Presses universitaires de Caen

  • Les démarches de la raison, de la critique rationnelle, sont condamnées avec Jacobsen, à piétiner. Vouloir décomposer sa création, la scinder, la tronçonner en éléments premiers, c´est comme n´entendre dans le chant du violon que le frottement de crins de cheval sur des boyaux de chat. Rien n´est primaire en elle, car tout y est complexité vivante, vivante c´est-à-dire indissociable. Il fallait, sous peine d´en être réduit à l´énumération de lieux communs, aborder Jacobsen tout différemment. Ou plutôt, ne pas l´aborder, mais se placer résolument au centre de son élan créateur, de sa sensibilité. Sous peine de rester sur la périphérie et d´ignorer l´essentiel de son message.

empty