Association d'économie financière

  • Avec la crise financière mondiale, les banques centrales ont été confrontées à un défi extraordinaire qui nécessitait des mesures sans précédent. Ce sont en effet des politiques monétaires non conventionnelles qui leur ont permis d´éviter un effondrement

  • La Revue d´économie financière a décidé de consacrer son dernier numéro à un thème encore largement méconnu, la finance africaine, dont elle dresse un état des lieux documenté et analytique.

    Des investisseurs de plus en plus diversifiés s´intéressent aujourd´hui à l´Afrique. Si le dynamisme démographique et le progrès des performances économiques de ce continent grâce à de meilleures politiques et aux efforts de la communauté internationale pour désendetter les pays à faibles revenus expliquent en partie cet engouement, le contexte international et notamment les taux de rendement très faibles dans les pays développés y ont aussi contribué. De nombreux chantiers restent ouverts pour continuer à attirer les financements internationaux. Ainsi les secteurs bancaires africains doivent encore s´ouvrir, se diversifier et gagner en efficacité, et l´approfondissement du secteur financier peut encore progresser. Quel rôle peut jouer la communauté internationale dans cette progression ? Comment adapter les normes prudentielles au contexte africain ?
    En plus de ce thème principal, ce numéro propose deux articles sur différents sujets de l´actualité économique et financière, le premier qui s´interroge sur la réalité de l´augmentation du rationnement du crédit aux entreprises et le second qui critique le modèle du SRISK.

  • Le Rapport moral sur l'argent dans le monde fournit chaque année une large synthèse des grands débats qui ont traversé le monde de la finance au cours de l'année écoulée. L'édition 2015-2016 traite de l'émergence de nouveaux modèles et de nouveaux comportements. Ainsi l'ubérisation et, plus généralement, ...

  • Le blocage de la croissance trouve, pour partie, son origine dans de mauvaises articulations entre les offres et les demandes de capitaux aux plans national et international. Pour les auteurs de ce numéro, la situation nécessite notamment une recomposition des systèmes financiers dont le rôle central consiste précisément à rendre compatibles ces offres et ces demandes. Après un entretien avec François Villeroy de Galhau, la première partie du numéro évoque la capacité du système financier à canaliser l'épargne vers les investissements, avec un éclairage particulier sur les entreprises innovantes. La deuxième partie réunit trois éclairages sur l'évolution du système financier international suite à la crise des années 2000. La troisième partie et la quatrième partie sont consacrées à l'équilibre entre intermédiation et marchés et aux limites d'une extension des financements de marchés. Une autre solution pourrait venir de nouvelles formes d'intermédiation, objets d'étude de la dernière partie. Un article de recension complète l'étude des systèmes financiers, et, en plus du thème principal, la revue contient une chronique d'histoire financière proposant une analyse de la crise de 2008 s'appuyant sur les enseignements de la panique de 1907 ainsi qu'un article portant sur le bitcoin et les opportunités de la blockchain.

  • La crise financière de 2008 a révélé l´étendue de la finance non réglementée. Sa manifestation la plus importante, le shadow banking, repose sur la titrisation de crédits accordés par les banques et revendus sous forme de titres à des investisseurs sur les marchés. Mais la finance non réglementée concerne également de nombreuses autres activités financières qui constituent un sujet de préoccupation pour la stabilité du système économique. Cet ouvrage s´attache tout d´abord à préciser le concept de shadow banking, à tenter de le mesurer, en particulier en Europe, et à mettre en évidence les raisons de sa croissance. Puis sont abordés d´autres aspects de la finance non réglementée : ETF, commodity houses, dérivés de gré à gré... En dernier lieu, les auteurs se penchent sur les moyens dont disposent les régulateurs, mais aussi sur les risques encourus par les consommateurs de produits financiers.
    Deux autres thèmes sont abordés : le fonctionnement du prêt dans l'Antiquité et au Moyen Âge et l'évolution des usages des moyens de paiement en France.

