Collection XIX

  • Le but de ce Mémoire est de présenter à nos camarades les divers types de locomotives qui ont figuré à l'Exposition universelle de 1867, de faire ressortir les avantages et les inconvénients de chaque système, d'énumérer tous les détails qui nous ont paru constituer un progrès dans cette spécialité.Les quelques planches et les nombreux croquis qui accompagnent le texte seront, nous n'en doutons pas, d'une grande utilité pratique pour tous ceux d'entre nous qui s'occupent de machines locomotives.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Depuis Menton jusqu'à Gênes la route est passable lorsqu'il fait beau temps ; les torrents qui s'y trouvent de distance en distance permettent aux voyageurs de la suivre sans courir le risque d'être tout à fait mouillés ; le seul désagrément qu'ils éprouvent dans l'hiver est d'avoir froid et de rencontrer des auberges où l'on ne trouve pas toujours ce qui est nécessaire aux besoins de la vie, et où l'on paye, assez souvent, fort cher. A chaque relai notre voiture était entourée d'une population curieuse et indiscrète, qui venait nous examiner effrontément et se placer jusque sous notre nez afin de s'assurer, sans doute, si les étrangers avaient des visages pareils aux leurs, et s'ils n'étaient pas d'une nature toute particulière.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Cadette de Gascogne

    F. Champol

    L'abbé Cazauran ne cherchait pas midi à quatorze heures.D'un pied sûr et d'un coeur léger, il suivait, depuis tantôt quarante ans, le petit chemin tout droit qui conduit au ciel les bons curés de campagne, sans s'égarer dans les méandres de la théologie ni sur les hauteurs du mysticisme. Le salut lui semblait une tâche laborieuse à accomplir dans un bref délai, et, grosso modo, il allait au plus pressé, n'ayant pas de temps à perdre aux minuties.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Bernardine-Eugénie-Désirée Clary naquit à Marseille le 8 novembre 1781. M. Clary père était négociant et fabricant de soieries. Il possédait une fortune considérable selon les idées d'alors, grâce à laquelle ses enfants purent recevoir une éducation soignée. Désirée, ayant été mise au couvent de bonne heure, n'avait gardé qu'un souvenir assez confus de la maison paternelle, et ce n'était que par-ci par-là que quelque incident de sa première enfance lui revenait à la mémoire.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • L'empire ottoman, si longtemps redoutable, et qui mit si souvent en péril l'indépendance de l'Europe, a décliné très-sensiblement dès le commencement du XVIIe siècle.La race des Osmanlis avait un moment reculé ses frontières nord bien loin du Danube. Une grande partie de la Hongrie, la Bukovine, la Transylvanie, le Banat, tous les pays Slavons de l'Autriche, ont fait partie du territoire conquis par cette race primitivement guerrière.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • IL est malaisé d'expliquer en quelques mots la pathogénie de l'arthritisme. Les révélations de cette nature, utiles dans un traité didactique, le sont moins dans un ouvrage du genre de celui-ci. Toutefois, comme elles sont indispensables pour faire comprendre la raison d'être et le but de certains traitements, je ne puis les passer entièrement sous silence.Est ou deviendra arthritique toute personne dont la balance physiologique est mal établie, c'est-à-dire se solde par un excès d'entrées sur les sorties ou, si on le préfère, par un excès de recettes sur les dépenses.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le Phylloxera

    F. Allies

    Je prends la liberté de vous rendre compte de l'application que j'ai faite du sulfure de carbone pour la destruction du phylloxera.Vous avez, par vos travaux, donné une impulsion remarquable aux recherches, et je considère que, dans l'intérêt général et davantage encore par déférence, c'est à vous, Monsieur le secrétaire perpétuel, que doivent aboutir les comptes-rendus de tout ce qui se fait. Permettez-moi donc d'exposer ce qui suit :Je possède, par indivis avec mon frère, un champ de vignes composé de 13,500 pieds.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La Mutualité

    ,

    L'organisation et le fonctionnement actuels de la mutualité française, bien que régis par la loi récente du 1er avril 1898, s'expliquent surtout par la législation antérieure qui est restée en vigueur pendant près d'un demi-siècle. Ici, comme ailleurs, le présent est surtout l'oeuvre du passé, dont il garde l'empreinte profonde et durable. Il est donc nécessaire, si l'on veut bien comprendre l'état actuel de l'institution, sa structure interne, son esprit et ses tendances, de jeter un coup d'oeil rétrospectif sur cette législation qui survit dans ses effets.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Parvenu à un âge avancé et resté presque seul de ma génération, je me décide à mettre en ordre les notes écrites au jour le jour pendant ma vie. Je laisserai de côté dans ce récit tout ce qui n'a pas rapport à mes souvenirs militaires ; il intéressera, je l'espère, mes neveux, car, à notre époque, on a déjà oublié les commencements du règne du malheureux Louis XVI et ce qu'il a fait pour effacer les désastres de la guerre de Sept ans. La période révolutionnaire attire seule l'attention ; on frémit au souvenir des horreurs qui ont ensanglanté la France sous le masque trompeur de la liberté, on s'enorgueillit des triomphes des armées républicaines, mais qui songe aux douceurs de la vie sous le sceptre paternel du meilleur des rois, aux lauriers cueillis par les d'Orvilliers, les Suffren, les Lamotte-Picquet, les Bouillé, etc.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Nice-Exposition

