[eBook] Voyages avec mon amant virtuel t.1; le genou

Résumé

LA TECHNOLOGIE MODERNE...   ... nous rapproche d'un claquement de doigts, à travers les continents, vers nos amis, nos amants. Le mien devient le héros virtuel des textos qu'il m'envoie, et moi son héroïne, sous mes doigts qui répondent chaque fois. J'invente un texto que je n'envoie pas : « Myles ? Kilomètres ? Combien veux-tu en faire avec moi ? - Serai-je ton cadeau voyage ou seras-tu le mien ? - Quand partons-nous ? J'ai trois semaines à Noël ! Je serai seule. J'ai la vie devant moi... Je la commence vraiment... avec toi. Trois semaines seulement. Loin... » Après cela, je continue à me glisser dans une vie nouvelle qui me guide pas à pas vers moi... personne d'autre... que moi... jusqu'au bout de moi. Pour voir où ça ira. De l'autre côté de la barre sur l'océan. Seulement voilà, on sait que la terre est ronde, et cela reviendra... Ça ne finira pas...

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782953437218
  • Disponibilité Disponible
  • Action copier/coller Non
  • Action imprimer Non
  • Partage Dans le cadre de la copie privée
  • Nb Partage 6 appareils
  • Poids 180 Ko
  • Distributeur Numilog

Série : Non précisée

Catherine Beaufort

Française, Catherine Beaufort est arrivée à Londres en 1967 avec sa mini-jupe juste au-dessus du genou et sa vie a changé.  «London made me!» dit-elle.ÿLe mouvement hippie l'a séduite et elle est revenue faire tous ses voyages à partir de là. D'abord avec une amie puis avec son Anglais de mari pendant onze ans, travaillant ici et là, tous les deux, pour pouvoir acheter leurs billets d'avion. Puis, un retour à l'Université de Londres, en cours du soir, lui a permis de compléter sa culture dans de grands voyages littéraires qui l'ont conduite auprès d'enfants internationaux auxquels elle enseigne toujours le français.Française, Catherine Beaufort est arrivée à Londres en 1967 avec sa mini-jupe juste au-dessus du genou et sa vie a changé.  «London made me!» dit-elle.ÿLe mouvement hippie l'a séduite et elle est revenue faire tous ses voyages à partir de là. D'abord avec une amie puis avec son Anglais de mari pendant onze ans, travaillant ici et là, tous les deux, pour pouvoir acheter leurs billets d'avion. Puis, un retour à l'Université de Londres, en cours du soir, lui a permis de compléter sa culture dans de grands voyages littéraires qui l'ont conduite auprès d'enfants internationaux auxquels elle enseigne toujours le français.

empty