  •     Avec la mise en oeuvre de politiques économiques d´inspiration libérale au cours des années 1990, l´Inde est devenue un des acteurs de la globalisation et un des principaux pays émergents. Pour accompagner et favoriser cette évolution, le système f

  • Alors que la reprise économique et la baisse du chômage passent nécessairement par une plus grande compétitivité des petites et moyennes entreprises, celles-ci doivent voir augmenter leur capacité d´investir et d´embaucher.

    Or la crise financière mondiale a mis en évidence les spécificités et les fragilités de leurs modes de financement. C´est le thème de la première partie de ce numéro dans laquelle les auteurs analysent les obstacles au financement des PME. La deuxième partie se penche plus spécifiquement sur les PME françaises, leur situation financière difficile, l´investissement productif trop faible et le ralentissement du crédit bancaire. Les marchés financiers constituent-ils une alternative durable au financement des PME ? C´est une des questions posées par la troisième partie qui évoque la mise en place en France d´un marché obligataire dédié aux petites entreprises, le dynamisme et les risques des émissions obligataires des PME-ETI allemandes, Alternext et l´Alternative Investment Market. La dernière partie du numéro est consacrée aux effets de la mise en oeuvre de Bâle III sur l´offre de crédit, aux sources alternatives de financement (Euro PP, titrisation...) et à l´action de la Banque européenne d´investissement.

    Pour ce numéro, la Revue d´économe financière a fait appel à des auteurs variés, économistes et universitaires spécialisés dans le financement des entreprises et les PME, économistes de la Banque de France, banquiers et professionnels des marchés.

  • Les différents « événements démographiques » (allongement de la durée de vie, arrivée d'un enfant, migration...) ont des effets très importants sur les décisions financières. Plus globalement, les évolutions démographiques influencent les grands équilibres économiques et financiers, nationaux et internationaux. C'est pourquoi un champ de recherche s'est développé sur les interactions entre démographie et finance. La Revue d'économie financière en propose dans ce numéro un état de l'art et identifie quelques pistes de recherches intéressantes sur ce thème peu traité. Après avoir présenté les grandes forces démographiques à l'oeuvre, la revue traite des principaux enjeux économiques et financiers auxquels sont ou seront rapidement confrontés la plupart des pays développés et en développement. Une dernière partie traite plus spécifiquement des inégalités patrimoniales et de revenus résultant de ces grandes tendances et propose aussi une analyse de la situation financière des personnes migrantes et de son impact. En plus de ce thème principal, la revue contient une chronique d'histoire financière consacrée au premier business model de la Banque de France et deux autres articles, l'un portant sur le crowdfunding, l'autre analysant les mécanismes économiques et financiers associés à la couverture dépendance.

  • Les dérives ayant conduit à la crise financière ont entraîné une mise en cause des banques et des marchés financiers. Les auteurs de la dernière Revue d´économie financière ont saisi cette opportunité pour s´interroger sur le rôle et l´utili

  • Les investissements à long terme sont plus que jamais indispensables. Longtemps éclipsé, ce thème a fait un retour remarqué au rang des préoccupations des décideurs politiques et économiques. La crise financière a mis en évidence le caractère néfaste des comportements court-termistes et la forte aversion au risque des épargnants réticents à s´engager à long terme.

    Pour traiter ce sujet, les auteurs s´attachent tout d´abord à définir les caractéristiques des investissements de long terme et à mettre en évidence leur utilité. Puis ils posent la question de leur financement, ainsi que celle de l´importance et de la nécessité pour une économie moderne de pouvoir compter sur des investisseurs de long terme : capitalisme familial, capital-risque... Enfin, le rôle des pouvoirs publics est analysé sous l´angle de la politique économique mais aussi sous celui des techniques de financement, notamment des infrastructures.

  • Au début du xxie siècle, les États-Unis étaient devenus la puissance économique incontestée et la finance avait joué un rôle déterminant dans cet avènement. Mais la crise financière a conduit le gouvernement américain à réformer la réglementation de son industrie financière. L´adoption en 2010 du Dodd-Frank Act constitue en effet une rupture majeure par rapport à la politique de libéralisation engagée à partir des années 1980 avec le démantèlement progressif du Glass-Steagall Act de 1933.  Le numéro 105 de la Revue d´économie financière analyse ce nouveau visage de la finance américaine. Sa première partie traite de la finance américaine sur la période 1850-2011, et apporte ainsi une vision historique du système financier, de ses réglementations et de ses crises. La deuxième partie offre un état des lieux des modifications du système bancaire et financier américain et des stratégies des acteurs. La troisième et dernière partie porte sur les réformes adoptées, la nouvelle réglementation et leurs conséquences.


