Catherine Viollet

  • Proust à la lettre Nouv.

    Lire les manuscrits de Proust à la lettre, c'est le programme poursuivi par trois généticiens-linguistes, qui scrutent les brouillons de Proust jusque dans leurs ultimes retranchements. Le phénomène de l'écriture, avec ses interruptions et suspensions temporaires, s'y révèle comme secrètement lié au phénomène du souffle respiratoire, avec ses soupirs et intermittences. Au-delà de Proust, ces parcours génétiques poursuivent aussi une visée heuristique : initier le lecteur à une approche des manuscrits littéraires, qui prenne au sérieux la dynamique langagière et énonciative dont les manuscrits portent la trace.

  • «Tout texte est un intertexte», affirmait R. Barthes. Mais comment se tissent, au cours de sa fabrication, les relations d'un texte donné avec d'autres textes, notamment lorsqu'il s'agit d'écrits autobiographiques ? Sur quels documents, quels livres, quelles archives les auteurs se sont-ils appuyés pour construire une représentation d'eux-mêmes ? Et sur quels modes les différents textes se sont-ils échangés, entrelacés pour créer un nouveau texte ? C'est pour répondre à la polysémie du concept de «transtextualité» (G. Genette) qu'est ici analysée la part des emprunts dans l'élaboration d'un discours sur soi : au fil des lectures (Raymond Queneau, Philippe Soupault, Marie-Claire Blais) ; au travers du dialogue de deux personnalités (Paul Valéry/Catherine Pozzi ; André Gide/Madeleine Rondeaux ; Ingeborg Bachmann/Paul Celan) ; sous forme de palimpseste (Dominique Arban, Jacques Roubaud) ; ou encore à partir d'une multiplicité de sources (Roland Barthes, Georges Perec, Julio Cortázar, Christiane Rochefort).

  • Proust à la lettre Nouv.

    Lire les manuscrits de Proust à la lettre, c'est le programme poursuivi par trois généticiens-linguistes, qui scrutent les brouillons de Proust jusque dans leurs ultimes retranchements. Le phénomène de l'écriture, avec ses interruptions et suspensions temporaires, s'y révèle comme secrètement lié au phénomène du souffle respiratoire, avec ses soupirs et intermittences. Au-delà de Proust, ces parcours génétiques poursuivent aussi une visée heuristique : initier le lecteur à une approche des manuscrits littéraires, qui prenne au sérieux la dynamique langagière et énonciative dont les manuscrits portent la trace.

empty