Anatole Le Braz

  • La Bretagne est probablement l'une des régions où les croyances liées à l'Ankou - la Mort, en breton - sont les plus fortes. Ce recueil de légendes et de contes est la somme d'une multitude de témoignages, confidences et chroniques récoltés, traduits du breton et assemblés par Anatole Le Braz à la fin du XIXe siècle." Lorsqu'un mourant trépasse les yeux ouverts, c'est que l'Ankou n'a pas fini sa besogne dans la maison, et il faut s'attendre à le voir revenir à bref délai pour un autre membre de la famille. " L'Ankou, ouvrier de la mort, est, dans chaque paroisse, le dernier mort de l'année et le reste jusqu'au dernier mort de l'année suivante. On le dépeint grand, maigre, les cheveux longs et blancs, la figure ombragée d'un large feutre... tenant à la main une faux dont la tranchant est tourné vers l'extérieur. Il se déplace généralement dans une charrette (karriguel ann Ankou), escorté de deux hommes, l'un tient la bride du cheval de tête et l'autre ouvre les barrières et les portes et empile les morts que l'Ankou a fauchés.

  • Le gardien du feu Nouv.

    Entre la pointe du Raz et l'île au sein, le phare de Gorlébella. Trois hommes, les trois gardiens du phare, se relaient sur ce rocher, seuls au milieu des flots. À Quimper, arrive un télégramme adressé à l'ingénieur chargé du service des phares : « Feu de Gorlébella, resté allumé toute la journée d'hier, éteint cette nuit. Rumeurs bizarres circulent. Prière donner instructions, si ne pouvez venir vous-même. » On trouve alors une liasse de papiers chargés d'une écriture serrée...

    Un gardien de phare relate les événements de sa vie qui l'ont mené à tuer l'autre gardien et sa femme, Adèle, dont il était amoureux... En finesse, Anatole Le Braz nous livre un grand thriller breton.

  • La Bretagne terre de légendes et de contes fantastiques, où l'un des thèmes de prédilection est la mort, le plus souvent sous la forme de l'Ankou.
    Il est représenté par un personnage efflanqué, les cheveux longs et blancs, la figure en partie dissimulée par un chapeau à larges bords. Une faux à la main, il va de par la lande dans une charrette traînée par deux chevaux : celui de devant est maigre et se traîne, le second est gros et fort...
    La Légende de la mort est un recueil de légendes et de superstitions sur la mort, glanées ça et là auprès des Bretons. On ne se lasse pas de ces récits, et on se laisse troubler par la force de leur conviction !

  • Parus dans diverses revues ou journaux au tournant du XIXe et du XXe siècle, ces contes du vent et de la nuit dépassent et transcendent, pour la plupart, le simple folklore traditionnel breton. L'auteur, fort de son encyclopédique connaissance de l'âme celtique, déploie ses talents d'écrivain-conteur dans ces courts textes qui sont autant de nouvelles fantastiques, entre tradition et modernité.
    Anatole Le Braz, né à Saint-Servais (Côtes d'Armor), en 1859 ; professeur de lettres au lycée de Quimper ; collecteur de chansons, contes et traditions populaires ; auteur de nombreux ouvrages sur le sujet : La Légende de la mort, Les Saints bretons d'après la tradition populaire, Au Pays des pardons, etc. Professeur à l'université de Rennes (1901-1924). Il s'éteint à Menton en 1926.

  • Un lieutenant des douanes, de frais revenu en poste sur la côte bretonne de Perros-Guirec, en face des Sept-Îles, tombe rapidement amoureux de la penhérès, - fille unique - du maire de la localité de Treguignec.
    Mais, en ces temps-là, qui n'est douanier, a toutes les chances d'être contrebandier. Et la belle et mystérieuse Véfa s'avère bel et bien fille de « fraudeur »...
    En utilisant un souterrain qui de l'île Tomé aboutit à la chapelle de Notre-Dame de la Fraude, les contrebandiers narguent les douaniers... A quel dilemme le lieutenant Le Denmat va-t-il se trouver confronter ?..
    Comme souvent dans son oeuvre de fiction, Anatole Le Braz mêle, avec brio et bonheur, les fondamentaux du folklore breton en les transposant et les confrontant au monde moderne et contemporain.
    Anatole Le Braz, né à Saint-Servais (Côtes d'Armor), en 1859 ; professeur de lettres au lycée de Quimper ; collecteur infatigable de chansons, contes et traditions populaires ; auteur de nombreux ouvrages sur le sujet : La Légende de la Mort, Contes du Vent et de la Nuit, Le Gardien du Phare, Au Pays des pardons, etc. Professeur à l'université de Rennes (1901-1924). Il s'éteint à Menton en 1926.

