Dominique Potard

  • Les antihéros du Port de la Mer de Glace de Dominique Potard traversent l'Atlantique et font un petit tour en orbite. Ils remuent terre et surtout ciel pour remettre la main sur Clint Eastwood.
    Clint Eastwood est à nouveau porté disparu. Les troupes du Port de la Mer de Glace, toujours en alerte " rouge " quand il s'agit de la survie d'un des leurs, se mobilisent dare-dare. Il faudra remuer mer et ciel, jusqu'en orbite, pour le retrouver.
    On dit d'un bon livre qu'on ne peut plus le lâcher. Celui-là doit être très mauvais, car, plus vous avancerez dans l'histoire, plus vous aurez besoin d'en sortir la tête, le temps de laisser un peu de répit à vos zygomatiques. Jubilatoire, loufoque, bref, vital.
    Dominique Potard, guide et skieur au pied sûr, est tombé un jour dans la littérature. Il y a rencontré ses héros improbables, qu'il n'en finit plus de ranimer.
    Allô la Terre ! est le quatrième volet des aventures du
    Port de la Mer de Glace, après
    Trois coqs sur la banquise et
    Le Retour de Clint Eastwood.

  • Une petite merveille d'humour et de poésie burlesque dont l'action se situe entre un bar de la vallée de Chamonix et le sommet des Drus. Une fantaisie où tout semble vrai, les histoires de bistrot à vous faire hurler de rire et l'ascension de la Face Nord des Drus. On assiste à l'irruption de Rabelais (ou de Blondin) dans la littérature alpine. Rafraîchissant, à lire cul sec ! Avec Dominique Potard, l'alpinisme est aux antipodes de la gloire. "L'effort, la soif, la peur, en quelques secondes assèchent la bouche. Comme certaines ascensions durent plusieurs jours, pourquoi gâcher de si belles soifs avec de l'eau ?" Ses carnets à lui sont remplis d'anecdotes drôles et loufoques. Son premier roman, Le Port de la Mer de Glace, est une petite révolution dans la littérature de montagne (25 000 exemplaires vendus à ce jour). Pour la première fois, l'univers des alpinistes est désacralisé, l'humour fait irruption dans les récits de montagne, mais toujours accompagné d'une grande tendresse pour ce milieu auquel il appartient.

  • Les héros de Dominique Potard ne sont jamais à court d'imagination quand il s'agit de reprendre du service et de se mettre des aventures plein le gosier. Ils trinquent une dernière fois à l'avenir - c'est toujours ça de pris et, sous la plume affûtée de l'auteur, nous entraînent dans une course-poursuite mémorable.
    Où l'on retrouve nos héros de comptoir à la poursuite du funambulesque Clint Eastwood. Echappé du Port de la Mer de Glace à Val-Misère, il a été aperçu pour la dernière fois par un guide et ses clients alors qu'il s'engageait, en rappel et en costume de bain, dans le moulin de la Mer de Glace, puits terrifiant creusé par les eaux de fonte à la surface du célèbre glacier. Pour l'occasion, ils s'entichent d'un redoutable athlète du zinc, Séraphin, spéléologue dans sa lointaine jeunesse, et qui va s'avérer plus prompt à descendre les goulots vinasseux que les goulets verglacés.

  • Vingt ans après Le Port de la Mer de Glace, roman déjanté qui a révolutionné la littérature alpine, les mêmes personnages se retrouvent au Groenland pour de nouvelles aventures désopilantes.
    Où l'on retrouve les héros imbibés du
    Port de la Mer de Glace au retour de leur ascension picaresque du pic des Drus. L'Amiral, Fernando, Tobby, votre serviteur et un petit nouveau, " La Bévote " accompagné de ses trois coqs. Les voici embarqués - au sens propre - dans une histoire de mer et de glace tout aussi barrée. Mal barrée - toujours au sens propre - serait d'ailleurs plus juste...
    Extrait :
    " La corne de brume de la Marie-Rose avait émis un cri étranglé, un peu comme un klaxon de vieux tacot, puis s'était prostrée dans le plus grand silence.
    - Avec ce brouillard, faudrait pas qu'on aille se faire couper en deux par un chalutier, avait dit l'Amiral. Faites du bruit !
    La Bévote alla se poster à l'avant du bateau avec ses tam-tams, Fernando à l'arrière avec deux couvercles de faitout en guise de cymbales. Tobby s'empressa de se joindre au concert, coursant les coqs sur le pont en aboyant, lesquels protestèrent par des claquements d'ailes et des cris ulcérés. De son côté, Gérard, dès qu'il sentait un peu de mou dans l'orchestre, entamait La Paimpolaise à pleins poumons...
    La nuit était tombée depuis longtemps quand le brouillard commença à se dissiper. Gérard prit le premier quart :
    - Tu me remplaces à quatre heures, dit-il au Portos.
    Au petit matin, La Bévote et moi buvions tranquillement le café, quand Fernando passa sa tête dans le carré en nous demandant :
    - C'est normal que le soleil se lève à l'ouest ? "

