Cécilia Dutter

  • L'itinéraire spirituel et le parcours de vie d'Etty Hillesum, jusqu'à la veille de sa déportation : un hymne à la beauté de l'existence, un vibrant plaidoyer pour l'humanité.0300Pour parvenir à cette lucidité, Etty a suivi un chemin singulier. Sa sensualité débordante l´a d´abord conduite à multiplier les conquêtes amoureuses auprès de partenaires toujours plus âgés qu´elle, rejoignant à cet égard une démarche résolument moderne. Puis, c´est l´un d´entre eux, Julius Spier, un psychologue de l´école jungienne, dont elle sera tour à tour la patiente, la maîtresse, la disciple et l´amie de coeur, qui l´aidera à  « accoucher de son âme », et à aimer plus qu´un homme, Dieu et l´humanité tout entière. Grâce aux lectures auxquelles il l´initie - la Bible et les Évangiles, saint Augustin, Maître Eckart ou le poète R. M. Rilke - et à la qualité de leurs échanges, elle emprunte peu à peu une voie spirituelle propre, en marge de tout dogme quoique proche de la morale chrétienne.À l´heure des convois pour Auschwitz, elle portera secours à ses frères détenus au camp de transit de Westerbork, antichambre des camps de la mort. Refusant de se désolidariser des siens, elle endossera jusqu´au bout le destin de son peuple. Celle qui rêvait de devenir un écrivain laisse des pages d´une indéniable qualité littéraire et d´une infinie sagesse : « Je ne crois plus que nous puissions corriger quoi que ce soit dans le monde extérieur, que nous n´ayons d´abord corrigé en nous. L´unique leçon de cette guerre est de nous avoir appris à chercher en nous-même et pas ailleurs. »0300Au coeur des Pays-Bas occupés, une voix s´élève. Celle d´Etty Hillesum, vingt-sept ans, dont les cahiers et la correspondance tenus durant les années les plus noires de l´Histoire attestent d´une inébranlable foi en l´existence. Pour atteindre à cette sagesse, elle a suivi un chemin singulier : d´une nature sensuelle et possessive, elle a appris avec Julius Spier, un psychologue de l´école jungienne dont elle sera tour à tour la patiente, la maîtresse, la disciple et l´amie de coeur, à aimer plus qu´un homme, Dieu et l´humanité tout entière. Grâce à lui, elle emprunte peu à peu une voie spirituelle propre, en marge de tout dogme mais proche de la morale chrétienne. Figure majeure aux Pays-Bas, Etty Hillesum a laissé des pages d´une indéniable qualité littéraire et d´une très grande profondeur. Cécilia Dutter nous raconte sa vie et son itinéraire intellectuel, un hymne à la beauté de toute chose, un vibrant plaidoyer pour l´humanité.0400TABLE DES MATIÈRES Préambule1. Chaos2. Famille3. Un tournant4. Passion5. En chemin vers moi6. Enfanter par l´écriture7. L´accueil de Dieu8. Un ordre supérieur des choses9. Etty, une féministe avant l´heure10. De l´amour d´un seul à l´amour de tous11. Le Conseil juif12. Westerbork13. Premier recul devant l´horreur14. Le grand saut15. Une liberté intérieure16. Dieu, ultime refuge17. Le poète du camp18. Anne Frank, petite soeur spirituelle19. La liste Barneveld20. Regard sur la mort21. À l´aube, les adieuxNotesBibliographie

  • Etty Hillesum fascine par sa soif de liberté et d'absolu, son intelligence des êtres et des événements. Cette jeune hollandaise juive au tempérament de feu meurt à Auschwitz à l'âge de 29 ans, laissant derrière elle une correspondance et un journal incandescents qui témoignent d'une fulgurante évolution intérieure au milieu de l'horreur des camps.
    Ce livre original et accessible emmène le lecteur avec empathie et finesse sur le chemin en trois étapes emprunté par Etty - se rencontrer soi-même, tourner son regard vers l'autre, ouvrir son coeur à l'absolu - afin de l'aider à grandir en vérité et liberté.
    Convoquant autour d'Etty Hillesum de grandes voix
    de la littérature et de la psychologie (Rilke, Jung), en résonance avec les plus belles traditions philosophiques et spirituelles, Cécilia Dutter met à la portée de tous le trésor des écrits d'Etty pour répondre à une interrogation
    fondamentale : comment vivre une existence plus libre et plus belle ?

