Bruno Fuligni

  • La fille de Napoléon

    Bruno Fuligni

    Été 1815. Après Waterloo, la France est envahie, humiliée, dévastée ; Napoléon part en exil à Sainte-Hélène, la royauté est restaurée. Une jeune femme surgie de nulle part se déclare fille naturelle de l'Empereur ! Sa mère aurait connu Bonaparte lorsqu'il était sous-lieutenant à Auxonne, explique la belle Charlotte Chappuis. Le ministre de la Police générale, Fouché, la fait enfermer, mais l'aventurière échappe à la vigilance des autorités. Tenace, rusée, charmante, suscitant des sympathies politiques et plusieurs demandes en mariage, Charlotte joue sa partie pour défendre sa liberté et faire valoir ses droits.

  • Le récit documenté de l'incendie du Bazar de la Charité, qui coûta la vie à plus de 120 personnes issues de la haute société parisienne. Une série est en cours d'adaptation par TF1 et Netflix.
    Le fait divers le plus tragique de la Belle Époque Paris, 4 mai 1897. Ce devait être une fête dans la haute société. Mais une allumette craquée trop près d'un bidon d'éther, nécessaire aux projections du cinématographe, eut des conséquences effroyables. En vingt minutes, rue Jean-Goujon, la fine fleur de l'aristocratie française grillait dans l'embrasement d'un village de toile goudronnée : plus de cent vingt victimes, surtout des femmes. Quant aux survivants, accusés d'avoir piétine les corps et de s'être fraye un chemin a coups de canne, leur prestige en fut durablement entame , faisant écrire a Le on Bloy : " Un grand nombre de belles dames ont e te carbonisées hier soir en moins d'une demi-heure... Voilà un commencement de justice. " Fatalité ou châtiment divin ? Par l'action du feu purificateur, toutes les hypocrisies de la Belle Époque partirent ce jour-là en fumée. La France changeait d'ère, une simple vente de charité ayant tourné en révolution involontaire. Bruno Fuligni, qui a eu accès aux archives des pompiers de Paris, reconstitue le sinistre et ses prolongements : policiers, politiques et diplomatiques, mais aussi culturels, le drame ayant contraint les frères Lumière a mettre au point le projecteur électrique... Alors qu'est diffusée la série évènement de TF1 Le Bazar de la Charité , son enquête nous entraîne dans les arcanes de ce fait divers qui traumatisa la IIIe République au tournant du siècle.

  • Toutes les guerres sont stupides, bien sûr, mais certaines le sont plus que d'autres.
    De mémoire d'homme, on s'est déclaré la guerre pour une vache, un cochon ou des crabes. Des batailles meurtrières ont été livrées pour un seau de bois, un panier de pommes, des gâteaux impayés, une oreille, des taxes sur le whisky, voire des déjections d'oiseaux de mer. Les Anglais ont attaqué Zanzibar, les Iroquois l'Allemagne, l'Allemagne le Liberia, et l'armée australienne fut mise en échec par des troupeaux d'émeus ; le Salvador bombarda le Honduras pour un match de football et la Suisse envahit le Liechtenstein par erreur...
    Bruno Fuligni et Bruno Léandri sont entrés en campagne pour raconter les guerres les plus particulièrement stupides de l'histoire universelle.
    Puisse un jour le rappel de tant d'inepties sanglantes calmer de futures velléités belliqueuses !

  • Ils ont arrêté Ravachol, Landru et Mata Hari, démantelé la "bande à Bonnot", et leurs récits ont inspiré des personnages aussi mythiques que le comte de Monte-Cristo, Arsène Lupin, Fantômas ou Maigret. Qu'il s'agisse de vol, de crime, de moeurs ou de pouvoir, les "policiers-écrivains" nous ont laissé des textes passionnants. Policiers, ils ont découvert des corps, traqué des assassins, livré des coupables à la justice de leur temps. Écrivains, ils ont consigné leurs enquêtes, leurs intuitions, leurs idées. À l'âge de la retraite, ils ont publié, raconté, revécu les moments forts d'une carrière, non sans se donner le plaisir de régler au passage quelques comptes. En eux se révèlent des narrateurs efficaces qui ont le sens de l'image et du raccourci saisissant. De l'ancien préfet de police craint et respecté au petit inspecteur des moeurs qui se sait l'objet du mépris public, ces Souvenirs de police condensent un siècle et demi d'affaires criminelles et politiques.

  • Secrets d'Etat

    Bruno Fuligni

    Assassinats, complots, scandales financiers, crises politiques... les dossiers secrets qui ont fait trembler la République.
    Le fonds " Panthéon " rassemble les archives les plus sensibles du ministère de l'Intérieur, celles qui étaient autrefois placées dans un coffre-fort. De la Commune à la Libération, toutes les grandes affaires et toutes les personnalités importantes y sont présentes.
    On y retrouvera notamment : le scandale de Panamá, l'assassinat du président Carnot, la surveillance de Mussolini, l'affaire Landru, la naissance du Parti communiste, l'affaire Stavisky, l'arrestation de Léon Blum, le mystérieux dossier du général de Gaulle...
    Pendant deux ans, Bruno Fuligni s'est plongé dans ces archives pour en sélectionner les plus remarquables. En publiant les pièces de ces dossiers confidentiels, il nous conduit au coeur du secret, là où convergent pouvoir politique et enquête policière.
    " Graves, bénignes ou célèbres, ces affaires sont toutes passionnantes et racontées sur le vif. " Lire

