André Burnat

  • Marthe Richard n'a rien résolu... Si les maisons de tolérance ont disparu, si les hôtels de passe ferment les uns après les autres, l'homme à la recherche de l'âme-soeur contre espèces sonnantes peut toujours se procurer l'adresse d'un « clandé », d'un bar accueillant ou d'un restaurant dont les spécialités les plus épicées ne figurent jamais au menu. Quant aux grandes nouveautés : les salons de massage très spéciaux ou les théâtres porno, nul besoin de longues recherches pour en connaître l'adresse : il suffit pour cela de se reporter à son hebdomadaire de spectacles préféré. L'auteur de cet ouvrage n'a eu que l'embarras du choix pour sélectionner dans les classeurs des inspecteurs de la Brigade des Moeurs ces Dossiers brûlants.

  • Du dentiste qui achète une prostituée à son protecteur au faux brave homme qui met les jeunes amies de sa fille sur le trottoir, il n'est pas de jour où les inspecteurs de la Brigade des Moeurs ne découvrent dans tous les milieux des affaires étonnantes. De Besançon à Rennes, de Nice à Nantes, il s'en passe des choses ! Et il n'y a pas d'âge pour exploiter le vice. Ces Dossiers croustillants racontent tous des histoires vraies, qui ont provoqué enquêtes policières et instructions judiciaires. Pour respecter l'anonymat des personnes en cause les noms des villes et des protagonistes ont parfois été changés. Mais les lecteurs de ces nouveaux Dossiers reconnaîtront peut-être ceux qui sont évoqués ici...

  • La France du sexe se porte bien, comme en témoignent ces dossiers émoustillants constitués de faits divers amusants, étranges ou révoltants dont la police ou la justice ont eu à connaître. Ce qui étonne dans ces dossiers, c'est l'imagination sans limite des héros ou des héroïnes de ces histoires. A Nice, c'est un touriste allemand qui prostituait sa fille pour prolonger ses vacances sur la Côte d'Azur. A Marseille, c'est un transsexuel qui voulait être mère. A Paris, c'est un faux gynécologue qui se réclamait de la mairie pour procéder à un examen approfondi des lycéennes. A Toulouse, un professeur d'éducation sexuelle donnait des cours pratiques à ses élèves. A Paris encore, un ecclésiastique prêchait la morale dans les sex-shops pour mieux voler les films pornographiques qu'il se projetait ensuite. Certaines bourgeoises désoeuvrées du seizième arrondissement avaient même voulu jouer aux call-girls. Mal leur en prit... Tant il est vrai que, si une morale se dégage de ces dossiers libertins, c'est bien qu'en matière de moeurs, les amateurs ne font pas encore le poids !

  • De Rome à Bruxelles en passant par Paris et Düsseldorf, la libération des moeurs est devenue une réalité de tous les jours, avec son cortège de faits amusants, surprenants... ou tragiques. Toutes les histoires relatées dans ce livre sont vraies, depuis l'aventure de la jeune marchande de soleil qui protégeait deux prostituées à celle du play-boy qui avait monté le réseau des plus jeunes call-girls du monde. Un point commun à ces diverses anecdotes : des femmes en sont les héroïnes. Et l'on verra que toutes ne sont pas des victimes, loin de là : dans cette grande vague de la débauche qui s'abat sur l'Europe, elles ont prouvé qu'elles savaient faire montre d'initiative et de détermination, rattrapant les hommes lorsqu'elles ne les dépassaient pas sur le terrain du libertinage et de l'immoralité.

  • Marthe Richard n'a rien résolu... Si les maisons de tolérance ont disparu, si les hôtels de passe ferment les uns après les autres, l'homme à la recherche de l'âme-soeur contre espèces sonnantes peut toujours se procurer l'adresse d'un « clandé », d'un bar accueillant ou d'un restaurant dont les spécialités les plus épicées ne figurent jamais au menu. Quant aux grandes nouveautés : les salons de massage très spéciaux ou les théâtres porno, nul besoin de longues recherches pour en connaître l'adresse : il suffit pour cela de se reporter à son hebdomadaire de spectacles préféré. L'auteur de cet ouvrage n'a eu que l'embarras du choix pour sélectionner dans les classeurs des inspecteurs de la Brigade des Moeurs ces Dossiers brûlants.

