Gilles Gauvin

  • « Les Européens sont à l'origine de l'esclavage des Noirs », « Tous les esclaves africains ont été déportés à partir de Gorée », « C'est grâce à la République que l'esclavage a été aboli en France », « L'esclavage est la cause de la guerre de Sécession aux Etats-Unis », « Le créole, c'est du français déformé »... Longtemps ignorée, cette période de notre histoire a désormais une reconnaissance officielle. Pour autant, les débats sur le sujet demeurent vifs, véhiculant souvent leur lot d'idées reçues.

  • Michel Debré, maître d'oeuvre de la Constitution de la ve République, premier chef de Gouvernement du général de Gaulle, a également été député de l'île de la Réunion de 1963 à 1988. Qu'allait donc faire un homme de cette stature à l'autre bout du monde ? Pourquoi s'est-il attaché à cette parcelle de territoire français au point d'y consacrer un quart de siècle de combat politique ? En quoi ce combat offre-t-il des points d'observation privilégiés de l'histoire de la ive et de la ve République ? A partir de sa thèse soutenue à l'IEP de Paris en 2002, Gilles Gauvin apporte des réponses grâce à une approche centrée sur les grands enjeux soulevés par la députation de Michel Debré : la nation, la République et la démocratie. Cette étude, qui identifie les problématiques majeures de l'histoire de la Réunion depuis 1946, a été réalisée à partir de nombreux fonds d'archives inédits, en particulier le fonds Réunion des Archives Michel Debré conservé au Centre d'Histoire de Sciences Politiques.

  • Médiatisée depuis une vingtaine d'années au travers de témoignages souvent poignants, l'histoire complexe et douloureuse des « enfants de la Creuse » est encore largement méconnue.
    Qui sont ces mineurs de La Réunion transplantés dans l'Hexagone entre 1962 et 1984 ? Selon quel processus ? Ont-ils été exploités par des fermiers de régions reculées ? Quelle est la responsabilité de l'État français ? Peut-on parler de déportation ?...
    Autant de questions qui suscitent des débats passionnés et méritent un éclairage scientifique. C'est ce à quoi s'attachent ces quatre auteurs dans cet ouvrage issu d'un long travail de recherche et d'analyse d'archives souvent inédites.

  • Ce livre raconte la vie de millions d'anonymes choqués par la défaite, l'Occupation, puis marqués par les libérations et la longue attente des lendemains meilleurs. Il constitue aussi la première histoire systématique de tous les Français, ceux de la métropole et ceux de l'empire colonial - les premiers, obnubilés par le redressement et la modernisation ; les seconds, tiraillés entre misère au quotidien et rêves de liberté.
    Il fallait entrer dans les fermes, les cuisines, les paroisses, scruter les rues pour entrevoir de nouvelles formes de sociabilité ; il fallait comprendre comment les Français vivaient avec les occupants, puis avec les libérateurs, comment ils s'aimaient, se rencontraient, se cachaient, faisaient la fête, trafiquaient ; bref, comment ils affrontaient la vie et la mort en cette décennie qui marquait la fin d'une époque.

empty