    Les auteurs ayant contribué à ce numéro sont des spécialistes, américains ou d´autres nationalités, de l´économie américaine. Certains sont des universitaires, d´autres travaillent ou ont travaillé pour de grandes institutions américaines, comme la Federal Reserve.

  • L´édition 2011-2012 comporte deux parties.
    1. La lutte contre la criminalité et les délits financier La délinquance financière sous ses diverses formes n´est pas à l´origine de la crise, mais elle a contribué à son déclenchement et à sa propagation.

  • La crise financière, les scandales, le maintien de très fortes inégalités de rémunération, le lourd impact social des mutations de notre système productif ont aggravé les incompréhensions récurrentes en France entre l´entreprise et la société. Le modèle dominant de l´entreprise fondé sur la seule maximisation de la valeur actionnariale est remis en cause, et une nouvelle approche, fondée sur la responsabilité sociétale de l´entreprise, se développe et s´élargit aujourd´hui au domaine fiscal. Enfin, de nouvelles formes de sociétés poursuivant un intérêt collectif commencent à apparaître, signe précurseur d´un nouveau paradigme ? La première partie du Rapport moral sur l´argent dans le monde 2013 revient en profondeur sur ces évolutions. Il questionne d´abord les règles de gouvernance, de rémunération, et de représentation des salariés, et dans un deuxième temps, les tendances les plus récentes en matière de responsabilité sociétale des entreprises.

    Les deux autres parties de l'ouvrage, plus concises, sont constituées d´un dossier d´actualité sur la finance, traitant en deux volets les nouvelles régulations et la lutte contre les délits financiers, et d´un recueil de témoignages de croyants des trois grandes religions monothéistes sur les origines morales de la crise financière.

  • Loin des lieux communs et des opérations spectaculaires, à qui profitent les fusions-acquisitions à court terme ? et à long terme ? C´est à ces questions notamment que les quatre premiers articles répondent. L´évolution des acteurs financiers et bancaires suite à la crise de 2008 y est analysée : l´intervention des États pour sauver les banques et les réformes réglementaires ont modifié radicalement le secteur bancaire, et les fusions-acquisitions sont devenues rares. Mais une troisième grande vague de fusions-acquisitions se préparerait.
    Les deux unions monétaires d´Afrique francophone - l´Union monétaire ouest-africaine (UMOA) et l´Union monétaire d´Afrique centrale (UMAC) - viennent de fêter leurs cinquante ans, et la REF souhaite marquer cet événement en lui consacrant trois articles. Si de nombreuses avancées sont constatées, les réalisations ne se sont pas montrées à la hauteur des espérances, et des progrès sont attendus pour promouvoir une croissance équilibrée et l´élévation du niveau de vie.
    La troisième partie du numéro est l´oeuvre d´historiens de l´économie. Elle traite des liens entre crises immobilières et financières, analysés et illustrés en France à deux époques différentes et en Espagne.
        À la suite de ces trois grands thèmes, un article souligne l´importance du remboursement des dettes pour expliquer le comportement des ménages, un autre propose une réforme fiscale pour la France, enfin le dernier article s´intéresse au trading à haute fréquence.

  • La Revue d´économie financière consacre les deux derniers numéros de l´année  aux systèmes bancaires européens. Dans le premier numéro, la rédaction a donné la parole à des spécialistes venant de différents pays européens, qu´ils soient économistes dans de grandes institutions (banque centrale, ministère des Finances), banquiers ou universitaires. Elle leur a demandé de dresser un état des lieux des systèmes bancaires européens dans la double perspective des suites de la crise financière et de l´harmonisation du système financier.