  • Titanesque

    Dominique Potard

    • Voolume
    • 1 Janvier 2015

    Un ingénieur et un glaciologue ont fait le projet de construire un hôtel à 5 000 mètres, sur un glacier. Le principe est simple : quand le glacier avance, le bâtiment recule. La baronne de Saint Sulpice rêve d'y monter à pied. Malheur ! Tous les guides sont réquisitionnés ; il n'en reste qu'un : Génépi, qui n'avait choisi ce métier que pour le profit qu'il pouvait en tirer : il haïssait la montagne... Avec Dominique Potard, l'alpinisme est aux antipodes de la gloire. "L'effort, la soif, la peur, en quelques secondes assèchent la bouche. Comme certaines ascensions durent plusieurs jours, pourquoi gâcher de si belles soifs avec de l'eau ?"Ses carnets à lui sont remplis d'anecdotes drôles et loufoques. Son premier roman, Le Port de la Mer de Glace, est une petite révolution dans la littérature de montagne (25 000 exemplaires vendus à ce jour). Pour la première fois, l'univers des alpinistes est désacralisé, l'humour fait irruption dans les récits de montagne, mais toujours accompagné d'une grande tendresse pour ce milieu auquel il appartient.

  • Entre les alpinistes, la corde peut tisser des amitiés durables, comme les pires embrouilles. Le fait de s'encorder n'est pas un geste anodin. Une fois leur noeud bouclé, les protagonistes voient leurs sorts intimement liés. Les voici unis pour le meilleur et pour le pire, devant Dieu et les parois verglacées, par un lien au moins aussi sacré que celui du mariage : le lien sacré de la cordée. Avec Dominique Potard, l'alpinisme est aux antipodes de la gloire. "L'effort, la soif, la peur, en quelques secondes assèchent la bouche. Comme certaines ascensions durent plusieurs jours, pourquoi gâcher de si belles soifs avec de l'eau ?" Ses carnets à lui sont remplis d'anecdotes drôles et loufoques. Son premier roman, Le Port de la Mer de Glace, est une petite révolution dans la littérature de montagne (25 000 exemplaires vendus à ce jour). Pour la première fois, l'univers des alpinistes est désacralisé, l'humour fait irruption dans les récits de montagne, mais toujours accompagné d'une grande tendresse pour ce milieu auquel il appartient.

  • Danseur de roc et de glace, Patrick Berhault était un prodige, un alpiniste hors norme. Son parcours, éblouissant, se joue au fil d'un récit où l'exploit et l'émotion ne cessent de se croiser. Un texte à découvrir à l'occasion des 15 ans de sa mort.
    Pendant plus de deux décennies, Patrick Berhault a été l'un des alpinistes les plus inventifs de sa génération. Virtuose, esthète, dansant sur le rocher au soleil du Midi comme dans la glace des faces nord, " le Brun " a poursuivi en montagne la carrière éblouissante commencée au côté de son ami Patrick Edlinger, " le Blond ". Le 25 avril 2003, Patrick Berhault chutait sous les yeux de son ami Philippe Magnin lors d'une chevauchée dantesque sur les 4000 des Alpes.
    Michel Bricola, qui fut son ai, et Dominique Potard (auteur du Port de la Mer de glace) parcourent la vie de l'alpiniste dans cette biographie très complète, parue à l'origine dans la collection Texte & Images. Guérin a choisi de la rééditer dans la colleciton Terra Nova à l'occasion du 15e anniversaire de la mort de Patrick Berhault - parce que l'aura de Berhault n'a cessé de grandir, qu'il inspire toujours les jeunes alpinistes, et qu'il a plus que jamais sa place au Panthéon de l'alpinisme.
    Cette édition est enrichie d'un texte de Philippe Magnin qui revisite avec une émotion contenue le dernier voyage et cette journée tragique qui le hante toujours.

empty