Fernand Dumont

  • Dans un mystérieux château se déroulent des évènements insolites. Le narrateur rencontre Nébuleuse, une femme splendide qu'il aime et qu'il perd. En rentrant chez lui, il trouve une photographie de nébuleuse où elle lui désigne, de son index tendu, un point secret. Une quête commence. Ecce occupera toute une vie. Elle explorera les profondeurs de l'être humain, bien au-delà de la traditionnelle légende du Graal. Issus de la veine surréaliste, les récits qui composent ce recueil ont pour thème l'amour fou, la liberté. Laissant surgir les images inattendues, l'écriture de Fernand Dumont, que Breton appréciait, transgresse le réel à la recherche de l'authenticité.

  • Vous trouverez dans cet extrait tous les articles du dossier "Que conservent les conservateurs?", paru dans le No 297 de la revue Liberté.
    Ce dossier s'intéresse à l'inquiétant gouvernement de Stephen Harper. Les textes qui le composent cherchent à comprendre ce que ces conservateurs nouveau genre tentent réellement de conserver (Jean Pichette), leur utilisation des médias (Éric Martin), leur conception de la culture (Pierre Lefebvre), les raisons des commémorations et des célébrations des symboles canadiens (Jonathan Livernois).

  • Peu avant sa mort, le 1er mai 1997, Fernand Dumont a eu le temps de terminer ce dernier livre, qui possède la double qualité de tous les grands livres de mémoires, celle de raconter tout à la fois une histoire individuelle - le destin d'un homme exceptionnel - et une histoire collective - notre destin à tous. L'enfance dans la petite ville ouvrière de Montmorency, les études au parcours sinueux, le mariage, l'année en France au lendemain de la guerre, le retour au pays, la carrière de professeur à l'Université Laval : telles sont les principales étapes de son existence qu'évoque ici Fernand Dumont. Mais le véritable sujet du livre, c'est peut-être surtout la formation et l'évolution d'un esprit, l'un des plus grands et des plus lucides de notre temps. Sociologue, philosophe, historien, croyant, citoyen, écrivain, Fernand Dumont a été tout cela, et l'on voit dans le récit qu'il fait de son aventure intellectuelle combien ces rôles s'harmonisent et se répondent. Si exaltante qu'elle soit, cette aventure, cependant, oblige l'être à quitter son milieu natal et la culture qui l'a façonné. Elle l'oblige à laisser là les siens et à devenir une sorte d'« émigré ». Migration, c'est-à-dire tout à la fois rupture et solidarité, exil et mémoire. Cette relation paradoxale et passionnée avec le monde ancien et la culture première est l'un des thèmes essentiels de ce récit. C'est également l'un des thèmes, voire l'un des drames fondamentaux, de toute notre existence et de notre conscience de modernes, divisés que nous sommes entre la fidélité et la nouveauté, « émigrés » nous aussi et contraints de nous refaire sans cesse une patrie.

  • GRAND PRIX DU LIVRE DE MONTRÉAL 1995. Sur un mode direct et concret, dans une langue agréable et un style d'une élégance peu commune dans la confrérie universitaire, cet intellectuel de haut vol suscite, alimente et approfondit avec son lecteur des réflexions fondamentales sur des sujets aussi importants les uns que les autres. [...] Cet essai arrive comme une rafraîchissante bouffée d'air frais. Gilles Lesage, Le Devoir. Fernand Dumont signe ici un ouvrage de morale sociale, ceci sans jamais sombrer dans la nostalgie du moralisme d'antan. [...] Raisons communes est une analyse de la faillite de nos valeurs : une débâcle bien plus grave que celle qui nous guette à l'ombre de la dette. Pierre Monette, Voir

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty