Roberto Saviano

  • Naples et la Campanie sont dominées par la criminalité organisée - la camorra - sur fond de guerre entre clans rivaux et de trafics en tout genre : contrefaçon, armes, drogues et déchets toxiques. C'est ainsi que le Système, comme le désignent ses affiliés, accroît ses profits, conforte sa toute-puissance et se pose en avant-garde criminelle de l'économie mondialisée. Roberto Saviano, au péril de sa vie, a choisi l'écriture pour mener son combat contre la camorra. Il met au jour les structures économiques et territoriales de cette mafia surpuissante.

  • Piranhas

    Roberto Saviano

    'Pour devenir un enfant j'ai mis dix ans. Pour te mettre une balle dans la tronche je mettrai pas plus d'une seconde.'

    Naples, quartier de Forcella. À quatorze ans, Nicolas n'a qu'une obsession : régner sur la ville avec sa bande. Tous ont entre dix et dix-huit ans, ils ne craignent ni la prison ni la mort, mais une vie ordinaire comme celle de leurs parents. Le gang se déplace en scooter, se livre au trafic de drogue et règle ses comptes à la lumière du jour. Ils ne reculeront devant rien. Quel que soit le prix à payer.
    Après le succès international de Gomorra, Roberto Saviano consacre son premier roman à l'ascension effroyable d'un baby-gang, inspirée d'une réalité terrifiante.

  • 'Les baisers féroces ne naissent pas du bien ou du mal. Ils existent, tout comme les alliances. Et ils laissent toujours un goût de sang.'

    Retour à Forcella. À la suite des événements tragiques qui clôturent Piranhas, Nicolas - dit Maharaja - a juré d'obtenir vengeance. Entouré de son baby-gang, le jeune homme n'a jamais semblé aussi proche de son rêve. Mais dans cette quête de pouvoir, les alliances durent tant que l'argent coule à flots. Désormais craints et respectés, Nicolas et ses frères brûlent leur vie par les deux bouts, au risque de sacrifier ceux qu'ils aiment le plus.
    Après le succès de Piranhas, Roberto Saviano achève son immersion dans l'univers criminel napolitain par une apothéose digne des plus grands films de gangsters.

  • "Se plonger dans les histoires de drogue est l'unique point de vue qui m'ait permis de comprendre vraiment les choses. Observer les faiblesses humaines, la physiologie du pouvoir, la fragilité des relations, l'inconsistance des liens, la force colossale de l'argent et de la férocité. L'impuissance absolue de tous les enseignements mettant en valeur la beauté et la justice, ceux dont je me suis nourri. Je me suis aperçu que la coke était l'axe autour duquel tout tournait. La blessure avait un seul nom. Cocaïne. La carte du monde était certes dessinée par le pétrole, le noir, celui dont nous sommes habitués à parler, mais aussi par le pétrole blanc, comme l'appellent les parrains nigérians. La carte du monde est tracée par le carburant, celui des moeurs et des corps. Le pétrole est le carburant des moteurs, la coke celui des corps."

    Après Gomorra, Roberto Saviano poursuit son travail d'enquête et de réflexion sur le crime organisé. Mais, cette fois, il sort du cadre italien pour penser à l'échelle mondiale. D'où le crime tire-t-il sa force ? Comment l'économie mondiale a-t-elle surmonté la crise financière de 2008 ? Une seule et même réponse : grâce à l'argent de la cocaïne, le pétrole blanc. Pour le comprendre, Extra pure nous convie à un voyage du Mexique à la Russie, de la Colombie au Nigeria, en passant par les États-Unis, l'Espagne, la France et, bien sûr, l'Italie de la 'ndrangheta calabraise. Au fil de cette exploration, l'auteur raconte avec une puissance épique inégalée ce que sont les clans criminels partout dans le monde. Et il va plus loin encore, car c'est tout le fonctionnement de l'économie qu'il démonte impitoyablement.
    Extra pure n'est ni une enquête ni un essai, ni un roman ni un récit autobiographique, mais tout cela à la fois et bien plus encore. Pour Roberto Saviano, c'est aussi l'occasion de s'ouvrir, de se confier, d'évoquer avec gravité et sincérité le danger et la solitude, le désir de mener une vie comme celle des autres et la détermination à poursuivre son combat.

    Prix LiRE : Meilleure enquête 2014

  • "Zero zero zero" flour is the finest, whitest available. "Zero zero zero" is also the nickname among narcotraffickers for the purest, highest quality cocaine on the market. And it is the title of Roberto Saviano's unforgettable exploration of how the cocaine trade knits the world into its dark economy and imposes its own vicious rules and moral codes on its armies and, through them, on us all.
    Saviano's Gomorrah, his explosive account of the Neapolitan mob, the Camorra, was a worldwide publishing sensation. It struck such a nerve with the Camorra that Saviano has lived with twenty-four hour police protection in the shadow of death threats for more than seven years. During this time he has become intimate with law enforcement agencies around the world. Saviano has broadened his perspective to take in the entire global "corporate" entity that is the drug trade in cooperation with law enforcement officials, who have fed him information and sources and used him to guide their own thinking and tactics. Saviano has used this extraordinary access to feed his own groundbreaking reportage.
    The result is a truly amazing and harrowing synthesis of intimate literary narrative and geopolitical analysis of one of the most powerful dark forces in the global economy. In Zero Zero Zero, Saviano tracks the shift in the cocaine trade's axis of power, from Colombia to Mexico, and relates how the Latin American cartels and gangs have forged alliances, first with the Italian crime syndicates, then with the Russians, Africans, and others. On the one hand, he charts an astonishing increase in sophistication and diversification as these criminal entities diversify into many other products and markets. On the other, he reveals the threat of violence to protect and extend power and how the nature of the violence has grown steadily more appalling.
    Saviano is a journalist of rare courage and a thinker of impressive intellectual depth and moral imagination, able to see the connections between far-flung phenomena and bind them into a single epic story. Most drug-war narratives feel safely removed from our own lives; Saviano offers no such comfort. As heart racing as it is heady, Zero Zero Zero is a fusion of a variety of disparate genres into a brilliant new form that can only be called Savianoesque.