  • Du dentiste qui achète une prostituée à son protecteur au faux brave homme qui met les jeunes amies de sa fille sur le trottoir, il n'est pas de jour où les inspecteurs de la Brigade des Moeurs ne découvrent dans tous les milieux des affaires étonnantes. De Besançon à Rennes, de Nice à Nantes, il s'en passe des choses ! Et il n'y a pas d'âge pour exploiter le vice. Ces Dossiers croustillants racontent tous des histoires vraies, qui ont provoqué enquêtes policières et instructions judiciaires. Pour respecter l'anonymat des personnes en cause les noms des villes et des protagonistes ont parfois été changés. Mais les lecteurs de ces nouveaux Dossiers reconnaîtront peut-être ceux qui sont évoqués ici...

  • De Rome à Bruxelles en passant par Paris et Düsseldorf, la libération des moeurs est devenue une réalité de tous les jours, avec son cortège de faits amusants, surprenants... ou tragiques. Toutes les histoires relatées dans ce livre sont vraies, depuis l'aventure de la jeune marchande de soleil qui protégeait deux prostituées à celle du play-boy qui avait monté le réseau des plus jeunes call-girls du monde. Un point commun à ces diverses anecdotes : des femmes en sont les héroïnes. Et l'on verra que toutes ne sont pas des victimes, loin de là : dans cette grande vague de la débauche qui s'abat sur l'Europe, elles ont prouvé qu'elles savaient faire montre d'initiative et de détermination, rattrapant les hommes lorsqu'elles ne les dépassaient pas sur le terrain du libertinage et de l'immoralité.

  • La France du sexe se porte bien, comme en témoignent ces dossiers émoustillants constitués de faits divers amusants, étranges ou révoltants dont la police ou la justice ont eu à connaître. Ce qui étonne dans ces dossiers, c'est l'imagination sans limite des héros ou des héroïnes de ces histoires. A Nice, c'est un touriste allemand qui prostituait sa fille pour prolonger ses vacances sur la Côte d'Azur. A Marseille, c'est un transsexuel qui voulait être mère. A Paris, c'est un faux gynécologue qui se réclamait de la mairie pour procéder à un examen approfondi des lycéennes. A Toulouse, un professeur d'éducation sexuelle donnait des cours pratiques à ses élèves. A Paris encore, un ecclésiastique prêchait la morale dans les sex-shops pour mieux voler les films pornographiques qu'il se projetait ensuite. Certaines bourgeoises désoeuvrées du seizième arrondissement avaient même voulu jouer aux call-girls. Mal leur en prit... Tant il est vrai que, si une morale se dégage de ces dossiers libertins, c'est bien qu'en matière de moeurs, les amateurs ne font pas encore le poids !

  • En matière d'atteintes à la moralité publique, les policiers de la Brigade des moeurs n'ont que l'embarras du choix. S'ils traquent toujours les proxénètes et contrôlent la prostitution, ils découvrent chaque jour de nouveaux "exploits" dans l'éventail des délits qu'ils sont chargés de réprimer. De la baby-sitter, obligée de faire le trottoir pour subvenir aux besoins de son employeur, à la princesse italienne, débaucheuse de lycéens pubères, ils interviennent maintenant dans des milieux qui leur étaient jusqu'alors très fermés. De Lille à Menton, de Paimpol à Marseille, ils sont sans cesse sollicités par de braves gens qui s'effarouchent de la libéralisation du sexe. Car la luxure n'est plus l'apanage de Paris et des grandes villes comme Lyon et Marseille. Elle a gagné la province et parfois de simples bourgades. Tous ces dossiers en témoignent.