  • Des meneurs de charrues et des patrons de barques, voilà les gens que ces récits eurent mission de distraire, voilà pour quel public furent écrits ces contes, destinés à être lus en famille, entre messe et vêpres, le jour du repos dominical. Le peuple breton - et ce n'est pas son moindre charme - est demeuré un peuple enfant. La politique l'intéresse peu : il palabre les belles histoires. C'est un goût qui lui passera sans doute à la longue, mais il l'a encore... Il est, du reste, lui même un obstiné créateur de mythes et de légendes. Sa mémoire est prodigieusement riche en souvenirs que sans cesse son imagination retravaille. Les trois quarts du temps, en rédigeant les épisodes qui constituent ce livre, je n'ai fait que rendre à l'âme populaire ce qu'elle m'avait prêté. Les batteurs de routes, dépositaires des traditions de la race, s'arrêtent volontiers au seuil de la maison que j'habite, à l'entrée de l'une des voies qui conduisent dans l'ancienne capitale de Gralon. Souvent aussi, je suis allé heurté à leurs portes, dans les bourgades des monts et les hameaux de la mer. Ainsi se sont construites la plupart de ces aventures, presque sans y songer... J'ai dit leurs origines peu littéraires. Ce sont des filles des champs et des filles des grèves, faites pour aller pieds nus, jupes troussées, sans aucun atour. Trouveront-elles ailleurs le même accueil qu'auprès des âmes ingénues qui les goûtèrent tout d'abord ? Je le souhaite... » (extrait de la Préface de l'édition de 1903).
    Anatole Le Braz, né à Saint-Servais (Côtes d'Armor), en 1859 ; professeur de lettres au lycée de Quimper ; collecteur infatigable de chansons, contes et traditions populaires ; auteur de nombreux ouvrages sur le sujet : La Légende de la Mort, Contes du Vent et de la Nuit, Les Saints bretons d'après la tradition populaire, Au Pays des pardons, etc. Professeur à l'université de Rennes (1901-1924). Il s'éteint à Menton en 1926.
    Après les rééditions de : La Légende de la Mort (2 tomes), Îles bretonnes (Belle-Isle, Sein), Contes du Vent et de la Nuit, Les saints bretons d'après la tradition populaire, Le Sang de la sirène, Fille de fraudeurs, voici trois recueils de « nouvelles-contes-légendes » (édition basée sur celle « groupée » de 1903) qui furent ultérieurement publiés séparément.

  • Anatole Le Braz (1859-1926)

    "Ceux de mes compatriotes qui ont connu Ervoanic Prigent se le rappellent encore. Il était de ces types qu'on n'oublie pas.
    Quand on le voyait paraître dans les bourgs du Trégor, - avec son éternel chapeau haut de forme, aux plis avachis d'accordéon, que festonnait une guirlande de fausses fleurs, avec son antique habit à queue dont les longues basques traînantes faisaient derrière lui une espèce de sillage dans la poussière ou la boue des rues, - vite, les enfants accouraient de tous les seuils, et c'étaient à chacun de ses pas des appels bruyants, des cris à fendre les oreilles :
    - Ervoanic ! Ervoanic !
    Lui, habitué à ces ovations, les accueillait avec une condescendance hautaine de souverain en tournée, ne s'offusquant même point si elles dépassaient parfois les bornes des familiarités permises.
    Il se campait fièrement, au beau milieu de la place du village, croisait l'un sur l'autre les revers de son habit à basques, promenait autour de lui un regard digne, et envoyait de la main les saluts protecteurs à toute la séquelle des polissons.
    Il était réputé pour un être simple, ou, comme on dit là-bas, pour un "innocent". On s'en amusait, tout en lui témoignant cette sorte de vénération superstitieuse qui s'attache, en Basse-Bretagne, à la sacro-sainte confrérie des mendiants.
    À vrai dire, cependant, Ervoanic ne mendiait pas.
    Jamais on ne le vit tendre son chapeau sur la route, ni quêter aux portes un morceau de pain. Il eût refusé l'aumône, si on la lui avait offerte. Ses principes, là-dessus, étaient inflexibles. Non, Ervoanic Prigent, roi des royaumes illimités du rêve, ne sollicitait la charité de personne : il se contentait, selon sa propre expression, de "vivre sur le commun ".