  • From the international bestselling auhor of Gomorrah, this searing exposé of dirty money and the drug trade reveals how they are at the heart of our lives, our economy, and our world.'The most important book of the year ... Here it is, laid bare: cartel as corporation, corporation as cartel; cocaine as pure capitalism ... Saviano realises the brutal truth: that to understand narco-traffic is to understand the modern world ... it is revolutionary' Ed Vulliamy, Observer 'A dense, dazzling, dizzying narrative about the terrifying violence of the cocaine trade, but also the vast, unassailable reach of it' Rose George, Independent 'A tremendously gripping work of reportage' Ian Thomson, Evening Standard'Italy's bravest investigative writer ... must-read nonfiction' GQ'Impassioned, remarkable' Misha Glenny, Financial Times'After reading Saviano, it becomes impossible to see Italy, and the global market, in the same way again' The New York Times

  • From the international bestselling author of Gomorrah, this is a deeply personal and candid portrait of Italy today: a place of trafficking and toxic waste, where votes can be bought and sold, where organized crime ravages both north and south - yet also where many courageous individuals defy the system, and millions work tirelessly for a better future. 'Saviano is a blazingly vivid and courageous writer' Independent 'A national hero' Umberto Eco'Saviano has an astonishing ability to write luminously yet subtly about terrible things' Le Parisien 'Brave and passionate' Guardian 'One of the world's finest investigative journalists' GQ

  • « Se plonger dans les histoires de drogue est l'unique point de vue qui m'ait permis de comprendre vraiment les choses. Observer les faiblesses humaines, la physiologie du pouvoir, la fragilité des relations, l'inconsistance des liens, la force colossale de l'argent et de la férocité. L'impuissance absolue de tous les enseignements mettant en valeur la beauté et la justice, ceux dont je me suis nourri. La coke était l'axe autour duquel tout tournait. La carte du monde était certes dessinée par le pétrole, le noir, celui dont nous sommes habitués à parler, mais aussi par le pétrole blanc, comme l'appellent les parrains nigérians. Le pétrole est le carburant des moteurs, la coke celui des corps. » Extra pure nous convie à un voyage du Mexique à la Russie, de la Colombie au Nigeria, en passant par les États-Unis, l'Espagne, la France et l'Italie de la ndrangheta calabraise. Au fil de cette exploration, l'auteur raconte avec une puissance épique inégalée ce que sont les clans criminels partout dans le monde. Et il démonte impitoyablement tout le fonctionnement de l'économie.

  • Quelques mois avant sa mort, José Saramago avait entamé l'écriture d'un nouveau roman ayant pour thème le commerce des armes et la responsabilité individuelle. Ce récit demeuré inachevé raconte le conflit moral d'Artur Paz Semedo, employé d'une usine d'armement qui, intrigué par le sabotage d'une bombe pendant la guerre civile espagnole, décide d'enquêter à l'intérieur même de son entreprise. Sa plongée dans le dédale des archives et les découvertes qu'il y fait le poussent à réfléchir sur la guerre en tant que renoncement éthique majeur de l'humanité, et sur le caractère apparemment inévitable de la violence.

    Cette édition comprend les notes de travail de l'auteur sur la fin qu'il envisageait de donner à cette histoire, ainsi qu'un texte inédit de Roberto Saviano, écrit pour son ami José Saramago à l'occasion du dixième anniversaire de sa disparition. Un an avant son propre décès, Günter Grass, lui aussi prix Nobel de littérature, s'était joint à cet hommage en offrant quelques-uns de ses dessins consacrés à la violence et la guerre.

    José Saramago est né en 1922 à Azinhaga, au Portugal. Écrivain majeur du XXe siècle, son oeuvre, qui comprend des romans, des essais, de la poésie et du théâtre, est traduite dans le monde entier. Il a reçu en 1995 le prix Camões, la plus haute distinction des lettres portugaises, et le prix Nobel de littérature en 1998. Il est décédé à Lanzarote en 2010.

    Traduit du portugais et de l'italien par Geneviève Leibrich.

  • Roberto Saviano's groundbreaking and utterly compelling book is a major international bestseller, and has to date sold over 1 million copies in Italy alone, where it continues to sell strongly two years after original publication. Since publishing his searing expose of their criminal activities, the author has received so many death threats from the Camorra that he has been assigned police protection. Known by insiders as 'the System', the Camorra, an organized crime network with a global reach and large stakes in construction, high fashion, illicit drugs and toxic-waste disposal, exerts a malign grip on cities and villages along the Neapolitan coast is the deciding factor in why Campania has the highest murder rate in all of Europe and why cancer levels there have skyrocketed in recent years. In pursuit of his subject, Saviano worked as an assistant at a Chinese textile manufacturer and on a construction site, both controlled by 'the System', and as a waiter at a Camorra wedding. Born in Naples, he recalls seeing his first murder at the age of fourteen, and how his own father, a doctor, suffered a brutal beating for trying to help an eighteen-year-old victim, left for dead in the street. Gomorrah is both a bold and engrossing piece of investigative writing and one heroic young man's impassioned story of a place under the rule of a murderous organization.

empty