Les os, les cendres et l'Etat

À propos

Qui aujourd'hui se préoccupe des os et des cendres des personnes décédées? Personne, est-on tenté de répondre tant on répète à l'envi que notre société individualiste vit dans le déni de la mort. Et pourtant, l'enquête sociologique d'Arnaud Esquerre révèle à l'inverse que l'Etat ne s'est jamais autant soucié des morts. Depuis que le contrôle de l'Eglise sur les restes humains a perdu de sa vigueur, la puissance publique a commencé à s'intéresser aux os et aux cendres. Face aux bouleversements des trente dernières années (essor de la crémation, développement des preuves par l'ADN, demandes de restitution des têtes maories, etc.), l'Etat déploie une nouvelle politique : interdire que les morts, même réduits en cendres, séjournent ailleurs que dans l'espace public, empêcher ou limiter l'exposition de restes humains, même s'ils sont considérés comme des oeuvres d'art, distinguer les morts "nationaux" appelés à rester sur le territoire et les autres, instituer la notion de profanation, largement punie. Derrière ces changements majeurs des relations entre les os, les cendres et l'Etat se joue une nouvelle politique de la mort, méconnue et passionnante.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Sociologie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la sociologie

  • EAN

    9782213664194

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    336 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    584 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

Arnaud Esquerre

Arnaud Esquerre est sociologue, chargé de recherche au CNRS. Il est l'auteur de La manipulation mentale. Sociologie des sectes en France (2009), Les os, les cendres et l'État (2011), Prédire. L'astrologie au xxie siècle en France (2013), aux éditions Fayard, et, avec Luc Boltanski, de Vers l'extrême. Extension des domaines de la droite (2014).

empty