    Par ces sept histoires, Anatole Le Braz nous invite au bout du monde afin de faire connaissance avec l'âme sensible de ses habitants.
    Un voyage en Bretagne avec un petit détour en Irlande.
    "Péché d'innocent" - "L"incendie du Vendredi saint" - "Le sonneur de Garlan" - "La barrique d'or" - "Le roman de Laurik Cosquêr" - "Le trésor de Noël" - "Chez le dernier des Nial Mor"

  • Ultimement parue en 1928, deux ans après le décès de son auteur (5e édition), la Légende de la Mort chez les Bretons armoricains, avec un appareil de notes dû à Georges Dottin, reste une des oeuvres majeures du collectage du folklore de la Bretagne.
    « ...Depuis trente ans bientôt que la Légende de la Mort a vu le jour, elle a fourni, à l'étranger comme en France, une carrière des plus estimables dont le cours ne semble pas épuisé. Cette faveur qu'elle a rencontrée par le monde, il va de soi qu'elle la doit uniquement au séduisant génie de la race, toute de sensibilité et d'imagination, qui nous y a dévoilé ses conceptions les plus secrètes et livré ses songes les plus émouvants. Je ne saurais, pour ma part, revendiquer d'autre mérite que d'avoir réussi à provoquer sa confidence et de m'être efforcé, aussi scrupuleusement qu'il était en moi, d'en reproduire à travers une traduction non seulement la lettre, mais l'esprit. Jamais tâche ne, fut plus prenante ni, malgré la tonalité funèbre du sujet, plus féconde en joies : je l'ai poursuivie jusqu'à cette heure avec amour, m'employant à enrichir chaque réédition des thèmes nouveaux que j'avais eu l'heureuse fortune de découvrir dans l'intervalle... » (extrait de l'avertissement de la 4e édition.)
    Anatole Le Braz, né à Saint-Servais (Côtes d'Armor), en 1859 ; professeur de lettres au lycée de Quimper ; collecteur infatigable de chansons, contes et traditions populaires ; auteur de nombreux ouvrages sur le sujet : La Légende de la Mort, Contes du Vent et de la Nuit, Les Saints bretons d'après la tradition populaire, Au Pays des pardons, etc. Professeur à l'université de Rennes (1901-1924). Il s'éteint à Menton en 1926.

  • En 1893-1894, Anatole Le Braz publie dans les Annales de Bretagne, les notes du compte-rendu de la « mission » du Ministère de l'Instruction publique sur les traditions populaires realtives aux Saints bretons. Et ce n'est qu'après son décès que son texte fut édité, en 1937.
    Voilà une belle et instructive promenade au coeur de la Cornouaille bretonne, sur les pas de saints ignorés ou populaires, rustiques et humbles du petit peuple qui, comme pour la Légende de la Mort, reste le seul et unique informateur de l'auteur. Cantiques, histoires pieuses ou simplement merveilleuses, monuments et paysages, c'est encore et toujours la Bretagne éternelle que traque Anatole Le Braz sous les auspices de ses maîtres Renan et Luzel...
    Préface de Maggy Robert-Le Braz et d'Auguste Dupouy.
    Anatole Le Braz, né à Saint-Servais (Côtes d'Armor), en 1859 ; professeur de lettres au lycée de Quimper ; collecteur infatigable de chansons, contes et traditions populaires ; auteur de nombreux ouvrages sur le sujet : La Légende de la Mort, Contes du Vent et de la Nuit, Le Gardien du Phare, Au Pays des pardons, etc. Professeur à l'université de Rennes (1901-1924). Il s'éteint à Menton en 1926.

