Anne Zamberlan

  • Anne Zamberlan "pète" la forme et les formes. A 44 ans, elle pèse 130 kg et a réussi sa vie et sa carrière. Et pourtant elle a subi trente ans de quolibets et d'injures, a voulu en mourir et a finalement choisi la vie. Aujourd'hui, elle pousse un cri de colère, mais aussi un appel au secours pour tous ses frères et soeurs de misère. Des millions de personnes se sentent rejetées depuis que le muscle a été érigé en valeur suprême, depuis qu'être gros est une tare. Les gros sont exclus du travail leur vie quotidienne est semée d'embûches, ils n'obtiennent qu'avec difficulté tout ce qui est dû à chaque citoyen. Un coup de gueule nécessaire pour nous pousser au respect et à la tolérance vis à vis de chaque être humain, quel que soit son aspect physique.

  • - Anne ! Debout ! La classe tout entière attend. Petits fauves aux aguets, ennemis soudain, prédateurs. Elle dit, la maîtresse : - Tu as encore grossi. Tu es grosse, Anne ! Obèse ! Je voudrais fuir. Ne plus sentir la brûlure de leurs regards sur mon corps, mon pauvre : corps impudiquement dévoilé par les mots terribles de cette institutrice. Mais je suis rivée là. À leur merci. En ce temps-là, je n'avais que huit ans. Je n'étais qu'une petite fille brune de la banlieue parisienne, avec de grands yeux noirs et une queue-de-cheval. J'avais cru être comme les autres, les petites filles de huit ans. Jusqu'à ce que la maîtresse m'apprenne que j'étais différente. Que j'étais grosse. Obèse.

empty