Gilles Laporte

  • Les silences de Julien Nouv.

    Le roman d'un couple qui s'aime, puis se perd avec l'arrivée d'un enfant autiste. Grâce aux vertus de la musique et de la lutherie, au soutien sans faille de belles âmes, le petit Julien va s'ouvrir peu à peu à la vie. Un roman sensible et plein d'espoir.Julien, adorable enfant du silence, bien sage, ne parle pas... Ses parents, Léopold et Marianne, se sont aimés puis perdus. Dévoré par l'ambition, lui quitte les Vosges et sa famille.
    Pleine d'amour pour son fils, Marianne est désemparée car le mot " autisme " vient de surgir dans sa vie. Une amie, passionnée de musique, l'épaule au mieux pour l'éducation de Julien. Un homme va tout changer. Baptiste, luthier hors norme, propose d'initier l'enfant à son art et à l'apprentissage de son métier.
    Dans l'atelier riche de toute l'histoire musicale de l'humanité, au côté de sa jeune collègue qui lui transmet les gestes de l'artisan et qui ouvre son coeur, Julien va trouver sa place dans le monde par la grâce d'un instrument que son père a rapporté des Etats- Unis : la viole d'amour...
    Inspiré de faits réels, un roman tout en sensibilité, émotions, espoir mêlés.

  • Quels secrets abrite le moulin du Roué? Quel drame se cache-t-il dans cette belle et mystérieuse région des Vosges?
    "Un inconnu, rencontré à Paris, s'immisce petit à petit dans la vie de la famille Thomas. Il a d'abord abordé la mère, Julie, dans un hôtel parisien, pendant que son mari, Bernard, meunier dans les Vosges, subissait un triple pontage. Il s'est présenté : Michel Pozan, chirurgien à l'hôpital américain de Neuilly. Il a offert à Julie aide et réconfort. Après l'opération du coeur, Pozan lui a rendu plusieurs visites amicales à Bernard. Quand les Thomas rentrent à Roué, ils invitent leur nouvel ami. Michel Pozan s'installe au moulin, partage la vie du couple et s'intéresse à Patrick, le fils, passionné de moto. Le passé et la personnalité de Michel Pozan se révèlent de plus en plus troubles. Qui est vraiment ce Michel Pozan ? Pourquoi s'est-il rapproché de Julie Thomas à Paris ? Que vient-il faire dans les Vosges ? Inspiré de faits réels, ce roman à l'épilogue généreux tourne autour d'une énigme familiale et historique dont la solution ne surgit que dans ses derniers paragraphes. "

  • En mémoire à un héros méconnu de la Seconde Guerre, l'Anglais Robert Forester part accomplir une promesse : retrouver la famille du soldat en Lorraine et remonter le cours de sa vie, frère et fils chéri, volontaire des Forces navales françaises libres et amant de l'ombre... La nécessité d'une quête et la force du souvenir. " S'il m'arrive quelque chose, tu iras leur dire combien je les aimais. "
    A tous, Adolphe Lamesch a laissé un vide immense. C'est sur ses traces que cinquante ans plus tard Robert Forester part à Châtel-sur-Moselle pour rencontrer les membres de sa famille et leur porter les mots de celui qui accompagna son enfance en Angleterre. Telle une promesse, à la mémoire du jeune Lorrain engagé parmi les premiers dans le sillage du général de Gaulle, disparu en mer à bord du torpilleur des Forces navales françaises libres La Combattante en 1945.
    Pour sa mère Berthe, l'espoir de revoir son fils vivant n'avait jamais vacillé. Elle laissait toujours sa porte ouverte, au cas où...
    Parce qu'elle détenait dans ses lettres le secret d'Adolphe. Un secret troublant, plein de vie et de résilience.
    Qu'elles étaient deux à partager...
    Un roman bouleversant qui rend hommage à un héros discret de la Seconde Guerre mondiale, et dans lequel s'impriment la force du souvenir et le courage des femmes.

