[eBook] Correspondance (1922-1936)

,

Résumé

La rencontre annoncée dans cette correspondance entre deux génies de la poésie russe du XXe siècle est un événement littéraire exceptionnel. Boris Pasternak et Marina Tsvetaeva s'étaient rencontrés à Moscou en 1918. Ce n'est qu'en 1922 qu'ils se sont véritablement découverts à travers leurs écrits respectifs. Pendant quatorze années, ils ont entretenu une correspondance d'une intensité rare dans laquelle se tissent, étroitement mêlées, passion sentimentale et poésie. Dessinant une courbe en arc de cercle, la relation se noue, suit un mouvement ascendant jusqu'à atteindre un pic paroxystique, décroît, se dénoue et finit par se défaire définitivement. Il faut lire les lettres de Tsvetaeva et de Pasternak comme leur poésie, comme une oeuvre à part entière. Véritable laboratoire d'écriture, mais également laboratoire de la vie, car c'est au gré de ces lettres que se façonnent les événements majeurs de leur biographie. Les mots échangés sont dérobés à la vie, au quotidien, à la famille.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782940628292
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 832 Pages
  • Action copier/coller Non
  • Action imprimer Non
  • Partage Dans le cadre de la copie privée
  • Nb Partage 6 appareils
  • Poids 870 Ko
  • Distributeur C.D.E.

Boris Pasternak

Boris Pasternak (1890-1960), couronné par le prix Nobel de littérature en 1958, est l'auteur de nom- breux recueils de poésie dont Ma sœur la vie ou Seconde naissance. C'est en Italie, en 1957, que fut publié son premier roman, Le Docteur Jivago, interdit en Union soviétique jusqu'en 1988, mais qui connaîtra un succès planétaire.

Marina Tsvetaeva

Marina Tsvetaeva (1892-1941), grande poétesse russe, a passé la majeure partie de sa vie en exil, après la révolution de 1917. Elle a entretenu des relations épistolaires fortes avec des personnages célèbres, mais aussi avec des inconnus. En 1939, peu avant la guerre, elle est retournée en URSS et a mis fin à ses jours à Elabouga, le 31 août 1941.

empty