Pour finir encore et autres foirades

À propos

Le recueil Pour finir encore et autres foirades a été publié aux Éditions de Minuit en 1976 et a connu plusieurs éditions augmentées. L'édition actuelle est parue en 2005.

- Pour finir encore : écrit en français, daté de 1975.
- Immobile : écrit en anglais, traduit par l'auteur en 1970.
- Foirades I à IV : textes écrits en français, datés « années 60 ».
- Au loin un oiseau : écrit en français, daté « années 60 ».
- Se voir : écrit en français, daté « années 60 ».
- Un soir : écrit en français, daté « années 60 ».
- La Falaise : écrit en français, daté de 1975.
- Plafond : écrit en anglais (Ceiling, 1981), traduit par l'auteur.
- ni l'un ni l'autre : écrit en anglais (neither, 1975), traduit par Edith Fournier.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782707330543

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    83 Pages

  • Poids

    122 Ko

  • Distributeur

    C.D.E.

  • Support principal

    ebook (ePub)

Samuel Beckett

Né à Foxrock le 13 avril 1906 Décédé à Paris, France le 22 décembre 1989 Fils d'une famille protestante aisée, Samuel Beckett passe sa jeunesse à Dublin. Mais c'est à Paris, où il rencontre James Joyce et des artistes d'avant-garde, qu'il vit surtout. Après la mort de son père, il écrit son premier texte, 'Murphy'. Pendant la guerre, il s'engage dans la Résistance et rejoint le Vaucluse où il écrit son deuxième roman, 'Watt', et invente la figure du 'clochard' que l'on retrouve constamment. Il retourne ensuite à Paris où il écrit des romans, 'Premier amour', 'Molloy'... et des pièces de théâtre, 'Eleuthéria'... C'est en 1953, lors d'une représentation de sa pièce 'En attendant Godot', qu'il acquiert sa renommé mondiale, consacrée par le prix Nobel en 1969. Samuel Beckett consacre la suite de sa carrière à des textes courts, à la traduction de ses textes et à la mise en scène de ses pièces. S'il écrit en français, c'est pour limiter l'usage de la langue. Son oeuvre, austère comme un monologue intérieur, exprime l'impossibilité de vivre en sachant la finitude de l'existence.

empty