[eBook] Oeuvres libres

Résumé

Ce qu'il est convenu d'appeler les OEuvres Libres de Paul Verlaine est constitué des trois séries de poèmes ; tout d'abord, Les Amies, sonnets superbes vantant les amours saphiques : "Sur le balcon", "Pensionnaires", "Per amica silentia", "Printemps", "Été", "Sappho". Puis, Femmes, débutant par "Ouverture", en rimes féminines, est un beau recueil de vers où l'auteur chante sa maîtresse Esther et ses amies de passage : "Ouverture", "A celle que l'on dit froide", "Partie carrée", "Triolet à une vertu pour s'excuser du peu", "Goûts royaux", "Filles", "A madame", "Vas unguentatum", "Idylle high-life", "Tableau populaire", "Billet à Lily", "Pour Rita", "Au bal", "Reddition", "Régals", "Gamineries", "Hommage du", "Morale en raccourci". Enfin, Hombres, où Verlaine chante la gloire du péché philosophique, est totalement inspiré de ses expériences homosexuelles : "O ne blasphème pas", "Mille et tre", "Balanide", "Sur une statue", "Rendez-vous", "Monte sur moi", "Un peu de...", "Il est mauvais coucheur", "Autant certes la femme", "Même quand tu ne bandes pas", "Dans ce café", "Dizain ingénu", "O mes amants". Le recueil se termine par un sonnet écrit par Paul Verlaine et Arthur Rimbaud, "Sonnet du Trou du Cul". "Verlaine est l'unique poète du 19e siècle qui ait traité l'obscénité avec une versification aussi savante que celle de ses poésies non obscènes" commente Alexandrian. Collection l'Enfer de la Bibliothèque nationale de France. (Enfer de la BNF, cote n°1270).

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782866882020
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 83 Pages
  • Action copier/coller Dans le cadre de la copie privée
  • Action imprimer Dans le cadre de la copie privée
  • Poids 1 504 Ko
  • Distributeur Numilog

Série : Non précisée

Paul Verlaine

1844-1896 La famille de Verlaine appartient à la petite bourgeoisie: son père, comme celui de Rimbaud, est capitaine dans l'armée. Il naît à Metz et fait ses études à Paris. Puis, il est employé à l'Hôtel de Ville. Il collabore au premier Parnasse (1866) et fréquente cafés et salons littéraires parisiens. En 1870, il épouse Mathilde Mauté avant de rencontrer Rimbaud. Il quitte alors son épouse pour suivre le jeune poète en Angleterre et en Belgique. En 1873, il le blesse d'un coup de revolver et est condamné à deux ans de prison qu'il purge à Bruxelles et à Mons. A sa sortie, il se rend à nouveau en Angleterre, puis à Rethel et exerce une charge de professeur.ÿEn 1894, il est couronné "Prince des Poètes" et doté d'une pension. Usé prématurément, il partage son temps entre le café et l' hôpital. Il meurt dans la misère en 1896, à Paris.ÿVerlaine demande à la poésie d'être un chant discret et doux, traduisant des impressions indécises. En 1896, il s'est rallié au symbolisme que venait de lancer Moréas.

empty