  • L'Ankou, la légende la mort
    Anatole le Braz
    Titre originel : La Légende de la mort en Basse-Bretagne
    Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.
    Cet ouvrage est le fruit d'années de collectes de légendes et d'anecdotes concernant la mort en Basse-Bretagne.
    Son goût pour cette partie de la culture armoricaine vient certainement de la ville de Ploumilliau où son père était instituteur et dont l'église comportait une impressionnante statue de la Mort représentée en faucheuse et appelée l'Ankou.
    "Pendant près de quinze années consécutives, je n'ai guère cessé... de solliciter la mémoire populaire, parcourant à ce dessein toute la Bretagne..." nous dit Anatole Le Bras qui restitue ici ces histoires effrayantes de la mort quotidienne dans ces pays bretons.
    "Je suis la première surprise du goût (faible mot) que j'ai pris à cette lecture. Plaisir du petit frisson des histoires horrifiantes ?" sur Babelio.com
    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

  • SAINT-YVES est le dernier en date et, si je ne me trompe, le seul canonisé de nos saints d'origine bretonne. Il est aussi à peu près le seul dont la réputation ait franchi les limites de la province. Un an après sa canonisation, il avait à Paris, rue Saint-Jacques, une chapelle ou collégiale qui a subsisté jusqu'en 1823. Au XVe siècle, on lui bâtissait au coeur même de Rome, une église avec cette dédicace : Divo Yvoni Trecorensi ; et, plus tard, dans la même ville, on vit se fonder sous son patronage, des confréries d'hommes de justice qui pourvoyaient, par une sorte d'assistance judiciaire, à la défense des pauvres et des petits.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Publié en revue en 1897, puis en livre en 1901, le Sang de la Sirène, est une des nouvelles les plus célèbres d'Anatole Le Braz. Lors d'un voyage à Ouessant pour y recueillir les légendes de l'île, l'auteur découvre celle qui se rapporte aux Sirènes : douze vierges belles comme des anges mais perverses comme des démons, qui avaient leur résidence d'été dans l'île. Un pêcheur ouessantin en attrapa une dans ses filets et elle en fit le roi de la mer : les vagues lui apportaient les poissons et les épaves, les vents et les courants lui obéissaient, mais la malédiction des sirènes s'abattit sur lui et se poursuit encore sur tous ses descendants. Et un vestige en serait la fameuse et singulière cérémonie de proella (du breton bro et ella : rapatriement au pays) qui consiste à remplacer le corps disparu du naufragé par une croix de cire lors des cérémonies de funérailles... Toujours à mi-chemin entre fiction et légende, entre modernité et tradition, voici Le Sang de la Sirène.
    Anatole Le Braz, né à Saint-Servais (Côtes d'Armor), en 1859 ; professeur de lettres au lycée de Quimper ; collecteur infatigable de chansons, contes et traditions populaires ; auteur de nombreux ouvrages sur le sujet : La Légende de la Mort, Contes du Vent et de la Nuit, Le Gardien du Phare, Au Pays des pardons, etc. Professeur à l'université de Rennes (1901-1924). Il s'éteint à Menton en 1926.

  • Ultimement parue en 1928, deux ans après le décès de son auteur (5e édition), la Légende de la Mort chez les Bretons armoricains, avec un appareil de notes dû à Georges Dottin, reste une des oeuvres majeures du collectage du folklore de la Bretagne.
    « ...Depuis trente ans bientôt que la Légende de la Mort a vu le jour, elle a fourni, à l'étranger comme en France, une carrière des plus estimables dont le cours ne semble pas épuisé. Cette faveur qu'elle a rencontrée par le monde, il va de soi qu'elle la doit uniquement au séduisant génie de la race, toute de sensibilité et d'imagination, qui nous y a dévoilé ses conceptions les plus secrètes et livré ses songes les plus émouvants. Je ne saurais, pour ma part, revendiquer d'autre mérite que d'avoir réussi à provoquer sa confidence et de m'être efforcé, aussi scrupuleusement qu'il était en moi, d'en reproduire à travers une traduction non seulement la lettre, mais l'esprit. Jamais tâche ne, fut plus prenante ni, malgré la tonalité funèbre du sujet, plus féconde en joies : je l'ai poursuivie jusqu'à cette heure avec amour, m'employant à enrichir chaque réédition des thèmes nouveaux que j'avais eu l'heureuse fortune de découvrir dans l'intervalle... » (extrait de l'avertissement de la 4e édition.)
    Anatole Le Braz, né à Saint-Servais (Côtes d'Armor), en 1859 ; professeur de lettres au lycée de Quimper ; collecteur infatigable de chansons, contes et traditions populaires ; auteur de nombreux ouvrages sur le sujet : La Légende de la Mort, Contes du Vent et de la Nuit, Les Saints bretons d'après la tradition populaire, Au Pays des pardons, etc. Professeur à l'université de Rennes (1901-1924). Il s'éteint à Menton en 1926.