    Ainsi, les auteurs analysent les systèmes bancaires de quatre grands pays européens (Allemagne, Royaume-Uni, Espagne et Italie), mettent en évidence les modifications importantes  et contrastées provoquées par la crise financière. Ils mettent l´accent sur les facteurs structurels qui caractérisent ces systèmes bancaires : la part importante des banques mutualistes, les difficultés de l´harmonisation du secteur, le rôle important des banques dans le financement des États, ainsi que l´inefficacité du marché monétaire européen.


    À la suite du thème principal, quatre articles traitent de différents sujets de l´actualité économique et financière (les fusions-acquisitions bancaires en Europe, les prix de l´immobilier résidentiel en France, l´impact informationnel des annonces de notation financière sur la rentabilité des actions et les spécificités des banques islamiques par rapport à l´application de Bâle III).

  • Les modifications de l´environnement financier, la concrétisation des risques sous-estimés et la mise en place de nouvelles réglementations sont en train de modifier sensiblement les activités bancaires en Europe. C´est pourquoi après voir décrit les systèmes bancaires européens dans le numéro précédent, la Revue d´économie financière se penche sur leur transformation et sur les nouvelles perspectives qui en découlent.


    Les articles proposent une analyse des évolutions des périmètres d´activités et des modèles économiques des banques européennes, ainsi que des principales réglementations qui s´imposent à elles, en particulier dans le cadre de l´Union bancaire européenne et de ses trois volets : supervision, résolution et garantie des dépôts. Sont également abordés les thèmes de la confiance, de la prise de risque et des conséquences de l´internationalisation des activités de banques de détail.


    À la suite du thème principal, quatre articles traitent de différents sujets de l´actualité économique et financière : la relation entre microfinance et éthique, le paiement mobile, la situation de Chypre comme révélateur des failles de la gouvernance européenne, et l´évolution, suite à la crise financière, de la valorisation des instruments financiers dans les banques européennes.

  • En décembre 2015, la France accueille la 21e conférence climat. Les enjeux pour la planète sont cruciaux puisque les États doivent aboutir à un accord permettant de contenir le réchauffement global en deçà de 2 °C. La finance a un rôle important à jouer. Dans cette perspective, la Revue d´économie financière présente une synthèse des réflexions et travaux sur le sujet.

    La première partie du numéro est consacrée aux défis du financement de la transition énergétique. Comment financer une économie peu émettrice de gaz à effet de serre ? Quels sont les risques liés au changement climatique et comment mieux les anticiper ? Dans une deuxième partie, les auteurs proposent des stratégies : bonus-malus carbone, obligations vertes, désinvestissement des secteurs liés aux combustibles fossiles, meilleure analyse des risques, mise en place d´indices low carbon, empreinte carbone des projets financés... La troisième partie adopte un point de vue plus général en traitant de la finance durable, une finance au service de la société et tenant compte des ressources limitées de la planète.

    En plus de ce thème principal, ce numéro propose deux articles sur différents sujets de l´actualité économique et financière, l´un qui s´interroge sur les stratégies des banques centrales en matière de stabilité financière, l´autre qui propose de revenir sur la dernière crise financière mondiale et sur la crise de la zone euro qui a suivi.

  • L'importance prise par les pays émergents dans les échanges mondiaux de marchandises depuis une trentaine d'années a transformé le système monétaire international. Des flux de capitaux considérables se déplacent entre pays développés et émergents, menaçant ainsi la stabilité financière. Les déséquilibres de balances des paiements ont été à la source de plusieurs crises financières et ont joué leur rôle dans celle de 2008. De surcroît, les politiques monétaires menées par les banques centrales depuis 2009, et en particulier aux États-Unis, ont alimenté les craintes d'une guerre des monnaies. Alors qu'à l'automne 2015, le grand jeu des devises est en pleine évolution, la Revue d'économie financière entend dresser un état des lieux de la situation actuelle et avancer des solutions. Le dollar est-il menacé ? Quels sont les rapports de force ? Quels sont les arrangements institutionnels capables d'assurer une stabilité financière mondiale ? Telles sont les questions sur lesquelles se sont penchés les auteurs, universitaires, banquiers et hauts fonctionnaires. En plus de ce thème principal, ce numéro propose deux articles sur différents sujets de l'actualité économique et financière, l'un qui présente différentes analyses du secret bancaire et de sa fin probable dans les centres financiers offshore, l'autre qui pose la question de la crédibilité des banques centrales suite à leurs nouvelles pratiques induites par la crise financière.

