À propos

Uno Chiyo mena dans le Tôkyô des années vingt la vie d'une môga - ces « modern girls » éprises de liberté et de plaisirs -, fréquentant artistes et écrivains de renom qui allaient bientôt saluer sa personnalité et son style littéraire inimitables. Ohan, qu'elle mit plus de dix ans à écrire, est considéré comme son chef-d'oeuvre. C'est la confession d'un bon à rien, d'un homme qui a le diable au corps, prisonnier de ses attachements, hors d'état de choisir entre son amour pour sa femme et sa passion pour une geisha. Un homme au coeur indéchiffrable, qui s'abandonne à ses désirs comme si sa vie n'avait pas plus de consistance qu'un rêve. Et un récit dénué de toute morale, rythmé par les saisons et les signes prémonitoires de la tragédie à venir, où le temps parfois s'arrête pour capturer la beauté d'une femme émergeant de la bruine, la tête et les épaules inondées de pétales de fleurs de cerisier - des femmes douces et volontaires qui, l'espace d'un instant, adoptent la grâce éblouie d'une estampe du monde flottant.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782809734027

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    96 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    962 Ko

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Support principal

    ebook (ePub)

Chiyo Uno

Née en 1897, Chiyo Uno est l'une des plus célèbres romancières japonaises.ÿElle rencontre le succès en 1935 avec Confession amoureuse. Saluée pour son ton inimitable, elle est lauréate de plusieurs prix littéraires, notamment pour Ohan, qui sera adapté à l'écran.ÿTrès intéressée par la mode et notamment les tendances venues des États-Unis, elle fonde Sutairu, ou Style, le premier magazine de mode occidentale au Japon, et lance également une marque de kimonos. À travers le vêtement et l'apparence, c'est bien sûr une autre question qui est en jeu, celle de la liberté et du rôle de la femme.ÿChiyo Uno mena en effet dans le Tokyo des années 20, une vie de bohème, loin de la soumission imposée aux Japonaises de l'époque.ÿEn 1990, Chiyo Uno reçoit la reconnaissance officielle japonaise pour sa contribution remarquable dans le domaine culturel.ÿCette femme libre qui n'obéissait qu'à ses propres règles est décédée à l'âge de 98 ans.

empty