  • L'Amérique. Le Sud. Les Blancs, les Noirs et comme un gout d'Apocalypse. C'est dans ces lieux âpres et retirés que se déroule la vie de Flannery O'Connor (1925-1964), écrivain parce que catholique, catholique parce qu'écrivain. Avec cette biographie littéraire, Cécilia Dutter nous fait entendre la voix d'un auteur qui disait « crier pour que les sourds entendent », et jette une lumière inédite sur cette femme qui aura lutté sans faiblir contre la maladie. Ce combat quotidien et sa foi sans faille lui feront écrire des romans et des nouvelles dont les titres en disent long sur l'existence : Les braves gens ne courent pas les rues, La sagesse dans le sang, Et ce sont les violents qui l'emportent, Mon mal vient de plus loin... Mais la grâce et le rire sont là, toujours, nécessaires, mystérieux, et ce sont eux qui donnent aux textes de Flannery leur singularité, une grandeur qui la place à la hauteur d'un Dostoïevski ou d'un Bernanos.

  • Pourquoi l'amour n'est-il pas toujours le synonyme de la paternité ? Une fille, blessée comme tant d'autres, cherche la vérité. Pour elle, pour lui. Pour toutes les femmes, tous les hommes. Un récit libérateur !
    C'est l'histoire d'une rencontre manquée entre un père et sa fille. À travers ce récit intime et bouleversant, Cécilia Dutter plonge dans ses souvenirs et relit son histoire familiale chaotique, marquée par la figure d'un père tyrannique, pour la comprendre et la réinterpréter à la lueur de la maturité de la cinquantaine.
    Comment la petite fille de jadis s'est-elle construite sous la despotique loi du père ? Quelle force a-t-il fallu à l'adolescente, puis à l'adulte devenue, pour échapper à son emprise ? Quelle empreinte laisse ce père énigmatique et contrasté sur la femme, épouse et mère de deux filles, qui écrit ces lignes ? Comment se réconcilier avec le passé ?
    De l'angoisse la plus noire jusqu'à la paix retrouvée grâce au pardon, ce témoignage universel, implacable mais non dépourvu de tendresse, met en lumière la force de la résilience et la transcendance sacrée de la vie.

  • Lame de fond

    Cécilia Dutter

    « Il était temps pour moi de faire le point. Je venais d´avoir quarante ans. J´avais marché une moitié de vie en sens inverse du tapis roulant. Avec habileté. Avec grâce. Je n´avais pas trébuché. C´était pire, je m´étais perdue. »  Romane Bréjeance traverse une crise. Entre un mari qu´elle n´aime plus et une fille qu´elle ne parvient plus à comprendre, elle s´enlise. Lors d´un voyage professionnel en Thaïlande, elle réchappe miraculeusement au tsunami. La possibilité d´être une autre se présente brutalement à elle : une vie à réinventer. De l´Asie à l´Australie, au fil d´un périple riche de rencontres, elle tentera de se reconstruire. Mais quel est le sens d´une existence bâtie sur un leurre ?  Roman d´une fuite, roman sur le couple et l´effritement du désir, roman sur le renoncement et la difficulté à connaître ceux auprès desquels on vit... Cécilia Dutter nous invite à une traversée du miroir, une bouleversante quête de soi.

    Critique littéraire au Magazine des livres et au Service littéraire, Cécilia Dutter a publié deux romans (Une présence incertaine et La Dame de ses pensées) et en 2010, une biographie remarquée : Etty Hillesum, une voix dans la nuit (Robert Laffont).

  • À travers ce recueil de lettres au ton résolument intimiste, empreint de tendresse et d'affection, une mère s'adresse à sa fille au seuil de sa majorité afin de lui rappeler les valeurs essentielles sur lesquelles prendre appui pour construire harmonieusement sa vie de femme et envisager son rapport au monde. Cherchant à aiguiser son esprit critique sur l'époque et l'actualité, elle aborde sans langue de bois des thèmes aussi variés qu'universels : la carrière, la maternité, le bonheur, la liberté féminine, la sexualité, la mort, le mal, le pardon... Elle souhaite enfin ouvrir le regard de la jeune fille à une dimension spirituelle de l'existence et lui apprendre à communier dès ici-bas avec plus Grand que soi. Entre récit et essai, Cécilia Dutter livre, avec bienveillance et sensibilité, un message d'amour mettant à l'honneur le lien et la transmission mère-fille.

