La rose de Djam T.3 ; le pôle du monde

À propos

« Un derviche n'a rien à lui et ne tend pas la main : il attend de trouver sous ses pas ce qui l'aide à vivre. Un derviche est fol aux yeux des hommes : tu devras jouer les imbéciles, muette obstinément. Ni mensonge, ni dévoilement. Ainsi, tu avanceras sous la protection du Pôle. Si tu en sors, même Lui ne pourra t'aider. » Sibylle a arraché la Rose de Djam au dragon. Mais rapporter la coupe aux Quarante sans tomber aux mains des Noirs et de leur roi-serpent, qui plus est avec un bras cassé, promet de ne pas être une sinécure. L'esprit sous emprise et le corps douloureux, c'est donc en derviche qu'elle se lance sur les routes pour rejoindre Amid. Ce faisant, elle échappe tout autant à la vision des Quarante, dont elle ne peut attendre aucun secours. Un soir, dans un caravansérail, une danseuse lui dérobe la coupe par jeu, un musicien y verse du vin et boit dedans ; son esprit explose aussitôt sous la somme des secrets du monde qu'il vient d'avaler d'un coup... « Dans la lignée du "Clan des Otori", de Lian Hearn, comme du Roman de Baïbar, cycle narratif arabe du Moyen Âge, "La Rose de Djam" puise dans l'imaginaire féerique de l'Orient médiéval. Sandrine Alexie y renouvelle les sources d'inspiration de l'heroic fantasy. Un courant d'air frais dans un registre très attaché à l'esthétique de J.R.R. Tolkien. » Élisa Thévenet, Le Monde.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Fantasy & Science-fiction > Fantasy > Fantasy historique

  • EAN

    9782367935362

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    336 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

Sandrine Alexie

Née en 1965, Sandrine Alexie a étudié l'art de l'islam à l'École du Louvre, ainsi que la langue et la culture kurdes à l'Institut national des langues et civilisations orientales. Elle est l'auteur d'un roman, Kawa le kurde (2005, L'Harmattan), et a traduit deux ouvrages de littérature classique kurde, Mem et Zin, d'Ahmedê Khani (2001, L'Harmattan) et Us et coutumes des Kurdes, de Mahmoud Bayazidi (2015, Geuthner-L'Asiathèque). Sandrine Alexie habite à Paris.

empty