le crime d'Hautefaye est un crime en quelque sorte tout politique."
Dans ce livre qui a fait date pour l'originalité de son parti pris méthodologique, Alain Corbin enquête sur ce meurtre épouvantable né de la fureur paysanne. Il reconstitue le climat politique de 1870 et montre comment la simplicité des représentations politiques, le flot des rumeurs, la hantise du retour de l'ordre ancien et des calamités passées amènent une population rurale à recourir à une telle cruauté.Un récit magistral.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire


  • Auteur(s)

    Alain Corbin

  • Éditeur

    Flammarion

  • Distributeur

    Flammarion

  • Date de parution

    16/03/2016

  • Collection

    Champs

  • EAN

    9782081387560

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    215 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    1 054 Ko

  • Diffuseur

    Flammarion

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (pdf)

  • Version ePub

Aucune information sur l'accessibilité n'est disponible

Alain Corbin

Alain Corbin, souvent qualifié d'« historien du sensible », est l'auteur d'une oeuvre abondante sur le XIXe siècle, dont l'essentiel a été publié en Champs. Parmi ses nombreux ouvrages, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot, Le Village des cannibales, Le Miasme et la jonquille, L'Harmonie des plaisirs (Perrin, 2008, Champs, 2010). Il a dirigé le volume 2 de l'Histoire du corps parue au Seuil en 2005, et 1515 et les grandes dates de l'histoire de France (Seuil, 2009).

empty