PETIT ELOGE : la jouissance féminine

À propos

La jouissance féminine a fait au fil des siècles l'objet de discours religieux, médicaux, psychanalytiques, le plus souvent tenus par des hommes. Celles qui prétendaient jouir ont ainsi été réduites au silence ou mises au ban de la société.
Adeline Fleury a joui pour la première fois à 35 ans. Il aura fallu qu'elle remette ses sens en éveil, qu'elle décide de séduire et de se laisser séduire. Quand le désir est entré dans son quotidien, elle a laissé place à Adèle, son alter ego littéraire, son double désirant, un reflet de toutes les femmes qui refusent que leur désir soit bridé.
Entre essai littéraire et autofiction, le Petit éloge de la jouissance féminine, nourri de références culturelles, nous fait ressentir à chaque page que jouissance et liberté sont indissociables.

Adeline Fleury a longtemps été reporter pour les pages « Société » du Journal du dimanche, puis cheffe des pages « Culture » du Parisien Week-end. Parce que désir et littérature sont chez elle intimement liés, elle s'est lancée en écriture avec le Petit éloge de la jouissance féminine, avant de poursuivre sa réflexion sur le corps féminin (Femme absolument), le désir (Je, tu, elle) et la maternité contrariée (Ida n'existe pas). Aujourd'hui, elle aide les autres à raconter leur histoire.



Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9791025205501

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    160 Pages

  • Poids

    808 Ko

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Diffuseur

    Harmonia Mundi

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Adeline Fleury

Éditrice, essayiste et romancière, Adeline Fleury s'est fait connaître par un premier essai remarqué, Petit éloge de la jouissance féminine (François Bourin, 2015, La Musardine 2018) avant de poursuivre sa réflexion sur le corps féminin avec son essai Femme Absolument (JC Lattès, 2017). Suivront trois romans : Je, tu, elle (Les Pérégrines, 2018, finaliste du prix Anaïs Nin), Ida n'existe pas (Les Pérégrines, 2020) et Les Frénétiques (2022).

empty