François Euvé

  • Le péché, une notion dépassée ? Un dogme amené à disparaître dans un christianisme enfin « libéré » ? Le mot semble avoir déserté les églises et les consciences. Le christianisme serait-il devenu une religion sans péché ?L'histoire, la théologie, la foi même donnent cependant tort à une telle interprétation. Sans le lier nécessairement à une culpabilité tenace et paralysante, le péché est ce qui permet de comprendre non pas le seul rapport de l'homme à Dieu mais l'homme lui-même. Quiconque s'interroge sur le sens de l'existence rencontre le péché, lequel ne fait pas simplement référence à la faute, pas plus, d'ailleurs, qu'à une noirceur indéracinable de l'âme humaine.Ainsi, le péché n'est pas seulement l'affaire des croyants : il dit quelque chose de fondamental sur l'homme, sa liberté, sa vocation et sa responsabilité.Professeur à la Faculté de théologie du Centre Sèvres, François Euvé est spécialiste des relations entre les sciences modernes et la tradition chrétienne. Il vient de publier Darwin et le christianisme. Vrais et faux débats (Buchet-Chastel, 2009).

  • Faut-il considérer que le rationnel est du côté de la science, et l'irrationnel du côté de la religion ? Et que la première a détrôné la seconde ? Rien n'est moins sûr : elles n'ont pas les mêmes objets.

    On emploie le mot " science " comme s'il avait eu le même sens de toute éternité, comme s'il signifiait la même chose pour Aristote, Copernic, Galilée ou Stephen Hawking. Or ce mot ne désigne pas la même réalité pour les Anciens, les Médiévaux et nos contemporains. La science se construit historiquement, dans le temps et avec son époque. Tout comme la religion, la science est une forme de pensée qui détient une vérité, certes, mais une vérité qui n'est pas intangible. Par ailleurs, la " science ", dans sa genèse, a été profondément influencée par une certaine théologie, laquelle s'est elle aussi présentée comme une démarche rationnelle, en interaction permanente avec son environnement intellectuel.

    D'une époque à l'autre, c'est à une étude des croisements et des enjeux entre science et théologie que cet ouvrage nous invite.

empty