Danielle Bastien

  • Bienôt déjà hier

    Danielle Bastien

    • Academia
    • 4 Septembre 2020

    Une femme, errant sur la plage, est découverte par une nuit glaciale de novembre à Berck-sur-Mer, au nord de la baie d'Authie. Elle est frappée d'amnésie. Elle ne sait plus qui elle est et ne possède qu'un petit sac contenant des lettres manuscrites qu'elle ne reconnait pas. Antoine Dambron, jeune gendarme berckois, est chargé de l'enquête. Démarre alors un thriller psychologique qui va surprendre les lecteurs pour les amener à tisser la résolution des énigmes, mais aussi à découvrir ce qui, dans l'histoire longue de chacun de nous, a construit notre identité sans que nous le sachions.

  • Le passage à l'état de mère entraîne très fréquemment la perte du désir. Cette désaffection provient-elle du surgissement d'interdits nouveaux ? Pourquoi la mère devient-elle indifférente au plaisir ? Danielle Bastien a recueilli les propos des jeunes mères sur leur vie amoureuse et sexuelle, puis les a confrontés au discours analytique sur la féminité.

  • Après avoir été quittée par son amant, Elsa Dune, psychanalyste, est confrontée à son passé de militante d'extrême-gauche. Ces épreuves cumulées vont pourtant lui permettre d'entrer en contact avec un passé encore plus ancien. A l'image de la vie, ou d'une psychanalyse, les allers-retours entre présent et passé vont lui permettre de se dégager de ce qui l'habitait, sans qu'elle le sache...

  •  « Je ne l'ai plus vue depuis des semaines.

    Un jour, elle est venue, croyant avoir rendez-vous avec moi. Elle s'était trompée de jour, d'heure, de semaine.

    Je n'étais pas là ce jour-là.

    Elle est repartie.

    Elle m'a sonné, longtemps après.

    Elle est là devant moi, à quelques mètres, et sa détresse m'affecte.

    Ça a recommencé. Ça recommence.

    Elle le sent. Elle le sait. 

    Moi aussi je le sais, puisque je suis à ses côtés depuis des années.

    Elle sait que je le sens. Et elle a raison. Je vois se rouvrir les abîmes sous ses pas. Le moment où ça bascule, ça dérape. Elle ne veut pas retrouver l'angoisse qui donne envie de mourir. Elle me scrute et elle pleure. Elle essaye de s'accrocher à mon regard et moi je sens qu'elle glisse. Je ne dis pas grand-chose. Mais c'est déjà trop. Est-ce que je serais comme ses collègues, à penser qu'elle devrait arrêter de travailler ? Elle me soupçonne tout à coup.

    Je lui propose qu'on se revoie demain.

    Elle accepte. » D. B.

    Dans des récits, sortes de croquis de séances, ou d'entre-séances, Danielle Bastien rend compte de son travail quotidien de psychanalyste. Elle restitue une atmosphère, donne du relief au désespoir, à la douleur, aux questions sans réponses des humains, femmes et/ou hommes qui s'adressent à elle. Avec Kate, Bill, Carmen et les autres, l'ouvrage nous fait découvrir les dimensions du féminin, du maternel et des couples qui sont au coeur de sa pratique psychanalytique.

    Mise en vente le 10 septembre 2015.

  • En dehors des rapports conjugaux instaurés consciemment et matériellement pour chaque couple, se créent, au fil du temps, d'autres rapports bien dissimulés sous les premiers. Espace commun mais occulté, lieu d'échanges et de débats entre deux histoires fantasmatiques, cette communauté psychique constitue le couple dans ses fondements les plus profonds, construit ses enjeux et lui assigne son destin. Danielle Bastien expose des cas très représentatifs : la rencontre initiale, la vie partagée, le poids du passé et des familles, la naissance des enfants et les modifications qui en résultent pour chaque conjoint, tous ses aspects sont resitués dans la dynamique d'un dialogue des profondeurs. Ainsi prend place une réalité dont chacun pressent la justesse et la portée, celle de l'« inconscient de couple ».

  • S'il est si difficile de vivre, heureux, en couple, c'est que la répétition issue du passé vient entraver nos amours du présent. C'est aussi que se rejouent dans l'espace conjugal les conflits internes de chacun des deux qui ont décidé de vivre ensemble. C'est enfin que notre soif de bonheur et de satisfaction sans limite, induit des espoirs et des demandes que l'autre ne peut fatalement pas combler. Les auteurs, à partir de leur longue expérience clinique avec des couples, pensent qu'une plus juste appréhension des multiples mécanismes en jeu, dans le cadre de la cure analytique ou dans celle des entretiens de couple, rend possible, pour ceux qui le souhaitent, un "vivre en amour" très singulier, propre à chacun et source de moins de souffrance et de plus de satisfaction. Ils ne nient pas que la satisfaction complète ne peut être qu'un espoir chimérique mais ils tempèrent l'idéologie qui, dans certains milieux, soutient que l'amour ne peut être que narcissique, que le désir ne peut-être qu'égocentrique et que le couple ne peut qu'être une illusion et donc un échec. Patrick De Neuter, psychanalyste à Bruxelles, professeur à l'université de Louvain (Belgique), Danielle Bastien, psychanalyste (association freudienne de Belgique)

empty