  • Ces notes de voyage mettent en pleine lumière un Le Braz passionné de nature, un observateur au regard singulièrement aigu, se donnant tout entier, dans la seule intimité de son âme de poète, à la recherche de spectacles de beauté et les fixant sur le papier dans la vérité de leurs couleurs et de leurs formes. Jamais on n'a rendu aussi heureusement avec des mots la grâce attendrie d'une campagne verdoyante, les colorations ou vives ou étranges d'une mer tou­jours en mouvement, les floconneuses irréalités des nuages que le vent bouleverse, les formes fan­tastiques des rochers fouillés et triturés par les flots sauvages..., autant d'aquarelles où se trouve captée pour toujours l'atmosphère de ce pays breton que Le Braz a si tendrement aimé.
    Ces notes de voyage sont intéressantes pour une autre raison. L'enquêteur infatigable qui a sauvé de l'oubli tant de vieilles légendes est ici de nouveau au travail. Les humains, tout autant que le pays, ont retenu son attention et cela nous a valu de nombreux croquis de marins, de paysans et de paysannes, saisis dans le pittoresque de leurs gestes et de leurs attitudes.

  • Anatole Le Braz (1859-1926)





    "Les légendes contenues dans ce volume ont été recueillies dans trois régions distinctes du pays breton : le Trégor, le Goëlo et le Quimperrois. Elles proviennent, en grande majorité, de la première de ces trois régions et ont été principalement recueillies dans les deux communes de Bégard et de Penvénan. Un hameau de Penvénan, le Port-Blanc, habité surtout par des marins et des pêcheurs, a fourni à M. Le Braz une moisson particulièrement abondante. Un grand nombre de ces légendes ont pour théâtre le village même où elles ont été recueillies ou un village voisin ; quelques-unes cependant sont rapportées à la région montagneuse constituée par la montagne Noire et les monts d'Arez. Il n'est pas douteux que l'exploration systématique d'autres parties de la Bretagne n'enrichisse la littérature populaire de récits analogues à ceux que renferme ce recueil. Le Léon, la Haute-Cornouaille, le Vannetais fourniraient sans doute une très riche moisson de légendes, de croyances et de rites de toute espèce aux collecteurs de traditions populaires. On aurait été tenté de croire que les sept volumes de M. Luzel avaient épuisé la matière ; le fait même que M. Le Braz a pu, en peu d'années, recueillir dans une région très limitée une centaine de légendes, dont un grand nombre n'ont pas de parallèles dans les récits qu'a publiés M. Luzel, montre combien cette croyance eût été mal fondée. Aussi peut-on être assuré qu'il y aura place encore pour un grand nombre de recueils de légendes et de contes bretons, comme il y a eu place pour ce livre, à côté de l'oeuvre si considérable qu'a édifiée notre maître M. Luzel, le Grimm de la Basse-Bretagne."





    A la fin du XIXe siècle, Anatole Le Braz a collecté les légendes et les croyances sur la mort en Basse-Bretagne auprès du peuple et les a traduites en français. Le regard des Bretons sur la mort...