  • Née à Kaboul, Zeina n'a que trois ans à la mort de son père. Selon une coutume ancestrale, elle sera une bacha posh, une fille déguisée en garçon, seul moyen de survivre à la honte d'une famille de femmes dans un pays où elles ne peuvent se déplacer qu'accompagnées d'un homme.À la puberté, elle refuse de recouvrer son identité d'origine et s'enfuit. Réfugiée au sein d'une association militant pour le droit des Afghanes, elle va suivre cette ONG à Paris afin de sensibiliser les médias à cette cause. Elle survit misérablement dans la capitale jusqu'à ce que sa route croise celle d'Olivier. Fasciné par sa beauté qu'il devine sous son allure masculine, ce photographe parvient à l'imposer dans le milieu de la mode et en fait sa maîtresse. Égérie des plus grands couturiers, Zeina sillonne le monde tout en multipliant les conquêtes amoureuses. Cependant, en quittant son Afghanistan natal pour rejoindre le monde occidental, la femme moderne et affranchie dont elle est désormais le symbole a-t-elle gagné sa liberté ? Un roman bouleversant qui interroge de façon vertigineuse la quête identitaire et l'émancipation féminine contemporaine. À ce jour, Cécilia Dutter a publié cinq romans dont Lame de fond (Albin Michel, 2012, prix Charles Oulmont de la Fondation de France) et Savannah dream (Albin Michel, 2013) ainsi que de nombreux essais dont Etty Hillesum, une voix dans la nuit (Robert Laffont, 2010) et, récemment, Conseils de séduction à l'usage des hommes de mauvaise volonté aux éditions du Rocher.

  • Savannah dream

    Cécilia Dutter

    Julien, sociologue au CNRS et écologiste convaincu, se fait débaucher par Coca-Cola. Il cède aux sirènes de l'argent et émigre aux Etats-Unis avec femme et enfants. Le consumérisme ambiant le répugne mais le prestige du poste lui donne soudain l'illusion d'exister. Tout comme le regard troublant que pose sur lui Maud. Cette prof de philosophie vénéneuse, croisée à une soirée, l'enferme peu à peu dans une passion adultérine et dévastatrice. Rencontre fortuite ou manipulation ? Le hasard épargne-t-il jamais celui qui se fuit dans le regard de l'autre ?
    Avec le Vieux Sud en toile de fond de ce suspense psychologique, Cécilia Dutter dissèque les ressorts d'une emprise amoureuse, révélant les failles intimes dont se nourrissent les passions pour mieux dénoncer leur mirage.

  • Quelle femme n'a pas rêvé de donner des conseils caustiques et insolents aux hommes de très mauvaise volonté que le hasard facétieux a placés sur sa route ? Pour mieux se moquer des « affreux » travers masculins, cet ouvrage propose d'aider ces messieurs à exceller dans l'art raffiné de séduire selon leurs vices et leurs défauts. S'adressant tour à tour aux « tyrans », « cocus et infidèles », « tristes sires », « romantico-mystiques », « perturbés érotiques », et autres « peureux » ou « gentilshommes sur le retour » parmi lesquels elle croque une vingtaine de portraits drôles, acides et savoureux, Cécilia Dutter leur donne les clés pour ravir le coeur de celles qu'ils affligent. Car à chacun, sa chacune. A toute turpitude, son amatrice. Il n'est que de savoir choisir sa moitié. Une satire de la valse amoureuse qui régalera les femmes et... tous ceux qui les tourmentent.

  • Chère Alice

    Cécilia Dutter

    • Milady
    • 21 Octobre 2016

    « Une remarquable joute épistolaire. Au cours d'un dîner mondain, Alexandre s'éprend d'Alice. Un problème se pose : Alice n'envisage pas de vivre une relation adultère avec le mari de sa meilleure amie. D'ailleurs, elle le trouve trop vieux, trop brutal dans l'expression de son désir.

  • Deux écrivains d'âge, de sexe et de parcours différents engagent un dialogue sur le thème du désir. Ami, confident, confesseur, chacun se dévoile en toute franchise au travers d'une correspondance qui se veut conversation à laquelle le lecteur, tel un hôte privilégié, est invité. Désir de Dieu, désir de vie, désir de mort, désir d'enfant, désir charnel : les deux épistoliers expriment leurs idées, l'un rebondissant, parfois avec fougue mais jamais sans bienveillance ni humour, sur les propos de l'autre.

empty