À propos

Parcourant une longue série de textes de nature autobiographique rédigés ou dictés par des souverains depuis l'Antiquité jusqu'aux xviie-xviiie siècles, les auteurs de ce livre s'interrogent sur le statut, l'autorité et les enjeux d'une parole par laquelle certains souverains - pas tous - ont affirmé simultanément leur maîtrise de soi et leur domination sur un territoire et des sujets. Cette interrogation concerne les Resgestae d'Auguste ou les écrits de Julien l'Apostat autant que la Saga de Sverrir, les livres de Jacques Ier d'Aragon et de Pierre le Cérémonieux ou encore les témoignages de Frédéric III, Maximilien Ier, du pape Pie II Piccolomini et plus tard de Catherine II de Russie. D'autres documents de cette nature, produits dans des contextes culturels, religieux et géographiques différents, sont également convoqués comme les mémoires d'Abdallah de Grenade au xie siècle, les écrits de Jean VI Cantacuzène (1347-1354) ou du grand Moghol Babur (mort en 1530). Un faisceau de questions soutient ce parcours : elles portent sur les titres donnés à ces ouvrages singuliers, sur le ou les auteurs, les formes d'écriture, les manuscrits et leur diffusion, les stratégies discursives, les relations entre autobiographie et mémoires, le choix de la langue savante ou vernaculaire, les espaces et les temps de la narration, les destinataires de l'oeuvre. À chaque fois, un triple processus de construction est mis en scène, qui concerne fondamentalement les particularités du texte autobiographique, les formes de subjectivité et les régimes de souveraineté politique. Ce volume rassemble les actes d'un colloque international organisé par Pierre Monnet et Jean-Claude Schmitt, tous deux directeurs d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, les 14 et 15 mars 2008 à la fondation Singer-Polignac et à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm. Il est issu d'un programme de recherche du groupe d'Anthropologie historique de l'Occident médiéval (Centre de recherches historiques de l'EHESS et du CNRS), financé par l'Agence nationale de la recherche, sur les écritures de soi et la souveraineté politique. Cette recherche collective a permis aussi la publication, sur le même thème, de Vie de Charles IV de Luxembourg.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Histoire généralités > Biographies / Monographies


  • Auteur(s)

    Pierre Monnet, Jean-claude Schmitt

  • Éditeur

    Éditions de la Sorbonne

  • Distributeur

    Immatériel

  • Date de parution

    18/09/2019

  • EAN

    9791035101633

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    370 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Diffuseur

    Immatériel

  • Entrepôt

    immatériel.fr

  • Support principal

    ebook (ePub)

  • Version ePub

Aucune information sur l'accessibilité n'est disponible

Jean-Claude Schmitt

Jean-Claude Schmitt, né en 1946, est directeur émérite à l'École des hautes études en sciences
sociales. Spécialiste de l'anthropologie historique, il a publié aux Éditions Gallimard La raison
des gestes dans l'Occident médiéval (Bibliothèque des Histoires, 1990), Les revenants. Les
vivants et les morts dans la société médiévale (Bibliothèque des Histoires, 1994), Le corps, les
rites, les rêves, le temps. Essais d'anthropologie médiévale (Bibliothèque des Histoires, 2001),
Le corps des images. Essais sur la culture visuelle au Moyen Âge (Le Temps des Images, 2002).

empty