Alex Dumas

  • La gestion de la longévité humaine devient aujourd'hui l'un des
    dossiers les plus épineux du gouvernement des populations. De
    nombreux projets de réformes sur les soins de santé, les lois du
    travail, les régimes de retraite, les finances publiques et les marchés
    financiers découlent directement du vieillissement des populations et,
    bien que les options politiques proposées à leur sujet suscitent
    fréquemment de vifs échanges dans l'arène politique, leurs tenants et
    aboutissants sont relativement bien connus. Depuis une décennie, de
    nouvelles avancées biotechnologiques viennent s'immiscer dans nos
    rapports à la vieillesse et interpellent sérieusement les chercheurs en
    sciences sociales. Des discours et des pratiques, certains crédibles et
    d'autres moins, visent entre autres à prolonger la durée de vie
    « naturelle » humaine en agissant sur le vieillissement biologique.
    Déjà que l'âge est devenu un des principaux axes de stratification
    sociale, dans ce contexte biotechnologique, nombreux sont les
    chercheurs qui observent que la longévité deviendra un point de
    départ pour de nouvelles formes de gouvernement du corps et des
    populations.

empty