  • De 1899 à 1918, dans le décor des Vosges et de leurs vignes, le destin de Louise, fille de vigneron, qui gagne sa liberté et l'amour après sa rencontre avec trois hommes.Au premier jour des vendanges de 1899, Louise fête ses dix-huit ans sur les pentes du Montfort. Son père, Charles Vinot, viticulteur sur ces coteaux des Vosges, veille sur elle comme sur sa vigne : sans relâche. Quitte à sacrifier son bonheur, il est prêt à la marier à un vieux garçon dont la parcelle avoisine la sienne.
    Mais le phylloxéra, ce fléau, ruine les vignobles. Grâce aux conseils d'un pépiniériste réputé du pays et d'un spécialiste alsacien, la vigne de Vinot sera reconstituée. Le temps d'une passion avec un ingénieur venu du Nord, le bonheur de Louise sera épargné, jusqu'à ce que cet homme révèle sa nature profonde...
    Le travail patient de la terre et du vin, la paix retrouvée avec son père suffiront-ils pour que Louise, jeune rose à peine éclose, emportée par le tourbillon de l'Histoire, s'ouvre enfin au bonheur et à la liberté ?

  • Le bel hommage, à la fois érudit et romanesque, d'un écrivain à sa terre natale à travers le portrait de Clémence qui se bat pour sauvegarder sa faïencerie et son amour.
    Clémence a grandi dans l'univers de la faïencerie, où oeuvrait son père, chef d'atelier. C'est tout naturellement qu'elle perpétue la tradition. Orpheline et veuve d'un artisan mort au combat, elle assume seule leur enfant et prend en charge un frère revenu impotent de la bataille de Sébastopol. Elle survit avec le maigre fruit de ses ventes de terres cuites, dans une ville meurtrie. Dans les années 1870, des Alsaciens se réfugient en nombre en Lorraine. Parmi eux, des Juifs qui seront à l'origine de l'âge d'or du textile vosgien. Palmyre Lazare est de ceux-là. Il tombe sous le charme de Clémence. Mais la vie de celle-ci ne connaîtra pas pour autant un cours plus tranquille : l'antisémitisme sévit. En 1916, Clémence aura survécu à toute sa famille, à son mari Palmyre, à son fils mort à la guerre, son enfant unique pour qui elle avait modelé la fameuse sculpture du loup de Métendal.
    Prix Roman des conseils généraux de la région de Lorraine 2010

  • Loup y es-tu ? Un paisible village vosgien attire journalistes et chasseurs, curieux de tout poil et de la France entière. Le loup serait de retour... Seule Marie, clairvoyante étudiante, prouvera qu'il ne faut pas craindre la nature mais bien la bêtise humaine.Claude, paysan, découvre dans l'un de ses parcs des brebis égorgées... Commence une histoire qui va ébranler la France entière en cette année 1977. Partout on glose sur " la nouvelle bête du Gévaudan ". Et l'affaire prend bientôt un tour politique car non loin, dans son vaste domaine de Valdigny ? vit un mystérieux châtelain, un " ancien nazi ", selon la rumeur colportée par des chasseurs. Marie, fille de Claude et étudiante en philo, milite pour le respect de la nature qu'elle aime tant. A l'acharnement masculin contre l'animal incriminé, elle oppose la bienveillance féminine...

  • Toute une époque (1883-1945), une histoire lorraine dans notre Histoire.A ceux qu'il rencontre sur sa route depuis l'Italie, Valturno Palazzi aime à dire qu'il est " tailleur de pierre, maçon, simple ouvrier qui, de ses mains, veut créer du beau et du bon dans ce monde ". Un heureux hasard conduit l'exilé chez la belle Malou qui tient seule le Café des Lilas dans un village des Vosges. Son mari, Albert, a été assassiné. Un meurtre non élucidé, qui n'en finit pas de la hanter : en lettres anonymes, le nom de Mostaganem, lui revient telle une menace. C'est à Paris, lors de l'Exposition universelle de 1889, que Valturno fait le voeu de créer son entreprise de maçonnerie, de taille de pierre et de construction. Sa réussite sera fulgurante. En quelques années, Valturno s'épanouit dans cette Lorraine devenue sienne. Quand, un jour de 1895, un enfant de dix ans arrive subitement dans sa vie et ravive le souvenir de cette femme tant aimée, là-bas, " vers son Sud ", commence entre le petit Victor et Valturno une jolie passation de savoirs et de connaissances...

