Arnaud Cathrine

  • ' "Je te préviens : je n'ai pas du tout envie de me retrouver dans ton livre." '

    Avec ces soixante-cinq récits brefs, Arnaud Cathrine capte les vies d'inconnus croisés dans le métro, au café ou sur la plage. Des destins qu'il observe pour mieux les inventer, à travers un jeu de miroirs où apparaissent les fantasmes de l'écrivain, qui devient à son tour un personnage à part entière.

  • C'est le mojito.
    C'est un léger accident.
    C'est parce qu'il n'a pas rencontré de fille.
    C'est parce que je n'ai pas rencontré de garçon.
    C'était juste pour essayer.
    C'est pour avoir tout fait ensemble.
    C'est pour tous les amis pareil.
    C'est entre lui et moi.
    C'est la première et la dernière fois.
    C'est rien.
    Ça va passer.
    Après le succès de sa trilogie À la place du coeur, Arnaud Cathrine nous donne à vivre un premier amour, comme si nous y étions.

  • Succession : Une "jeune personne" décide d'empoigner sa liberté face à une famille autoritaire lors d'un repas de famille. Une pièce sur le déterminisme social et familial.
    Sérénades : Un texte sur la furie amoureuse et sur la solitude de celui qui aime sans être aimé en retour.

  • "Il n'aimait pas dormir, contrairement à elle. Dormir signifiait : quitter l'autre. Même enlacés au lit, cela revenait quand même bien à quitter l'autre. Qui s'endormirait (s'éloignerait de l'autre) le premier ? Qui céderait le premier à l'insignifiante et ordinaire trahison ?" Passant de l'humour à la gravité, de la confidence à l'outrage, de la pudeur à la sensualité résolue, Arnaud Cathrine revisite, au fil de dix nouvelles, un motif universel, fluctuant et insaisissable. Prix de la Nouvelle de l'Académie française 2015

  • Lorsqu'Aurélien Delamare débarque à Villerville un dimanche d'automne pour régler la vente de la maison familiale, il est censé n'y passer qu'une nuit. Ce séjour va pourtant se prolonger et prendre l'allure d'un état des lieux personnel. Face aux fantômes ravivés de l'adolescence, Aurélien interroge son histoire jusqu'à sonder les racines d'une solitude à la fois subie et choisie. Maintenant qu'il est revenu en presque étranger dans son village natal, la question se pose autrement : s'agit-il de retrouver quiconque ou de rencontrer enfin quelqu'un ?

    Je ne retrouve personne est un livre d'abandon au principe d'incertitude. On y doute de soi au passé (re)composé et au présent le plus immédiat. À travers ce journal d'un trentenaire en crise - et pour ce huitième roman aux Éditions Verticales -, Arnaud Cathrine ose se perdre pour mieux surmonter un à un les pièges de la mélancolie.

  • La saison 2 de la série bouleversante d'Arnaud Cathrine. " La fin de l'année 2015 arrive à grands pas. Je me suis souvent demandé ces derniers mois : j'ai quoi à la place du coeur ? À la place du coeur, j'ai toi. " Cette saison est celle de l'éprouvant retour de Caumes à la vie. Il est raconté par son cousin, Niels, depuis la côte Atlantique : tout un été à tenter de sortir Caumes de sa torpeur muette et rageuse. Puis c'est Esther qui prend la parole : elle dont Caumes s'est peu à peu éloigné ; elle dont l'amour ne lâche pas ; elle qui, faute de pouvoir tourner la page, s'est persuadée qu'un après était possible dans ses bras. Mais ces jeunes adultes sont aussi les enfants de novembre, les enfants du Bataclan, du Carillon, du Petit Cambodge. La vie n'a pas fini d'être mise à l'épreuve. La vie n'a pas fini d'être à réinventer.


  • La troisième et dernière saison de la série bouleversante d'Arnaud Cathrine.

    Caumes, je viens de terminer ton livre: il est immonde. Je ne t'embrasse pas. Je ne t'embrasserai plus. Esther.
    (Dis-moi, t'as quoi à la place du coeur ?!)

  • Pour évoquer la mémoire de l'écrivain Benjamin Lorca, deux amis, un frère et une ex-compagne prennent successivement la parole. Quatre voix qui se complètent ou se diffractent, à rebours des quinze années qui nous séparent de sa mort tragique. La découverte d'un journal intime que le disparu a laissé derrière lui ravive en eux la tentation de saisir enfin cet être si fuyant, égaré, insaisissable. Les quatre narrateurs trouveront-ils une quelconque révélation dans ces écrits jamais publiés? L'envers d'une personnalité, la face cachée de Benjamin? Tous ne prendront pas la même décision - trahir ou non cette intimité posthume... - mais chacun découvrira en chemin quelques vérités sur lui-même, plus ou moins apaisantes. Avec ce septième roman, tout en ellipse et non-dit, Arnaud Cathrine a su éviter les complaisances de la noirceur. On y retrouve les nuances sensibles du mal d'être contemporain qui habitait ses livres précédents, mais aussi les fragments d'un discours sur toutes les formes d'amour, y compris le plus paradoxal, le désamour de soi.

  • Six jours dans la vie de Caumes qui vit son premier amour. Six jours de janvier 2015 où la France bascule dans l'effroi. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu'une chose : à la fin de l'année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther - sujet de tous ses fantasmes - se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un " plus si affinités "... Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s'annonce et la perspective obsédante de la " première fois ". Sauf que le lendemain, c'est la France qui bascule à son tour : deux terroristes forcent l'entrée du journal Charlie Hebdo et font onze victimes... À la place du coeur, c'est ça : une semaine, jour après jour, et quasiment heure par heure, à vivre une passion sauvageonne et exaltante ; mais une semaine également rivée sur les écrans à tenter de mesurer l'horreur à l'oeuvre, à tenter de ne pas confondre l'information en flux continu avec un thriller télé de plus. Comment l'amour (qui, par définition, postule que " le monde peut bien s'écrouler ") cohabite-t-il avec la mort en marche ? Comment faire tenir ça dans un seul corps, dans une seule conscience ? Comment respirer à fond le parfum de la fille qu'on aime et comprendre, dans le même temps, que le monde qui nous attend est à terre ?

  • Avoir un père auteur jeunesse dont les romans s'inspirent directement de votre vie est tout à fait insupportable pour Doriand. Il va donc mettre en place des statagèmes pour ne plus être l'unique source d'inspiration de son père.

empty