Le congrès

À propos

Esiècle, lors de la construction du château de Versailles, un événement extraordinaire précipite la ruine d'une puissante famille de bâtisseurs : le procès public en impuissance qu'elle intente à l'un de ses membres.0300Dans une pièce réquisitionnée pour l´occasion, prêtres et hauts dignitaires de l´Église, représentants du corps judiciaire, ainsi que médecins et matrones entourent un grand lit. Plus loin, courtisans et bourgeois de qualité se pavanent en ricanant. C´est que le procès qui se tient là, en cette année 1685 à Versailles, n´a rien de banal : il s´agit d´un congrès, épreuve durant laquelle un mari, accusé d´impuissance, est sommé d´honorer publiquement son épouse, une union non consommée étant une offense aux saints sacrements du mariage.Cette mascarade épouvantable, sanctifiée par l´Église et reconnue par la Justice, est l´oeuvre de la famille Vallade, soucieuse de s´approprier les marchés de la construction de Versailles qui, de droit, reviennent au jeune époux allongé nu sur le lit. Il appartient au clan des Maîtres des Bâtiments du Roi et est l´héritier de charges qui rapportent fortune et puissance. Pour lui voler cet héritage, les Vallade n´ont pas hésité à le discréditer par ce procès en impuissance.Jehane, sa jeune femme, est protestante, ce qui accroît la bienveillance de l´Église pour les Vallade : en cette époque précédant de peu la révocation de l´édit de Nantes, la chasse aux protestants est un jeu auquel les fanatiques catholiques s´adonnent avec férocité.Ainsi, Jehane et son mari, acculés par la rapacité des uns et la haine religieuse des autres, se trouvent-ils contraints à ce double viol public de leurs corps et de leur intimité : « dresser, pénétrer, mouiller », telle est l´injonction à laquelle ils doivent répondre pour sauver leur mariage et leur honneur. Mais le désir peut-il se glisser dans une telle parodie de l´acte de chair ?0300Le procès qui se tient là, dans cette sordide étuve peuplée de prêtres, médecins, matrones et courtisans en mal de spectacle, en cette année 1685 à Versailles, n´a rien de banal : il s´agit d´un congrès, épreuve durant laquelle un mari, accusé d´impuissance, est sommé d´honorer publiquement son épouse. Parce qu´elle est protestante, Jehane est poursuivie par la vindicte de sa belle-famille. Parce qu´il est héritier de charges lucratives, son mari doit disparaître au profit de son neveu. La machination démoniaque conçue par Louise de Vallade pour se débarrasser de sa belle-soeur et de son beau-frère aboutit à cette scène contre nature : un homme et une femme, nus, contraints de « dresser, mouiller, pénétrer» devant une foule goguenarde. Le désir peut-il se glisser dans une telle parodie de l´acte d´amour ? Comment survit-on à une telle épreuve ? S´appuyant sur des faits historiques, Jean-Guy Soumy traite avec une grande subtilité ce sujet extrême, d´une force extraordinaire.Le procès qui se tient là, dans cette sordide étuve peuplée de prêtres, médecins, matrones et courtisans en mal de spectacle, en cette année 1685 à Versailles, n´a rien de banal : il s´agit d´un congrès, épreuve durant laquelle un mari, accusé d´impuissance, est sommé d´honorer publiquement son épouse. Parce qu´elle est protestante, Jehane est poursuivie par la vindicte de sa belle-famille. Parce qu´il est héritier de charges lucratives, son mari doit disparaître au profit de son neveu. La machination démoniaque conçue par Louise de Vallade pour se débarrasser de sa belle-soeur et de son beau-frère aboutit à cette scène contre nature : un homme et une femme, nus, contraints de « dresser, mouiller, pénétrer» devant une foule goguenarde. Le désir peut-il se glisser dans une telle parodie de l´acte d´amour ? Comment survit-on à une telle épreuve ? S´appuyant sur des faits historiques, Jean-Guy Soumy traite avec une grande subtilité ce sujet extrême, d´une force extraordinaire.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782221121528

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    191 Pages

  • Poids

    951 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Editis

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Jean-Guy Soumy

Jean-Guy Soumy est limousin, né en 1952. Il a suivi des études de physique et de mathématiques à l'université de Limoges, et est actuellement professeur de mathématiques à l'Institut universitaire de formation des maîtres du Limousin. Il a acquis avec la trilogie des " Moissons délaissées " (1992), " Les Fruits de la ville " (1993) et " Le Bouquet de la Saint-Jean " (1995), tout à la fois la notoriété et l'amitié de la bande de Brive.

empty