Bernard Gille

  • L’anglais est une langue vivante et un outil de communication incontournable, dans le milieu universitaire comme dans la vie courante. Cet ouvrage d’anglais pour les filières STAPS est le premier ouvrage thématique d’anglais appliqué au sport, avec :toutes les thématiques de l'enseignement dispensé pendant les 3 premières années de la formation STAPS (santé, sports extrêmes, mobilité internationale, genre...) ;un cours complet fondé sur des supports variés (articles de journaux, blogs...) ;une partie orale s'appuyant sur des enregistrement inédits et authentiques d’athlètes contemporains ;une reprise des bases de l'anglais du secondaire ;des entraînements corrigés.Tout pour s’entraîner et maintenir un bon niveau d’anglais !

  • Méditer est un jeu d'enfant !
    Pour les enfants, qui sont naturellement curieux, méditer est un formidable terrain de jeu. En se familiarisant peu à peu avec la méditation, l'enfant découvre que l'attention et la concentration se développent sans effort de manière joyeuse. Plus présents, vivants et détendus, ils deviennent, grâce à la pratique, également plus autonomes, prêts à montrer l'exemple... à leurs parents !
    Avec des explications simples et illustrées, des petites histoires traditionnelles et des exercices de méditation, assise et en mouvement, l'enfant est guidé pas à pas.
    Méditation du cerisier, méditation du caillou, méditation du zeste de citron, méditation du funambule ou du flamant rose... 13 ateliers de méditation pour tous les moments de la journée.
    Une initiation ludique dès 7 ans, seul ou en famille, accompagnée de 6 ateliers de méditation vidéo !

  • Deux ans après la parution de L'homme peut-il s'adapter à lui-même ?, ses auteurs et d'autres scientifiques, tous connus dans leur domaine, se réunissent à nouveau. Un grand nombre d'entre eux acceptent de participer à ce nouvel ouvrage. Malgré les alertes et quelques améliorations, ils savent que le constat reste alarmant. Le vivant lui-même nous l'indique.
    Partout, les dates de récolte avancent ; partout, les aires de répartition d'espèces marines et continentales sont spectaculairement modifiées. Les effets du changement climatique se superposent aux dégradations directes de l'environnement, et ceci pour toutes les espèces vivantes, y compris l'espèce humaine.
    Allons-nous être capables de réagir à temps ? Qu'attendons-nous ? Que nous faut-il pour enfin accepter de changer ? Car pour s'adapter, ne faut-il pas, d'abord, accepter de changer ? Ces questions sont désormais centrales dans l'évolution géopolitique des sociétés humaines car déjà, du changement climatique se déclinent de nombreux conflits et souffrances, car il n'y aura pas d'agriculture durable sans respect des données écologiques et pas de santé durable autrement basée que sur l'écologie. Il nous faut trouver, de toute urgence, un nouveau système économique, beaucoup plus soutenable, ne consistant pas à gagner de l'argent en détruisant la nature ou en la surexploitant. Il nous faut aussi trouver un nouveau système social, beaucoup plus partageur, non centré sur une mince couche de la population !
    « Il y a toujours eu de l'improbable dans l'histoire humaine, le futur n'est jamais joué... ». Edgard Morin, cité dès l'introduction de cet ouvrage, donne le ton. Chacun dans leur domaine, les scientifiques nous livrent ce que pourraient être les conditions d'une réelle métamorphose : celle qui nous permettrait d'accepter nos limites dans la diversité d'une planète dont nous ne sommes qu'un des éléments et d'acquérir une véritable conscience humanitaire planétaire !
    L'ouvrage s'adresse à un large public, familier des sciences ou intéressé. Les enjeux qu'il aborde concernent également les décideurs et au-delà, tout citoyen conscient des priorités à venir.

