Azar Khalatbari

  • Inodores, incolores, invisibles et passe-partout grâce à leur très petite taille, les nanomatériaux ont envahi depuis
    quelques décennies les objets du quotidien : bonbons et chocolats, peinture et colle, vêtements et médicaments, yaourts et plats cuisinés, crème de beauté et dentifrice... Même les emballages en regorgent !
    Désormais il faut donc compter avec eux. Nous les inhalons et les ingurgitons sans même nous en apercevoir tant leur cheminement à travers l'organisme est sinueux et énigmatique. Car avant même d'évaluer leurs capacités à traverser ou non des barrières biologiques, avant même de juger de leur utilité,
    les voilà sur place et en masse.
    Où réside le génie de ces lilliputiens ultra-réactifs ? Ils augmentent les rendements des panneaux solaires, rendent les capteurs hypersensibles, démultiplient la puissance de calcul des ordinateurs, réinventent l'électronique, élaborent des médicaments sans effets secondaires...
    Faut-il en avoir peur ? Les encenser ou les boycotter ? Arrêter d'en produire ou, au contraire, foncer dans cette course mondiale
    qui a débuté il y a à peine deux décennies ?
    À travers une série de rencontres avec des spécialistes, l'auteure souligne la complexité du problème dès lors que l'on y porte un regard global, alerte contre les solutions simplistes et plaide pour que le consommateur soit pleinement informé.
    Car dans ce nanomonde qui s'ouvre, c'est notre vigilance et notre sens civique qui feront toute la différence.

  • La question des origines interroge les ressorts les plus profonds de l'être humain. Il faut s'avoir d'où l'on vient pour savoir qui l'on est. D'où le besoin individuel de s'ancrer dans une lignée ; d'où le besoin collectif de se créer un mythe fondateur ; et d'où le besoin universel d'expliquer l'origine du monde. Les réponses à ces questions de la psychologie, avec Sophie Marinopoulos (1re partie), de la sociologie, avec Michel Wieviorka (2e partie) et de la cosmologie, avec Étienne Klein (3e partie). En guise d'épilogue, tous trois confrontent leurs points de vue dans une dernière partie.

empty