Christophe Falin

  • Villes-cinéma, ciné-cités, Shanghai et Hong Kong cristallisent réalités et fantasmes des cinéastes et des spectateurs. Emblèmes de la modernité urbaine chinoise, du colonialisme et des excès du capitalisme, repères de criminels, coeur du trafic d´opium, du jeu et de la prostitution, depuis les années 1930 jusqu´à aujourd´hui, elles n´ont cessé de fasciner les artistes et les intellectuels, chinois et occidentaux.
    Successivement centres de l´industrie du cinéma chinois, ces villes, leur identité, leur histoire, sont aussi devenues source de création cinématographique et objets filmiques à part entière.
    Cet ouvrage, s´appuyant sur un large corpus de films, fait découvrir Shanghai et Hong Kong, mais aussi la société et le cinéma chinois à travers les multiples rapports qui unissent les deux villes et les oeuvres qu´elles ont inspirées. Il restitue l´extrême richesse d´un cinéma en constante évolution, reflet passionnant des traditions et des mutations culturelles et politiques de la Chine.

  • Le dossier « Les salles de cinéma. Histoire et géographie », dirigé par Claude Forest, dresse un panorama inédit de l'exploitation cinématographique sur quatre continents. Il s'intéresse à la Chine, qui se démarque par son dynamisme inconnu ailleurs, ainsi qu'à l'Inde, dont la production de films est plus souvent évoquée que la diversité de son parc de salles. Ces situations sont à l'opposé de l'état de délabrement qui caractérise à cet égard le continent africain en sa zone francophone, et dont les causes sont précisément retracées. Ces trois parties les plus peuplées de la planète contrastent avec les pays occidentaux, dont les problématiques divergent. Nommons notamment les tentatives de reconquête des publics en Amérique du Nord par le biais d'innovations technologiques ou l'étude d'une ville allemande qui permet de voir comment, à long terme, le parc de salles peut être adapté aux publics. Le rappel de l'existence, en Europe, d'autres formes et lieux de diffusion incite ensuite à interroger le regard qu'a pu poser une revue cinéphile sur les mutations des salles.

empty