Amina Beji-Becheur

  • Cet ouvrage collectif, fruit d'un projet de recherche financé par l'ANR, propose d'explorer le rôle des consommateurs, des entreprises et des institutions dans la fabrique de l'ethnicité. Après avoir clarifié les concepts, leur origine et leur mesure, la deuxième partie étudie comment le marché s'approprie l'ethnicité et la troisième partie appréhende la construction de formes identitaires proches telles que le régionalisme, lecosmopolitisme ou la « seconde » génération.
    L'ambition des auteurs est de « bousculer les idées reçues et les stéréotypes en matière d'ethnicité et soulever la question de l'importance des définitions et des concepts lorsqu'on analyse l'ethnicité et son évolution. Surtout, cet ouvrage propose une vision dynamique de l'ethnicité et le mot "Fabrique" est particulièrement éclairant du contenu de l'ouvrage, de son caractère stimulant et original, pour les chercheurs comme pour les entreprises ». (Bernard Pras, Préface de l'ouvrage).
    En outre, il examine les directions que peut prendre le marketing ethnique entre inauthenticité, forme de reproduction déterministe de l'identité ou éclectisme et cosmopolitisme inscrits dans l'esprit de l'autonomie et de l'existentialisme. « S'il sait participer de ce que Bergson appelait "les sociétés ouvertes", contre les "sociétés closes", il peut monter la rue Saint-Jacques. » (Philippe Robert-Demontrond, postface).
    Un ouvrage dirigé par Amina Béji-Bécheur et Nil Özçaglar-Toulouse, avec les contributions de Christel de Lassus, Delphine Dion, Julie Emontspool, Marie-Hélène Fosse-Gomez, Hélène Gorge, Manel Hadj Hmida, Maud Herbert, Bernard Pras, Fatima Regany, Eric Rémy, Philippe Robert-Demontrond, Pilar Rojas, Ouidade Sabri, Virginie Silhouette-Dercourt, Lionel Sitz, Celina Stamboli-Rodriguez, Mourad Touzani, Luca M. Visconti, Sondes Zouaghi.

  • Soucieuses de contribuer à une société plus démocratique et écologique, un nombre grandissant d'organisations repensent le travail, la coopération, la consommation et leurs actes concrets de gestion. Elles expérimentent, renouvellent nos imaginaires politiques et ouvrent de nouvelles voies, plus désirables.
    Penser l'organisation alternative ne suffit pas : l'intention se confronte vite aux réalités concrètes. Comment organiser l'alternative ? Comment matérialiser l'idée d'une entreprise sociale et inclusive dans les outils et les actes de gestion concrets ? Comment s'assurer que les pratiques de l'organisation demeurent fidèles au projet initial de démocratie, d'égalité, d'émancipation ou d'intérêt général ? Quels sont les changements institutionnels et structurels nécessaires pour que les pratiques évoluent ?
    C'est à ces questions que répond cet ouvrage, qui entre dans le concret, dans la « cuisine » de la gestion des organisations alternatives.
    Les textes présentés sont accessibles à un large public : aux citoyens engagés dans la transformation de nos sociétés, qui y puiseront inspiration et réflexion ; aux enseignants voulant montrer l'intérêt et la diversité des organisations alternatives à travers des cas approfondis ; et aux chercheurs et étudiants en gestion, en sciences des organisations, en économie et en sciences sociales plus généralement, qui y trouveront des descriptions précises d'organisations alternatives. Les cas présentés empruntent à des champs très divers : banques, mutuelles d'assurance et de santé, cabinet comptable, supermarché coopératif, espaces de coworking, coopératives, plateformes digitales, lanceurs d'alerte, recherches participatives, secteur de la santé mentale, des énergies renouvelables, etc.

empty