  • Cabarets « honnêtes » aux arrière-salles surprenantes, restaurants « familiaux », où tables et planchers se recouvrent de matelas le soir venu, appartements discrets fréquentés par de trop nombreux messieurs, auberges accueillantes, péniches entraînant leurs passagers dans des croisières d'un style nouveau - ce sont là quelques-uns des théâtres d'opération des agents de la Mondaine, ces policiers dont le métier consiste à côtoyer en permanence le vice, sous toutes ses formes (proxénétisme, prostitution, pornographie, drogue, perversions en tous genres), sans se laisser prendre au piège de l'argent vite gagné. Autant dire que les constats d'adultère qui sont - encore - de leur ressort, constituent pour eux une heureuse détente... Pour aussi étonnant que cela puisse paraître, les scandales amusants, pitoyables ou révoltants examinés - ou dévoilés - dans cet ouvrage, ne sont nullement le fruit de l'imagination fertile d'un écrivain de profession. Choisies, parmi bien d'autres, pour leur caractère « exemplaire », par un spécialiste des « Moeurs », certaines de ces affaires ont amené des personnalités haut placées à exercer des pressions discrètes, mais vigoureuses, visant à les étouffer. Cela ne les a pourtant pas empêchées, sinon d'éclater, du moins d'apparaître au grand jour, grâce à l'intervention de policiers intègres qui voulaient à tout prix que « la lumière soit ». Dans la mesure où, sur le plan de la violation de la Loi en général, des lois sur les moeurs en particulier, l'imagination des spécialistes est sans bornes - le lecteur en jugera pièces à l'appui - l'on peut affirmer, sans risque, que les scandales exposés dans ce livre seront bien vite supplantés par d'autres. Certains prénoms (Claude, Billy...) sont d'ailleurs déjà sur toutes les lèvres, ou le seront sous peu. Autant dire que les inspecteurs de la Brigade des Moeurs sont loin d'être au bout de leurs surprises.

  • Cabarets « honnêtes » aux arrière-salles surprenantes, restaurants « familiaux », où tables et planchers se recouvrent de matelas le soir venu, appartements discrets fréquentés par de trop nombreux messieurs, auberges accueillantes, péniches entraînant leurs passagers dans des croisières d'un style nouveau - ce sont là quelques-uns des théâtres d'opération des agents de la Mondaine, ces policiers dont le métier consiste à côtoyer en permanence le vice, sous toutes ses formes (proxénétisme, prostitution, pornographie, drogue, perversions en tous genres), sans se laisser prendre au piège de l'argent vite gagné. Autant dire que les constats d'adultère qui sont - encore - de leur ressort, constituent pour eux une heureuse détente... Pour aussi étonnant que cela puisse paraître, les scandales amusants, pitoyables ou révoltants examinés - ou dévoilés - dans cet ouvrage, ne sont nullement le fruit de l'imagination fertile d'un écrivain de profession. Choisies, parmi bien d'autres, pour leur caractère « exemplaire », par un spécialiste des « Moeurs », certaines de ces affaires ont amené des personnalités haut placées à exercer des pressions discrètes, mais vigoureuses, visant à les étouffer. Cela ne les a pourtant pas empêchées, sinon d'éclater, du moins d'apparaître au grand jour, grâce à l'intervention de policiers intègres qui voulaient à tout prix que « la lumière soit ». Dans la mesure où, sur le plan de la violation de la Loi en général, des lois sur les moeurs en particulier, l'imagination des spécialistes est sans bornes - le lecteur en jugera pièces à l'appui - l'on peut affirmer, sans risque, que les scandales exposés dans ce livre seront bien vite supplantés par d'autres. Certains prénoms (Claude, Billy...) sont d'ailleurs déjà sur toutes les lèvres, ou le seront sous peu. Autant dire que les inspecteurs de la Brigade des Moeurs sont loin d'être au bout de leurs surprises.