  • Le portrait d'une femme fascinante, source inépuisable d'inspiration.
    Ce livre est le fruit de la recherche opiniâtre de deux hommes passionnés. Mettant en contact avec les écrits et avec de nombreux témoignages, il renouvelle en profondeur la connaissance que l'on avait de Madeleine Delbrêl. Son itinéraire, de l'athéisme à l'éblouissement de la foi et à l'engagement, se dessine avec netteté au fil d'un récit qui parcourt ses soixante années de vie, dont plus de la moitié à Ivry-sur-Seine, près de Paris, là où, dit-elle, se trouvait une population « incroyante et pauvre ».
    Tour à tour poète, assistante sociale et mystique, femme de prière et d'action, Madeleine Delbrêl (1904-1964) offre à notre société sécularisée et à l'Église un beau visage, riche d'inspiration pour une vie chrétienne en dialogue avec l'athéisme et la misère sous toutes ses formes. Son procès en béatification est engagé et sa réputation de sainteté ne cesse de croître.
    Cet ouvrage richement documenté est l'occasion de découvrir le parcours de vie incroyable de Madeleine Delbrêl.
    EXTRAIT
    « J'ai vécu aussi, et cela fut une chance, hors des cloisonnements sociaux : ma famille était faite de tout ; par voie de conséquence moi aussi. »
    Ces phrases que Madeleine prononça dans sa dernière conférence à des étudiants parisiens, à quelques semaines de sa mort, demandent à être nuancées. Elle veut dire probablement que sa famille n'a jamais vécu une différenciation sociale très marquée et qu'elle était ouverte à des relations diverses. Mais elle n'était pas vraiment « faite de tout ». Sa mère, Lucile Junière, était issue d'une lignée de petite bourgeoisie de province. Ses grands-parents maternels tenaient à Mussidan, en Dordogne, une fabrique de cierges, de cires et de bougies qui fournissait entre autres le sanctuaire de Lourdes et qui prospérait, à cette époque où l'électricité était loin d'avoir pénétré dans tous les foyers. La fabrique employait une vingtaine d'ouvriers. Le développement du chemin de fer facilitait les ventes. Les Junière étaient solidement établis et bien considérés dans cette bourgade de Mussidan qui comptait alors 2 300 habitants.
    À PROPOS DES AUTEURS
    Le Père Bernard Pitaud est prêtre de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice. Il conduit des recherches dans les domaines du discernement, de l'accompagnement spirituel ainsi qu'au coeur des écrits de Madeleine Delbrêl.
    Le Père Gilles François est le postulateur de la cause de béatification de Madeleine Delbrêl. Historien de formation et ancien président de l'Association des Amis de Madeleine Delbrêl, il est aussi prêtre dans le diocèse de Créteil.

  • L'espèce humaine va-t-elle pouvoir s'adapter aux changements qu'elle a elle-même suscités ? En a-t-elle encore les moyens physiologiques et biologiques ? Est-il encore temps ? Sur quel secteur scientifique, économique ou social allons-nous pouvoir nous appuyer à l'avenir pour nous aider dans une phase où les changements du monde seront multiples ? Le monde, l'homme l'a rendu nettement plus vivable pour lui-même en y augmentant son espérance de vie, en facilitant ses accès au garde-manger, à la fontaine municipale, au médecin de famille, à la pompe à essence, au train ou à... ses redoutables e-mails. Ce faisant il a, d'un même geste, multiplié par cent sa facture énergétique comme sa production de carbone et de polluants, pillé les ressources halieutiques, érodé les terres arables, homogénéisé le vivant et, peut-être, mangé son pain blanc. Tout n'est pas joué, mais il y a bien urgence ! Les régulations qui animent le monde sont de plus en plus contraintes et l'on sait désormais que l'accumulation des savoirs (d'Internet notamment) ne donne pour autant la capacité d'agir ! Et pourtant, si l'humain touche effectivement tous ses « plafonds » (physiologiques, biologiques, environnementaux, sociaux, économiques, etc.) cette situation ne sera pas supportable. Loin de propos culpabilisants mais à partir de leurs travaux les plus récents, des scientifiques, de tout bord, tentent d'apporter des esquisses de réponses. Au-delà des idées reçues, leurs textes constituent des liens tissés, entre les sciences de la nature, les sciences fondamentales, les sciences de l'homme et de la société, pour nous dresser un bilan aussi complet que possible de la situation. Car s'il est acquis que l'activité humaine est le principal moteur de l'évolution de la planète, il convient désormais trouver des moyens pour protéger l'espèce humaine contre ses propres agissements et modérer sa soif du « toujours plus ». C'est pour répondre à cette quête que cet ouvrage a été rédigé. S'adressant un public de scientifiques de tout domaine, il peut aussi attirer l'attention des décideurs agissant en matière d'environnement et de gestion des ressources. Plus globalement, tout citoyen conscient des enjeux environnementaux, économiques et sociaux actuels y trouvera la matière pour renouveler ses réflexions.

  • Le destin de Néron était d'achever la construction de l'empire romain et couronner la politique par l'art. La mission de saint Paul était la transformation de l'enseignement de Jésus en un projet politique global. Cet ouvrage retrace la dynamique identitaire romaine face à la naissance de l'universalisme chrétien, provenant du Moyen-Orient.

