Juliette au pays des hommes

À propos

Jean Giraudoux (1882-1944)

"Le ruisseau soudain ne coulait plus. Les vergnes ne bruissaient plus. Les champs où les glaneurs avaient laissé un seul épi avaient l'odeur du pain. Les carrés de vigne où le raisin était encore vert sentaient le pressoir. Parfois un nuage couvrait le soleil. Alors, pour cette seconde d'éclipse, le ruisseau coulait à nouveau, les vergnes bruissaient. Un merle se perchait et aspirait l'air comme un homme... Mourir, en pêchant les écrevisses !
Gérard, qui dormait, après avoir tendu ses balances, ouvrit les yeux. Les faveurs divines, les grâces efficaces éparses dans ce gazon valurent soudain pour lui les bonheurs que ses ascendants et lui-même s'étaient, par le travail de vingt générations, préparés à grands frais. Il se trouvait sucer une paille, - et, jouissance exactement égale, il avait deux cent mille francs de rente. Il portait une ombre de merle sur le front, une ombre qui ouvrait le bec, - et, pesée équivalente, sur toute l'âme, la silhouette d'une fiancée riche, pure, et dénommée Juliette. Son pied était attaqué par un chatouillement exquis, ou plutôt par un eczéma incomparable, ou plutôt encore par une adorablement délicieuse gale, - et il descendait de Guizot. Sa main couvait un chardon. Il suffisait de la contracter pour se sentir assailli intérieurement par un porc-épic, de l'ouvrir pour avoir le coeur libéré d'une châtaigne en coque, - et il avait une Hispano-Suiza. Puis flambèrent des éclairs de bonheur trop fulgurants pour susciter leur équivalent dans un autre domaine de la joie : un martin-pêcheur, un autre martin-pêcheur, oiseaux intraduisibles. Puis, troisième stade du réveil, l'équilibre s'établit au contraire entre les merveilles de la nature et les avantages secondaires de sa vie courante : il avait à sa droite le soleil couchant, et à sa gauche un fond de bouteille d'absinthe ; il possédait l'été, - rien à faire, l'été était à lui, - et il possédait aussi, dans la faible mesure évidemment où les objets nous appartiennent, un moulinet Graham pour les truites... Mourir, en vivant ainsi cent ans, mille ans !"

Juliette est fiancée à Gérard. Soudainement celui-ci lui apparaît provincial, terre-à-terre, à l'inverse d'elle qui est une rêveuse. Elle décide, avant de se marier, de partir à Paris afin de rencontrer les hommes qui ont marqué les songes de son adolescence, sans la connaître...


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Jean Giraudoux

  • Éditeur

    La Gibecière à Mots

  • Distributeur

    Immatériel

  • Date de parution

    20/04/2020

  • EAN

    9782374636498

  • Disponibilité

    Disponible

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Diffuseur

    Immatériel

  • Entrepôt

    immatériel.fr

  • Support principal

    ebook (ePub)

  • Version ePub

Aucune information sur l'accessibilité n'est disponible

empty