    F. D' Ustrac

    En partant de Paris, gare de Lyon, les trains les plus commodes, pour venir à Nice, sont ceux de 7 heures et 7 heures 15 du soir, dits rapides. On arrive le lendemain, dans l'après-midi, à 3 heures ou 4 heures et demie. Nous recommandons aussi l'express nouvellement créé, de Londres à Rome, et qui ne met que 18 heures pour faire le trajet de Paris à Nice. Ce train, qui a lieu seulement le samedi, est composé exclusivement de wagons-lits ; en outre, il comporte un wagon-restaurant, un wagon-salon, enfin toutes les commodités possibles.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Fables

    J.-M.-F.-Auguste Duvivier

    L'Éléphant et la Fourmi. Il est certains esprits qui, toujours contens d'eux,
    Sont disposés toujours à se railler des autres :
    Ayez vos qualités, mes amis, je le veux ;
    Mais aussi permettez que nous ayons les nôtres.Dame Fourmi disait à messire Éléphant :
    « Le ciel, en vérité, vous créa bien difforme !
    Entre deux petits yeux pourquoi ce nez énormeQui s'élance d'un front géant ?Puis à quoi bon encor cette lourde encolure,
    Et ces flancs si massifs, et ces quatre poteaux,Bizarres et pesans fardeauxQue d'une main novice ébaucha la nature ?Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le Sacre