  • Dans un environnement où la compétitivité est un leitmotiv, les entreprises innovantes sans track record sont les sources premières d'innovation. Elles doivent bénéficier d'un contexte favorable pour développer leur potentiel et des capitaux nécessaires à leur croissance. Aussi, est-il important de quantifier le besoin en capitaux en attribuant une valeur à l'innovation. Comment la mesure-t-on ? Avec quels outils ? Tel est l'objet de ce livre.
    En particulier, les start-up disposent d'actifs tangibles très limités et ne génèrent pas encore de chiffre d'affaires. Elles sont virtuellement en cessation de paiement et la recherche de fonds est vitale pour le maintien de leur activité. Leur projet précurseur est le seul actif qu'elles possèdent et leurs dirigeants devront prouver qu'ils ont les qualités pour le développer. Ce guide pratique décrit et hiérarchise ces critères et étudie les éléments qui renforcent la confiance, tels que l'éligibilité aux aides publiques, l'implication des investisseurs, le plan d'affaires et le besoin en fonds de roulement prévisionnel.
    Partant de cette présentation, les auteurs exposent une méthodologie pour évaluer les composantes du capital immatériel à partir d'exemples issus de cas concrets dans plusieurs secteurs d'activité. À titre illustratif et non exclusif, les auteurs proposent un outil de valorisation d'une start-up à l'usage des investisseurs et des chargés d'affaires entreprises. Ce nouveau système « immétrique » s'applique essentiellement aux firmes innovantes digitales ou du monde de la deep-tech, quel que soit le pays. Cet ouvrage est destiné à tous ceux qui interviennent dans des transactions financières portant sur des titres de sociétés à valoriser : augmentation de capital, cession-acquisition, divorce, succession, gestion de portefeuille...
    Il s'adresse aux acteurs de la finance, et en particulier aux chargés d'affaires des réseaux bancaires, aux fonds d'investissement (Venture Capital et Corporate Venture), ayant besoin de mieux maîtriser les Actifs Immatériels Stratégiques (AIS) développés par les entreprises innovantes, tels que le capital humain, organisationnel, relationnel, les logiciels, bases de données, etc. qui constituent le goodwill ; lequel représente jusqu'à 85 % de la valeur des sociétés cotées ou non.


  • Les hasards de la colonisation ont placés Tahiti et ses îles, la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna, sous la souveraineté française. Ce mariage n'a pas été vécu sous les mêmes formes. Ce qui explique que chacun de ces trois archipels ait aujourd'hui un statut et une physionomie spécifiques. L'objet de cet ouvrage est de retracer ces trois destinées fort dissemblables.

  • Les larmes d`Isaan

    Gilles Bernard

    Imaginez-moi en OEdipe, face à mes responsabilités du moment, et souvenez-vous de cette histoire que je vous ai susurrée maintes fois en embrassant avec suavité vos lobes délicieux :
    « Le Sphinx était immobile, OEdipe faisait face à lui. L'étrange animal posa une énigme. Qui marche à quatre pattes le matin, à deux le midi et à trois le soir ? OEdipe doit répondre avec précision, la liberté de Thèbes en dépend. C'est l'Homme, qui au matin de sa vie se déplace à quatre pattes, au midi de sa vie marche avec ses deux jambes, et qui, au soir de sa vie, s'aide d'une canne, marchant ainsi sur trois pattes », répondit-il.
    La ville fut sauvée, OEdipe adulé.
    Je suis passé devant le Sphinx.
    Après m'avoir regardé longuement, la bête m'a posé l'énigme suivante : « Vous souvenez-vous de Thèbes ? Sûrement, mais Thèbes n'est plus, votre Monde est, alors cherchez le sens réel de la Suite de Thèbes 4-2-3 ».
    Se passionner pour les mathématiques, c'est plonger dans les ténèbres. C'est une science abyssale magnifique. Percer ses mystères est un rayon de soleil qui vous éclaire. Faut-il avoir la compétence, la patience et la chance d'y consacrer du temps ? Pourtant, chercher le sens de la vie dans les nombres me paraît être une vaine démarche, les plus grands penseurs se sont tous perdus à le faire ; d'ailleurs, ils errent dans les forêts des songes, au clair de lune, à l'aube morne.
    Oublier le temps, chercher le sens, fouiller dans son intérieur, c'est parfois contradictoire ; Pierre Assouline disait que lorsque nous avons une vie intérieure, nous menons déjà une double vie.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Une enquête sur l'ordre du Temple solaire : le portrait de ses deux grands maîtres, Jo Di Mambro et Luc Jouret, des témoignages d'anciens adeptes sur les manipulations, les rituels, la vie quotidienne...


