Marcel ; premier dialogue de la cité harmonieuse

À propos

À l'issue d'un long entretien avec son ami Marcel Baudouin, "à Orléans, le dimanche 7 juin 1896", Péguy jette les bases de la construction utopique qui deviendra un an plus tard, après la mort brutale de son ami - dont il épousera bientôt la sur - l'ouvrage intitulé Marcel, premier dialogue de la cité harmonieuse. C'est une des uvres les plus étonnantes de toute la littérature utopique, et l'une des plus insolites de Péguy. Ce n'est pas un "dialogue" - mais une succession de courts paragraphes, séparés par des blancs qui semblent être mis là pour marquer l'absence du grand ami disparu ; et ce "premier" sera le dernier, puisque Péguy ne donnera aucune suite. Dans cette uvre d'une extrême simplicité - presque toutes les phrases sont construites avec les seuls verbes "être" et "avoir" - Péguy procède par négations, inhabituelles en Utopie : si l'on comprend qu'il faille éliminer rivalités, haines, jalousies, mensonges et guerres, il est surprenant de voir que la Cité de Péguy ne se veut ni charitable ni juste, et qu'elle rejette égalité, mérite, émulation, renommée, gloire. Le principe de base est l'harmonie, mais toute relative : la Cité du Marcel ne sera pas "toute harmonieuse", mais seulement "la mieux harmonieuse" possible. Après avoir assuré la vie corporelle des citoyens, en recourant à un travail minimum à la charge des seuls hommes adultes et valides (trois à quatre heures par jour suffiront, précise Péguy dans son article "De la cité socialiste" - la semaine de vingt heures !), la Cité se préoccupera avant tout de la vie intérieure et du travail désintéressé, et mettra au premier plan l'art, la science et la philosophie. Surtout, elle sera ouverte à tous, sans aucune distinction possible, comme l'affirme le principe premier du livre : "La cité harmonieuse a pour citoyens tous les vivants qui sont des âmes."

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782845783010

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    98 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    1 208 Ko

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

Charles Péguy

Charles Péguy, né en 1873 et mort au front en 1914, créa les Cahiers de la quinzaine en 1900 pour prolonger son engagement dreyfusard à travers une revue socialiste, républicaine et libre. Conscient dès 1905 de la menace allemande, il devint un patriote inquiet, avant de se convertir au christianisme en 1907 et de mêler tous ces engagements en une oeuvre prolifique. Il sera l'un des modèles de Bernanos ou de Charles de Gaulle, et aujourd'hui encore celui d'intellectuels et d'hommes engagés de tous bords, d'Edwy Plenel à Alain Finkielkraut.

empty