  • Justiciers

    Bruno Fuligni

    • Sonatine
    • 29 Octobre 2015

    Une initiation au mal absolu... Corps démembrés, familles dévastées : des crimes d'une spectaculaire sauvagerie terrorisent le pays quand le jeune Antoine intègre l'École de police. Un vieux professeur de criminalistique va lui donner les clefs du mystère à travers vingt histoires vraies, vingt crimes et enquêtes attestés historiquement, du Moyen Âge à nos jours, sur tous les continents. Une initiation au mal absolu. Un démonologue, un lieutenant général de police, un patron de Scotland Yard, un roi blanc du Pacifique, un " Sherlock Holmes russe ", un policier de la jungle malaise ou un greffier de la Morgue épris de poésie : tels sont les justiciers d'hier qui viennent au secours du justicier d'aujourd'hui. Avec ce texte d'une grande originalité et d'une grande précision, Bruno Fuligni navigue entre fiction et réalité historique pour raconter la force d'un certain esprit de justice et la constitution d'un véritable savoir policier à travers les siècles.

  • e premier dictionnaire des noms difficiles à porter !
    L'Evêque Cauchon qui fit brûler Jeanne d'Arc, le gendarme Merda qui tira sur Robespierre, ont fait rire des générations d'écoliers. En puisant dans l'histoire de France et du monde, Bruno Fuligni est allé à la recherche des noms propres à consonance comique, sans oublier les noms adaptés à une qualité ou un métier, ou " aptonymes " : le docteur Bizard, le franc-maçon Laloge, l'anticlérical Legros-Dévôt, l'évêque Lucifer, le colonel Dominé...
    De l'empereur Mongku au peintre Labitte, en passant par le député Chion-Ducollet, le sénateur Pèdebidou, Mgr Lanusse ou le poète Troccon, tous ces personnages ont réellement existé. Certains ont même été censurés des manuels scolaires, comme le chevalier de La Crotte ou le physicien William Prout, grand spécialiste des gaz.
    Un livre pour se cultiver tout en ricanant.

  • Se baigner dans la Seine, réduire la fracture sociale, combattre la finance : que n'a-t?on promis aux Français ? Certes, « les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent », selon une cynique maxime qui a gravement discrédité la politique. Pourtant, imagine-t?on un candidat qui annoncerait que la situation actuelle le satisfait, que le pays ne va pas si mal et qu'il s'engage à ne rien changer ? Même les plus conservateurs emploient volontiers le langage de la réforme ou de la révolution, s'efforçant de susciter l'adhésion en soulevant de folles espérances. Mais l'électeur est-il dupe ?
    Depuis l'institution du suffrage universel en 1848, des milliers de tracts et de professions de foi ont été diffusés par les candidats eux-mêmes. En les réunissant, Bruno Fuligni nous entraîne, entre utopie et démagogie, à la découverte des rêves et espoirs des Français.

  • Le monde selon Jaurès

    Bruno Fuligni

    Qui est vraiment Jaurès ? Quel monde veut-il, cet homme assassiné le 31 juillet 1914, alors qu'il tente « avec une sorte de désespoir » d'empêcher une guerre dont il a pressenti la puissance destructrice ?

    Ses partisans comme ses adversaires ont salué sa voix d'airain, sa parole ailée, sa force de conviction, son intégrité, mais aussi ce « sens cosmique » par lequel cet intellectuel qui se jette dans le combat politique apporte à la République une pensée originale de l'homme et de l'univers.

    Orateur hors pair, capable de parler pendant trois heures sans notes, philosophe engagé, Jean Jaurès a prononcé des discours mémorables : sur l'école, le travail, les retraites, la finance, la corruption, la violence, la justice, les relations franco-allemandes, la place des religions dans la Cité, celui qui voulait changer la société nous a laissé, dans une langue superbe, des analyses stimulantes qui sont toujours d'actualité.

    Au fil des citations, chaque fois replacées dans leur contexte, Bruno Fuligni nous invite à découvrir ses réflexions, ses réparties, ses prophéties, ses avertissements, ses saillies, ses confidences, qui sont autant de clefs pour comprendre le monde d'hier et d'aujourd'hui.

  • Raccourcis

    Bruno Fuligni

    Les perles de l'Histoire, voici un recueil de citations de témoignages du dernier instant, de mots d'esprit et de bravades de guillotinés, de la Révolution à nos jours.
    Un angle inattendu pour un sujet grave et grinçant ! Cet ouvrage est un recueil de citations historiques attestées (carnets manuscrits, biographies...) dans lequel on aura plaisir à piocher de bons mots et à s'amuser de ces pirouettes verbales. On apprend en introduction, l'incroyable destinée de M. Guillotin qui, dans sa volonté d'offrir une mort plus digne aux détenus, s'est retrouvé malgré lui lié à celle de la guillotine. Les citations sont réparties dans cinq chapitres précédés d'un texte qui nous plonge dans l'atmosphère de chaque époque.

  • Le premier volume de la collection "Historissimo" !Durs envers les faibles, souples devant les puissants dont ils convoitent la place, prêts à tous les reniements pour avancer et dépourvus de la plus élémentaire dignité, les affreux de l'histoire ont bien des points communs.
    Ceux que l'on trouvera dans ces pages furent soldats comme César Borgia et Saint-Arnaud, magistrats comme Fouquier-Tinville, policiers comme l'inspecteur Bonny ou Lavrenti Beria, voire prêtres comme l'évêque Cauchon, l'abbé Dubois ou le pasteur gauchiste Jim Jones.
    Qu'importe la défroque ou la justification idéologique, tous profitèrent des faiblesses de leurs semblables pour les réduire à un état de servitude et d'avilissement extrêmes. Corrompus, cyniques et débauchés : voici les pires crapules de l'humanité, de l'Antiquité à nos jours.

empty