Mon dîner chez les cannibales

À propos

« C'est en compagnie de Montaigne et de son merveilleux essai sur les « Cannibales » que j'ai choisi d'écrire ce Journal philosophique - car c'est chez lui que j'ai trouvé un point d'appui très fiable pour mon éthique minimale. Au fil des semaines et des ans, j'ai ainsi esquissé un ensemble de réflexions sur les multiples significations du relativisme moral. Et j'y ai ajouté, entre autres, quelques considérations sur la prétendue « guerre des civilisations » ou sur la difficulté de transmettre les « valeurs de la République » dans une école infidèle à sa vocation. On y trouvera également, des observations irrespectueuses sur la tendance, chaque jour plus vive, à poser des limites à la liberté de création et sur la persistance des politiques autoritaires dans les affaires de sexe, de filiation et de procréation... Au fond, ce que j'ai voulu montrer dans ce Journal écrit au fil de l'actualité, c'est qu'il est possible de penser notre monde en évitant les deux maux qui frappent tant de bons esprits d'aujourd'hui : l'optimisme béat et le catastrophisme dépressif. »R. O.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la philosophie

  • EAN

    9782246802303

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    320 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    1 065 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Diffuseur

    Numilog

  • Entrepôt

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

Ruwen Ogien

Directeur de recherches au CNRS, défenseur d'une conception
« minimaliste » de l'éthique, Ruwen Ogien est l'auteur de nombreux
ouvrages, dont L'influence de l'odeur des croissants chauds sur la bonté
humaine et autres questions de philosophie morale expérimentale (2011),
Philosopher ou faire l'amour (2013), Mon dîner chez les cannibales et autres
chroniques sur le monde d'aujourd'hui (2015).

empty