Elie Tenenbaum

  • Partisans et centurions

    Elie Tenenbaum

    • Perrin
    • 25 Octobre 2018

    Alors que la guerre irrégulière frappe à nouveau à la porte de notre quotidien, il convient plus que jamais de les réexaminer." Guerre de l'ombre " longtemps en marge des pratiques militaires occidentales, la guerre irrégulière - subversion, guérilla, guerre psychologique ou révolutionnaire - fut réintroduite au cours du second conflit mondial sous l'impulsion de la Grande-Bretagne, avant de se diffuser en France et aux États-Unis. Cette génération de " partisans " va se muer en une communauté de " centurions " avec l'avènement de la guerre froide. En Europe d'abord, puis en Asie et dans l'ensemble du Tiers Monde, ils deviennent maîtres dans l'art de combattre les irréguliers au fur et à mesure que progresse la décolonisation. Au cours des années 1960, les États-Unis prennent la tête de la croisade contre les guerres de libération nationale, en développant leur stratégie de " contre-insurrection ". L'échec de sa mise en oeuvre au Vietnam, ses dérives politiques en Amérique latine et ailleurs conduisent à un déclin, plus ou moins discret, jusqu'à sa réapparition au début du siècle, à l'aune de la guerre contre le terrorisme.
    C'est cette histoire méconnue et souvent tronquée que raconte Élie Tenenbaum. En s'appuyant sur des sources inédites et grâce à une approche globale, il conduit à repenser l'opposition entre centurions et partisans. Dans ce combat inégal, où les rôles pourtant ne cessent de s'inverser, les leçons du passé ont trop souvent été oubliées. Alors que la guerre irrégulière frappe à nouveau à la porte de notre quotidien, il convient plus que jamais de les réexaminer.

  • Lauréat du Prix du Livre de Géopolitique 2021.
    Vingt ans, déjà, que les tours du World Trade Center se sont effondrées. Qui aurait cru alors que, deux décennies plus tard, la guerre globale contre le terrorisme se poursuivrait sans issue en vue ? Des sables du Sahara aux jungles d'Asie du Sud-Est, des plaines irakiennes aux montagnes afghanes, les pays occidentaux et leurs alliés continuent de pourchasser des djihadistes à la détermination sans faille. La menace n'est pas cantonnée à ces contrées lointaines : l'Europe - et singulièrement la France - a payé un lourd tribut à ce long conflit. Al-Qaida a fait preuve d'une résilience remarquable et de nouveaux groupes, comme l'État islamique, sont apparus. La chute du " califat " proclamé par Daech n'a pas signé la fin de cette organisation, et encore moins celle de son idéologie mortifère. Le monde compterait deux à trois fois plus de combattants djihadistes aujourd'hui qu'au début du siècle. Ce constat d'une interminable guerre d'usure interroge : qu'avons-nous fait de ces vingt ans ? En dépit des centaines de milliers de vies perdues et des sommes considérables dépensées, pourquoi la menace est-elle encore si élevée ? Fruit de plusieurs années d'enquêtes de terrain, cet ouvrage exceptionnel constitue la première histoire de la guerre contre le terrorisme de 2001 à aujourd'hui. Décryptant les dynamiques stratégiques de cet affrontement, les auteurs expliquent pourquoi il est si difficile de casser la spirale de la violence et tirent de ces deux décennies de lutte des leçons essentielles pour l'avenir.
    Prix du Livre de Géopolitique 2021

empty