Casino des brumes

À propos

Une ville imaginaire, entourée de volcans et qui, dans son histoire, a toujours été le théâtre de prodiges et de sortilèges. Cette ville est gouvernée par un célèbre et merveilleux pianiste, René de Mirmont. Mais un jour, pour des raisons mystérieuses, terribles, celui-ci devient incapable de jouer de sa main droite. Artiste déchu, il entraîne alors dans sa propre malédiction, dans la décadence et la stérilité de ses habitants la ville dont il a la charge ; tandis que sur elle et sur le Casino où naguère René avait trouvé la gloire s'abat une brume dense qui ne cesse jamais. Un homme, un inconnu, un étranger venu du Nord, réussira-t-il à laver René de Mirmont de sa malédiction, à travers le miraculeux amour qu'il portera à sa fille Diane ? Et à provoquer la définitive Renaissance de la ville, en découvrant une source, signe de pureté et de fécondité ? Ou bien cette cité singulière ne peut-elle échapper à son destin, celui d'un éternel retour qui, d'âge en âge, la plonge dans le malheur ou l'élève à la gloire ? Aux franges d'un fantastique qui paraît naturel et envoûtant à la fois, ce roman retrouve la tradition romantique du thème de la fatalité. Romantique aussi, le Casino, opéra fabuleux théâtre d'ombres et de lumières où la ville et ses maîtres jouent une sorte de psychodrame perpétuel pour tenter d'échapper aux maléfices qui les accablent. Enfin ce livre wagnérien, qui puise avec force dans l'universalité des mythes et des légendes, est aussi le roman ardent et grave de l'amour, illuminé par les tendres figures de Vierges sages - salvatrices.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782226383600

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    192 Pages

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Adilibre

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Joël Schmidt

Romancier, historien, critique littéraire, membre de plusieurs jurys et éditeur, Joël Schmidt a publié plus d'une dizaine de romans, la plupart aux éditions Albin Michel.

empty