  • L'industrie bancaire, les sociétés d'assurances, les sociétés de gestion et, plus généralement, les professions financières entrent dans une période de mutations profondes imposées par les nouvelles réglementations mises en place depuis 2009 mais aussi par la mise en oeuvre de technologies qui bousculent les business models encore en vigueur aujourd'hui. Activités contraintes et sous surveillance, arrivée de nouveaux acteurs sur le marché, apparition de nouveaux risques, tels sont les nouveaux paramètres que doivent prendre en compte les dirigeants des groupes financiers.
    Les auteurs de cette Revue d'économie financière ne prétendent pas prévoir ce qui va se passer mais proposent de s'ouvrir à ces changements et de s'équiper pour les comprendre, notamment en talents. Après une mise en perspective de ces enjeux, le numéro traite des défis spécifiques auxquels sont confrontés les trois principaux secteurs de l'industrie financière : la banque, la gestion d'actifs et l'assurance.
    En plus de ce thème principal, ce numéro propose deux articles sur différents sujets de l'actualité économique et financière, l'un qui présente le poids des remboursements d'emprunts dans l'épargne des ménages français, l'autre qui s'intéresse à la mise en place des émissions socialement responsables dans le financement des régions françaises.

  • Ce numéro a pour ambition de fournir un panorama complet des bouleversements en cours dans le secteur financier sous l'effet de la révolution numérique. La finance est confrontée à une nouvelle révolution technologique qui modifie de manière très profonde les modèles économiques des acteurs de ce secteur. En effet, le digital remet en cause l'organisation de la banque et de la finance. La relation-client, la tarification, les moyens de paiements mais aussi les transactions sur les marchés sont affectés ; de nouveaux acteurs apparaissent qui concurrencent les établissements financiers sur certains segments de leurs activités. Ces changements nécessitent en outre de repenser la régulation. Enfin, plus que jamais, se pose le problème de la sécurité des transactions. En plus de ce thème principal, ce numéro propose une chronique d'histoire financière sur la monnaie, les riches et les pauvres dans la France du XIXe siècle, ainsi que deux articles sur différents sujets de l'actualité économique et financière, l'un qui s'intéresse aux systèmes de couverture des risques de défaillances bancaires, et plus particulièrement au système de garantie des dépôts, l'autre qui cherche à déterminer dans quelle mesure les agences de notation se sont développées et ont accru leur pouvoir grâce aux trois séries d'accords de Bâle.

  • En mars 2016, la Banque centrale européenne (BCE) a abaissé son taux directeur à zéro. Cette mesure est tout à fait inhabituelle mais, depuis la crise de 2008, les difficultés sont telles dans de nombreux pays, notamment dans la zone euro, que de nouvelles mesures devaient être prises. Ainsi les banques centrales, ...



  • Alors qu'en 2017, le 60e anniversaire du traité de Rome coïncide avec le 25e anniversaire du traité de Maastricht, la Revue d'économie financière revient sur l'histoire de l'Europe et imagine les futurs possibles. Le contexte européen n'est pas à la fête : la crise financière suivie de la crise de la zone euro ont fait beaucoup de dégâts en Europe, les partis contestataires généralement anti-européens séduisent de plus en plus, et le Royaume-Uni a décidé de sortir de l'Union européenne.


    Ce numéro s'ouvre par le témoignage de trois grands témoins, François Villeroy de Galhau, Mario Monti et Pascal Lamy, puis il s'articule en trois parties consacrées à la naissance du marché unique, son approfondissement et son devenir pour la première, les défis de l'Europe financière pour la deuxième, et en conclusion, l'avenir de l'Europe et les réformes encore nécessaires.


    La revue se poursuit par la chronique d'histoire financière consacrée aux leçons à tirer de l'histoire monétaire de la Grèce et par trois articles sur différents thèmes de l'économie financière : les performances boursières avec un gouvernement de gauche en France, les conséquences de la politique des taux bas et les banques islamiques.

empty