Langue française

  • Longue, longue la marche des socialistes mais aujourd'hui, le but est atteint, ou plutôt le rêve fou réalisé : la France est à eux. Rien ne manque à leur bonheur, ils ont la présidence de la République, le gouvernement, les deux assemblées, la quasi totalité des régions (ne manque que l'Alsace), la moitié des conseils généraux, la plupart des grandes villes à commencer par la capitale. Même la droite sous la houlette du général de Gaulle n'avait pu se tailler un tel empire.
    Comment ont-ils fait ? Avec méthode et modestie. En quadrillant le territoire national sans négliger le moindre canton. Depuis longtemps, bien avant Mitterrand et ses " éléphants ", les socialistes savent que les élections locales sont la clé de tout.
    Pour mener à bien cette occupation de la France et de ses bonnes places, les socialistes recrutent et forment leurs troupes en puisant dans l'école publique qui leur fournit des réserves inépuisables. Pour une institutrice ou un professeur de collège, la politique offre des possibilités inouïes de promotion sociale, et, disons le, d'enrichissement dans des conditions généralement (mais pas toujours !) licites.
    Dans cette entreprise de conquête, les socialistes disposent d'une région-pilote : le Nord-Pas-de-Calais. Ils la tiennent depuis plus d'un siècle. Ils y ont mis en pratique une mainmise largement inspirée du centralisme démocratique stalinien. De Dunkerque à Lens, ils forment une caste à la fois arrogante et débonnaire et, si l'on ose dire, paternaliste. Selon leur bon vouloir, ils distribuent subventions, logements à loyer modéré, promotions dans la hiérarchie de l'Education Nationale et quelquefois rubans rouges.
    Ailleurs, les méthodes diffèrent mais les stratégies sont identiques. Dans les Bouches-du-Rhône, les socialistes sont imprégnés de la culture corse et frôlent souvent la délinquance en col blanc. A Paris, conquis par hasard, ils jouent la carte des femmes et des homos.
    Mais ici et là, tous participent à cette conquête méticuleuse qui fait aujourd'hui leur bonheur.

empty