  • Depuis plus d'un siècle et demi, la montagne est un objet majeur de la vie politique en Suisse: composante principale de l'imaginaire national depuis le milieu du 19e siècle, ressource touristique de poids, elle a été au coeur d'innombrables polit

  • Comment s'est-il introduit dans les milieux gaulistes, comment s'est-il constitué un réseau influent, quels sont sa pratique et son style politique ? Comment s'est-il imposé ? Les études de ses relations avec les forces sociales, de son action dans la capitale et dans son fief cantalien permettent de saisir sur le vif cet acteur politique des années soixante et soixante-dix. SOMMAIREOuverture par Christian PonceletI -- L'avant 1958 : Introduction par B. Lachaise -- G. P. dans les années 30 par E. Naquet -- G. P. et le RPF par F. Turpin -- Les réseaux et les cercles d'amis de G. P. par B. Lachaise -- Témoignage par E. Burin des RosiersII -- Esprit pratique des institutions, mai 1958-1974 : Introduction par J. M. Mayeur -- G. P. et la logique de la Ve République par D. Maus -- Les relations entre le Premier ministre et le Président de la République par N. Castagnez Ruggiu et A. Leboucher Sebbab -- G. P. et le Parlement par P. Avril -- La culture politique de G. P. par O. Rudelle -- G. P. et la crise de mai 68 par R. Rémond -- Témoignage par J. Donnedieu de Vabres III -- G. P. et les forces politiques : Introduction par G. Le Béguec -- G. P. et les mouvements gaullistes par G. Quagliariello -- G. P. et les jeunes gaullistes par F. Audigier -- G. P. et la gauche par G. Morin -- G. P. les centristes et les modérés par G. Le Béguec -- G. P. et l'ouverture au centre par M. Montero -- Témoignage par E. Balladur IV -- La pratique politique de G. P. : Introduction par J. P. Cointet -- Le dialogue avec les forces sociales par S. Chauveau -- Le Cantal espace réservé ? par V. Pradier -- G. P. et la vie politique à Paris par P. Nivet -- Témoignage par P. Messmer Conclusion par Georges Henri Soutou

  • Comment peuvent être pensés, au-delà des idées convenues, les fondements de la crise sociale dans la modernité tardive ? Le travail des auteurs de l'ouvrage Guerre civile et modernité consiste, sur plusieurs terrains significatifs (politique, économie, sociologie, art...), à évaluer les ravages d'une philosophie qui a pour particularité de détruire à la racine la possibilité du lien social naturel, pour ensuite tenter de le recréer au moyen de divers artifices. Dans l'ordre naturel des choses, la vie sociale est un don reçu au même titre que la vie tout court. Mais la modernité, en se dégageant de la société traditionnelle et des forces morales qui l'ont défendue, au premier rang desquelles l'Eglise, ne laisse place qu'à la théorie sociale reposant sur l'affirmation de l'autonomie et de l'exaltation de l'individu, du primat de sa volonté. Cette mesure de toutes choses de l'humanisme moderne ne conduit-elle pas naturellement au déracinement et à la perte d'identité, lesquels annoncent le désordre et la guerre civile permanente, la fin de l'amitié politique ? Pourtant, n'est-ce pas concrètement le modèle proposé comme cadre normalisé de l'expression sociale ? Et s'il existait une antinomie entre le modèle social issu de la modernité et la notion de bien commun comme forme la plus élevée du bien de chaque membre du corps social ? C'est la grande force de cet ouvrage collectif d'analyser en profondeur les multiples processus mis en place par la modernité tardive pour imposer sa violence intrinsèque au coeur de la relation entre les personnes, et de la relation sociale comme moyen de domination.

  • Au-delà des idées convenues, comment penser les fondements d'une crise sociale inscrite dans le temps long ? La guerre civile perpétuelle évalue dans plusieurs domaines les ravages politiques de la philosophie de la modernité. Cette étude examine d'abord sa capacité à détruire à la racine la possibilité du lien social naturel, pour tenter par la suite de le recréer au moyen de divers artifices. Loin de se limiter au simple constat d'échec, l'originalité et la force de cet ouvrage résident dans l'analyse des causes d'un processus logique qui tend à imposer sa violence intrinsèque au coeur de la relation sociale.Avec les contributions de :Miguel Ayuso Torres, Guillaume Bernard, Jacques Bonnet, Danilo Castellano, Bernard Dumont, Gilles Dumont, José Miguel Gambra, Carlo Gambescia, Isabelle Huten, Aude de Kerros, Teodoro Katte Klitsche de la Grange, Marc de Launay, Pierre de Lauzun, Alain Mescheriakoff, Dalmacio Negro Pavon, Monica Papazu, Claude Polin, Christophe Réveillard, Giovanni Turco.

empty