  • La France compte près de cent cinquante casinos, et trente-cinq cercles privés, agréés par le ministère de l'Intérieur et autorisés, de ce fait, à exploiter les jeux de hasard. Dans ces établissements, qui vont du plus huppé au plus miteux, des dizaines de milliards de francs passent chaque année sur le tapis vert, sous le regard vigilant de policiers pas comme les autres, ceux du Service central des courses et des jeux, plus connu sous l'appellation de Brigade des Jeux. Ces inspecteurs itinérants sont, en fait, les garde-fous d'un hasard que certains auraient par trop tendance à manipuler à leur profit. Leur rôle ? Interdire le jeu sous toutes ses formes, pour peu que l'État n'y perçoive pas son pourcentage. Ce qui les amène à jouer les Fregoli plus souvent qu'à leur tour, en passant sans transition du smoking de rigueur à la roulette du Palm-Beach, au jean-col roulé, leur uniforme rue de la Goutte-d'Or où opèrent les joueurs de bonneteau. Un métier mouvementé, où les inspecteurs des jeux côtoient princes arabes en quête d'un peu d'excitation, demi-mondaines à l'affût de riches clients à plumer, ouvriers immigrés rêvant à la fortune, truands de haut vol souvent intéressés aux bénéfices. Un monde bizarre, peuplé de personnages pathétiques, hilarants ou inquiétants, qui ont pour seul point commun ce qu'il est convenu d'appeler le "démon du jeu". Un démon exigeant, qui pousse ses victimes à dévoiler certains aspects bien particuliers du génie humain... Autant dire que si les inspecteurs de la Brigade des Jeux n'exercent pas une profession de tout repos, ils sont - quotidiennement - les témoins d'épisodes drolatiques ou un peu tristes, mais toujours savoureux. Ce sont ces anecdotes qu'ils vous racontent dans ce livre.

  • La France compte près de cent cinquante casinos, et trente-cinq cercles privés, agréés par le ministère de l'Intérieur et autorisés, de ce fait, à exploiter les jeux de hasard. Dans ces établissements, qui vont du plus huppé au plus miteux, des dizaines de milliards de francs passent chaque année sur le tapis vert, sous le regard vigilant de policiers pas comme les autres, ceux du Service central des courses et des jeux, plus connu sous l'appellation de Brigade des Jeux. Ces inspecteurs itinérants sont, en fait, les garde-fous d'un hasard que certains auraient par trop tendance à manipuler à leur profit. Leur rôle ? Interdire le jeu sous toutes ses formes, pour peu que l'État n'y perçoive pas son pourcentage. Ce qui les amène à jouer les Fregoli plus souvent qu'à leur tour, en passant sans transition du smoking de rigueur à la roulette du Palm-Beach, au jean-col roulé, leur uniforme rue de la Goutte-d'Or où opèrent les joueurs de bonneteau. Un métier mouvementé, où les inspecteurs des jeux côtoient princes arabes en quête d'un peu d'excitation, demi-mondaines à l'affût de riches clients à plumer, ouvriers immigrés rêvant à la fortune, truands de haut vol souvent intéressés aux bénéfices. Un monde bizarre, peuplé de personnages pathétiques, hilarants ou inquiétants, qui ont pour seul point commun ce qu'il est convenu d'appeler le "démon du jeu". Un démon exigeant, qui pousse ses victimes à dévoiler certains aspects bien particuliers du génie humain... Autant dire que si les inspecteurs de la Brigade des Jeux n'exercent pas une profession de tout repos, ils sont - quotidiennement - les témoins d'épisodes drolatiques ou un peu tristes, mais toujours savoureux. Ce sont ces anecdotes qu'ils vous racontent dans ce livre.

  • En matière d'atteintes à la moralité publique, les policiers de la Brigade des moeurs n'ont que l'embarras du choix. S'ils traquent toujours les proxénètes et contrôlent la prostitution, ils découvrent chaque jour de nouveaux "exploits" dans l'éventail des délits qu'ils sont chargés de réprimer. De la baby-sitter, obligée de faire le trottoir pour subvenir aux besoins de son employeur, à la princesse italienne, débaucheuse de lycéens pubères, ils interviennent maintenant dans des milieux qui leur étaient jusqu'alors très fermés. De Lille à Menton, de Paimpol à Marseille, ils sont sans cesse sollicités par de braves gens qui s'effarouchent de la libéralisation du sexe. Car la luxure n'est plus l'apanage de Paris et des grandes villes comme Lyon et Marseille. Elle a gagné la province et parfois de simples bourgades. Tous ces dossiers en témoignent.

empty