  • Anatole Le Braz nous narre cinq histoires qu'il a récoltées lors de ses inlassables quêtes à travers la Bretagne.
    Il réussit à nous faire pénétrer les croyances ancestrales du peuple breton, qu'il soit de mer ou de terre. Quelque soient le temps et l'espace, nous marchons aux côtés de ces gens simples et pieux, pour qui la mort était partie intégrante de la vie.
    Première édition : 1897

  • Anatole Le Braz (1859-1926)

    "Il est, aux alentours des vieilles villes bretonnes, des vestiges, des tronçons d'anciennes routes que l'herbe a depuis longtemps envahies, que les pluies ont défoncées par places, mais qui gardent, jusque dans leur détresse, un je ne sais quoi de noble et de majestueux. Une solitude profonde est sur elles. Le promeneur ne s'y hasarde guère. Elles n'ont à lui exhiber que le spectacle de leur abandon, les ronces pendantes qui s'enchevêtrent au-dessus de leurs douves et les houx au feuillage funèbre qui hérissent leurs talus.
    Beaucoup, à l'origine, furent des voies romaines. Elles ont vu les robes blanches des derniers druides s'enfuir et disparaître au plus épais de leurs forêts profanées. Les dalles qui, de-ci, de-là, les jonchent encore, retentirent sous le pas des légionnaires de César. Puis, aux bruits de la conquête et de la colonisation succéda le silence des ruines. Il n'y eut plus à rôder, parmi les pierres descellées, que le pâtre barbare dont parle l'auteur des Martyrs : « Tandis que ses porcs affamés achevaient de renverser l'ouvrage des maîtres du monde, lui, tranquillement assis sur les débris d'une porte décumane, pressait sous son bras une outre gonflée de vent... » Aujourd'hui, les porchers eux-mêmes ont déserté ces routes. Ils répugneraient à y aventurer leurs troupeaux. Ce sont, disent-ils, des parages frappés d'interdiction pour les vivants : il ne sied pas d'en troubler le mystère.
    De fait, l'on y peut marcher des heures sans rencontrer personne."

    Anatole Le Braz nous raconte la Bretagne, pays par pays, un pèlerinage fait d'anecdotes, d'impressions et d'histoires : Anatole Le Braz effectue son "tro Breiz"... son "tour de Bretagne"...

  • Anatole Le Braz (1859-1926)

    "Elle s'appelait de son vrai nom Marguerite Charlès. Mais les gens l'avaient baptisée « la Charlézenn ».
    Ce fut dès l'enfance une singulière fille, aux libres allures. Toujours grimpée dans les arbres, entre le ciel et la terre, comme un jeune chat sauvage, elle envoyait de là-haut sa chanson aux passants qui cheminaient en bas, dans la route. De qui était-elle née ? On n'en savait rien. On disait dans le pays qu'elle n'avait eu « ni père, ni mère ». Elle n'avait rien à elle sous le soleil, pas même le nom sous lequel on l'avait inscrite au registre de paroisse. Si pourtant ! elle avait à elle sa beauté. Une beauté insolite, étrange, comme toute sa personne, comme toute son histoire ou plutôt sa légende. Ce n'est pas qu'elle fût précisément jolie. Elle avait le nez un peu fort, et aiguisé en bec d'aigle. De même, ses cheveux déplaisaient, à cause de leur couleur. On a en Basse-Bretagne un préjugé contre les rousses. Ils étaient cependant magnifiques, ces cheveux. Amples et fournis comme une toison, rutilants comme une crinière. On eût dit, autour de sa tête, un buisson ardent, une broussaille de feu. Ses yeux, en revanche, étaient d'un bleu tranquille, presque délavé. Leur nuance était douce - et triste. C'étaient des yeux timides, enfantins, faciles à effaroucher. Ses lèvres très fines, un peu serrées, montraient en s'ouvrant des dents petites et comme passées à la lime. Avec tout cela, ou, si vous préférez, en dépit de tout cela, la Charlézenn, quoiqu'elle eût dix-sept ans à peine, attirait l'attention des jeunes hommes. Les commères racontaient aux veillées qu'elle les ensorcelait. Comme preuve à l'appui, elles citaient l'aventure de « Cloarec Rozmar ». "

    Anatole Le Braz a, durant toute sa vie, collecté inlassablement les vieilles histoires, légendes et autres récits de la culture populaire bretonne...

empty