    H.-F. Josseaume-Dubourg

    PAR M. JOSSEAUME-DUBOURG.Henri Dubourg prends ta musette
    Pour célébrer le grand Bourbon,
    La tendre et modeste Alinette
    Demande en grace une chanson.
    Dans une fête bocagère,
    Ton coeur ardent et enflammé,
    Auprès du coeur de ta bergère,
    Modulait l'hymne au Bien-Aimé.Peut-on résister aux prières
    De la plus belle des hameaux ?
    Demain, en ouvrant mes paupières,
    Mes chants seront doux et nouveaux.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Parisiens originaires de la Belgique. - Société des nautes ou marchands de l'eau. - Administration municipale sous les Romains. - La Curie et les Curiales. - Condition des personnes dans les Gaules. - Nobles et druides. - Hommes libres. - Personnes serviles. - Conquête des Gaules par les Germains. - Clovis réside à Paris. - Commerce de Paris sous les rois de la première race. - Luxe du roi Dagobert. - Saint Eloy, orfévre, puis évèque. Paris, cette grande et magnifique cité, qui n'a pas de rivale dans le monde, Paris, ce vaste foyer des arts et des lettres, qui contient aujourd'hui dans l'enceinte de ses fortifications près de dix-huit cent mille habitants, n'a été dans l'origine qu'un bourg bien petit, bien chétif, entièrement enclavé dans l'ile de la Cité.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • IL est des ames privilégiées à qui la nature semble avoir départi des forces surnaturelles qui les élèvent au-dessus de tous les événemens, en leur inspirant, au milieu des plus grands périls, cette courageuse fermeté que rien ne peut ébranler. Ces caractères augustes, bien faits pour exciter l'étonnement et l'admiration, n'empruntent leur éclat, ni de la fortune, ni de la grandeur : il semble au contraire que c'est dans les épreuves de la plus cruelle adversité qu'ils puisent leur force et leur résistance ; et que plus les obstacles se multiplient et les dangers s'accroissent ; plus leur volonté se roidit, plus leur caractère se raffermit.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Examen de l'attitude et de l'action du régime militaire dans ses rapports avec les populations indigènes.Quand les Français mirent le pied en Afrique, ils trouvèrent dans cette contrée deux races principales, bien distinctes d'origine et de moeurs, quoique unies par les liens d'une commune religion. C'étaient les Turcs et les Arabes. Les premiers, regardés comme les maîtres du pays depuis le XVIe siècle, s'étaient fixés dans les villes de la côte, d'où ils infestaient la Méditerranée ; ils occupaient en outre quelques points dans les terres ; mais leur domination n'était pas reconnue dans tout le territoire de la Barbarie ; contestée dans plusieurs lieux, ouvertement rejetée dans d'autres, elle ne s'étendait guère, en général, au-delà du rayon de leurs forteresses.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • De la Capitainerie générale de Caracas. Au sud de la mer qui baigne les îles de l'archipel américain, se trouve une vaste partie de terre appartenant au continent de l'Amérique méridionale. Elle est bornée à l'orient par l'océan Atlantique ; au sud-est, par la Guiane hollandaise ; au sud, par l'Amazone et la Guiane portugaise ; à l'occident, par le royaume de la Nouvelle-Grenade ; et au nord, par la mer Caraïbe,Cette portion de terre porte le nom de Capitainerie générale de Caracas.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • AMOUR DU ROI. L'AUTEUR débute ainsi :Napoléon est loin de nous, et il a cessé d'être redoutable. Oui, grâces au ciel, et à l'élan sublime des Français ! Il est loin de nous, et nous n'avons plus rien à craindre de ses fureurs. Il a cessé d'être redoutable, et la France et l'Europe en sont heureusement débarrassées pour jamais.L'AUTEUR. Cependant la bassesse le persécute encore : elle le persécute jusque dans son exil !Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • IL existe en France une immense quantité de sources d'eaux thermales, sulfureuses ou ferrugineuses. Quelques-unes ont obtenu une réputation méritée ; quant aux autres dont les propriétés ne seraient peut-être pas moins efficaces, leur situation, la difficulté d'en entreprendre l'exploitation, et surtout l'absence de bâtimens à la commodité des malades, les ont fait abandonner. Tous ceux qui ont écrit sur ces phénomènes hydrologiques, se sont efforcés de donner aux sources de leur pays une grande antiquité d'usage.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Ah ! sous mon humble toit, si voisin des orages,
    Quand mon âme, planant au-dessus des nuages,
    Demande au Ciel un bien qui me fuit ici-bas,
    Quel fantôme, à mes yeux, sous des voiles funèbres,
    Jette un pâle rayon à travers les ténèbres,Et veut s'attacher à mes pas ?Perier ! pourquoi troubler ma douleur fugitive
    Qui soupire, à minuit, sa romance plaintive ?
    Entends- tu, dans les cieux, la voix des ouragans,
    La mer rouler ses flots sur ses rives tremblantes
    Et du peuple en fureur les vagues mugissantesVomir des cadavres sanglans ?Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Je viens payer mon écot à notre premier bulletin, bien que je n'ai à parler que de pays souvent décrits.Il est d'abord utile de dire pourquoi j'ai fait mon voyage seul et sans compagnon de route. Est-ce par un goût spécial et un désir de solitude ? Non ; mais il n'est pas toujours facile de trouver à l'heure dite des confrères en alpinisme pour un voyage rigoureusement limité pour le temps et l'espace. Pendant longtemps, avec des amis, alors comme moi pleins de jeunesse, nous avons, chaque année, pérégriné en tous sens, des hautes montagnes aux villes étrangères ; puis, les années étant venues et avec elles l'âge mûr, mes compagnons m'ont abandonné au prétexte que le charme ne compensait pas les fatigues des voyages que je dirigeais, prétendaient-ils, d'une allure trop accélérée.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Entre la Loire et la Gironde les voies romaines formaient un réseau peu compliqué, dont les lignes principales reliaient entre elles les capitales de tous les peuples de l'Ouest. Des embranchements ou des lignes secondaires desservaient les centres de moindre importance.Ces vieilles chaussées, dont la plupart remplacèrent des chemins gaulois, ont été si solidement établies que dans beaucoup d'endroits elles ont conservé une partie de leur empierrement ou qu'on peut encore les reconnaître aux rangs de pierres debout qui de chaque côté formaient accotement.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Comme la politique et la civilisation, la science a ses révolutionnaires, ses chemises rouges, ses casse-cou. Les uns comme les autres ont même ton, même genre de bravoure, mêmes fanfaronnades de progrès et d'indépendance. Ils s'attaquent dans l'ombre aux basses passions, ils étourdissent par de grand mots ; ils entrent en triomphateurs par où ils peuvent, par la porte mal gardée ou par l'égout.C'est surtout à la faveur des ténèbres de l'antiquité ou du crépuscule des nouvelles découvertes, que les perturbateurs de la science aiment à dresser leurs batteries.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • LE budjet présenté à MM. les représentans des départemens de France, par le ministre des finances, a été soumis à l'approbation du Roi, discuté dans son conseil, et appuyé d'un rapport ; mais il est moins l'opinion de Sa Majesté que celle de tous ses ministres : c'est donc ainsi qu'il faut le considérer, c'est à dire comme un ouvrage offert aux représentans pour être discuté, approuvé ou amendé, s'il y a lieu.Parmi les actes législatifs il n'en est point incontestablement de plus essentiel pour la chambre des députés que l'examen du budjet ; c'est là qu'ils exercent, de la manière la plus utile, la plus solennelle et la plus étendue, l'immense pouvoir de procureurs fondés du peuple.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • QUELLES sombres rumeurs ! quel bruit ! quels cris atrocesTroublent la paix des airs !Que veulent ces soldats ? de leurs regards férocesJaillissent des éclairs.Quel démon les conduit ? quelle rage insenséePrécipite leurs pas ?Dans le sein de la paix, je vois briller l'épée,Instrument des combats.Que demandent encor ces hideuses bacchantesAux murs de ce palais ?Du plus juste des Rois leurs clameurs insolentesOnt lassé les bienfaits.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

empty