Lettres à Lucilius

À propos

Cet ebook bénéficie d'une mise en page esthétique optimisée pour la lecture numérique.

« Tout ce qui peut te rendre bon est en toi. Que te faut-il pour l'être ? Le vouloir. » - Lettre XXX
Sénèque est un philosophe stoïcien romain. Dans cet écrit de 64 ap. J.-C., soit juste quelques années avant sa mort, il nous offre, au fil de ses lettres avec son disciple Lucilius, de nombreuses définitions de l'amitié, ses meilleures doctrines sur la philosophie, ses maximes sur la vie et ses meilleurs conseils pour ne plus craindre la mort. Ce texte constitue une oeuvre remarquable de la philosophie antique et reste d'une actualité déconcertante tant ses mots touchent encore le lecteur d'aujourd'hui.
« Mourir plus tôt ou plus tard est indifférent ; bien ou mal mourir ne l'est pas. » - Lettre LXX


ÉDITION RÉVISÉE AVEC DES NOTES DYNAMIQUES

Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie

  • EAN

    9782357281660

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    232 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Distributeur

    Immatériel

  • Diffuseur

    Immatériel

  • Entrepôt

    immatériel.fr

  • Support principal

    ebook (ePub)

Sénèque

Né entre 2 av. et 2 ap. J.-C. à Cordoue et mort en 64 ap. J.-C. à Rome, Sénèque était un homme politique, un écrivain et un philosophe romain. Il fut le précepteur de Néron, qui l'impliqua dans la conjuration de Pison et le contraignit au suicide. Son ½uvre philosophique (Lettres à Lucilius, De la providence) illustre les principes moraux du stoïcisme.
Les neuf tragédies réunies dans ce volume ont été une source d'inspiration majeure pour des auteurs comme Calderón, Shakespeare, Corneille ou Racine. Tombées en disgrâce quand les monarques de l'âge classique y ont perçu des éléments pouvant alimenter des pensées séditieuses, l'½uvre dramaturgique de Sénèque a été réhabilitée en France par Antonin Artaud et son“ théâtre de la cruauté”.

empty