Armand Colin

  • De Scarface et Psychose à Basic Instinct ou Pulp Fiction, le cinéma américain, diffusé dans l'ensemble du monde, sert de miroir à une violence dont on entend souvent dire qu'elle n'a pas d'équivalent dans les civilisations européennes.
    De fait, de sanglants conflits ont forgé le destin de la première démocratie de l'ère moderne. La violence jalonne la conquête de l'Ouest, affecte les relations interraciales et accompagne les crises majeures de la société, comme en témoignent les lynchages par le Ku Klux Klan, les attentats anarchistes, les émeutes dans les ghettos et les raids des partisans de la suprématie blanche. Plus généralement, la civilisation américaine, c'est celle, qui peut nous paraître étrangère, de la vente libre des armes, de la peine capitale et des syndicats du crime.
    Alors, la violence serait-elle l'irréductible envers du rêve américain ?
    C'est à cette question qu'il faut tenter de répondre, car la réalité ne peut se réduire à des constats sommaires ou à des jugements péremptoires. Ce livre a donc pour objet de dresser un exact état des lieux, au-delà des métaphores et des stéréotypes véhiculés par la culture de masse, mais au plus près de la vie sociale, culturelle et politique des États-Unis.Daniel Royot est professeur émérite de civilisation américaine à la Sorbonne Nouvelle. Ses études publiées tant en France qu'outre-Atlantique portent sur la société, la culture et la littérature des États-Unis. Il est notamment le co-auteur, avec Philippe Jacquin, de Go West. Histoire de l'Ouest américain (2002) et du Peuple américain (2000). Son Histoire et civilisation des États-Unis, écrit avec Jean Pierre Martin, a été réédité en 2003.

  • Président des États-Unis depuis 1801, Thomas Jefferson nourrit le rêve d'une république agrarienne transcontinentale, vouée à la quête individuelle du bonheur. Ce dessein teinté de messianisme vise à bâtir « l'empire de la liberté » en offrant au nouveau continent les lumières de la civilisation euro-américaine. Hautement symbolique, l'exploration confiée à Lewis et Clark prendra des dimensions tant géographiques que scientifiques, ethniques et politiques, visant d'emblée à faire part des projets présidentiels aux nations indiennes. L'expédition de Lewis et Clark s'inscrit dans la saga de l'Amérique, entre histoire et mythe. Le parcours s'accomplit non seulement dans la wilderness mais sur des terres francophones et indiennes aux confins des colonies espagnoles et anglaises. Enjeux et périls, réussites et échecs font partie d'aventures multiculturelles que la légende accompagnera des échos de « We proceeded on » ou « Ocean in View ».Gérard HUGUES est professeur de civilisation américaine à l'université de Nice - Sophia-Antipolis. Spécialiste de la Jeune République, il a consacré une thèse à James Madison et écrit plusieurs articles sur Thomas Jefferson. Il a, par ailleurs, récemment publié Une théorie de l'état esclavagiste, John C. Calhoun (Presses de l'université de Provence, 2004).Daniel ROYOT est professeur émérite de civilisation américaine à l'université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III. Auteur de nombreux ouvrages en France et aux États-Unis, il a été Fellow de l'International Center for Jefferson Studies à Monticello où il a donné des conférences sur Lewis et Clark.Cet ouvrage est le fruit de la collaboration entre les éditions Armand Colin et le Centre National d'Enseignement à Distance, établissement public d'enseignement qui dispense des formations de tous niveaux à plus de 350 000 inscrits répartis dans le monde entier.Cette contribution scientifique d'enseignants chercheurs de l'Université française s'intègre dans les préparations assurées par le CNED aux CAPES et aux agrégations d'anglais qui comprennent aussi des conseils méthodologiques et des entraînements aux épreuves des concours avec correction personnalisée.
    Antecedents to an expedition. Debating the New World. The Jeffersonian Indian Policy. The Louisiana Purchase. La mise en oeuvre du dessein transcontinental. Le corps de la découverte à contre-courant. Voyage au bout de la wilderness. Clatsop et Saint-Louis : mission accomplie.

empty