  • Baccarat. De 1843 à 1881. Enfant unique ardemment désiré, Florent est l'objet de toutes les attentes et ambitions des siens. Son père, ouvrier verrier, veut que, dans le respect de la tradition, il prenne sa relève au four de la Compagnie des Verreries et Cristalleries de Baccarat en plein âge d'or. Un jour, à l'église, l'épouse du sous-directeur de la fabrique, Regina Galtier, découvre, bouleversée, la voix du jeune garçon, une voix pure et cristalline. Malgré leurs dix ans de différence, porté notamment par l'amour de la musique, un lien puissant les unit. Commence alors pour Florent le plus cruel des dilemmes : sa passion du chant ou son devoir filial... devenir verrier ? Entre Empire et République, dans le monde passionnant des magiciens du verre et du cristal où le travail de l'homme sait, de la terre, faire jaillir la lumière, la rencontre de deux destinées que, pourtant, tout devait séparer. Un hommage chaleureux à la femme, aux ouvrières et ouvriers de partout et de toujours.

  • L'installation de l'école de la République vécue par une lignée d'instituteurs dans les Vosges.
    En Lorraine, de 1873 à 1923. Le roman de deux frères que tout oppose : l'aîné, Victor Delhuis, personnalité brillante, n'aspire, jusqu'au mépris des siens qu'à la réussite sociale, tandis que le cadet, Clément, épouse les idées progressistes de son époque et prépare le concours d'entrée à l'Ecole normale d'instituteurs. Au coeur de cette désunion fraternelle, leur mère, Rose-Victoire, qui, très jeune, s'est affranchie du carcan bourgeois de sa famille pour épouser un modeste cantonnier, et qui portait en elle un rêve secret, devenir institutrice. Avec ces vies pleines et attachantes, portées par un idéal, Gilles Laporte rend un bel hommage à l'école publique naissante.

  • 15 février 1839. Cinq patriotes montent sur l'échafaud afin d'y être pendus. La colonie britannique du Canada est en crise. La période des rébellions de 1837-1838 est un moment charnière de l'histoire du Québec. Gilles Laporte en propose ici une première synthèse claire et accessible. Il prend le temps d'asseoir les fondations d'un territoire et d'un peuple, le Bas-Canada du début du XIXe siècle, avant de présenter trente ans de luttes politiques. Les enjeux complexes, allant bien au-delà d'une simple lutte linguistique, prennent alors tout leur sens. Les principales batailles et les soulèvements sont aussi clairement abordés. Seize portraits régionaux et cinquante capsules biographiques complètent ce remarquable ouvrage.

    Historien spécialiste du XIXe siècle québécois, Gilles Laporte enseigne l'histoire du Québec au cégep du Vieux Montréal et à l'Université du Québec à Montréal. Il est l'auteur de nombreux articles et ouvrages, dont Patriotes et Loyaux (Septentrion, 2004), Molson et le Québec (Michel Brûlé, 2009) et Fondements historiques du Québec (Chenelière, Prix du ministre 2013).

  • L'historien Gilles Laporte propose un ouvrage comprenant une série d'infographies sur l'histoire, la géographie, la population, l'économie, la culture, la politique, la consommation et même les sports au Québec, de ses origines à aujourd'hui.

    Chacune de ces infographies relève le défi de rendre attrayante et accessible une information à la fois riche et rigoureuse à propos du Québec et de son histoire. Elles sont destinées aux élèves en histoire des écoles et collèges du Québec, ainsi qu'au grand public désireux de revisiter son histoire sous l'angle graphique.

    Historien spécialiste du XIXe siècle québécois, Gilles Laporte enseigne l'histoire du Québec au cégep du Vieux Montréal et à l'Université du Québec à Montréal. Il est l'auteur de nombreux articles et ouvrages, dont Patriotes et Loyaux (Septentrion, 2004), Molson et le Québec (Michel Brûlé, 2009), Fondements historiques du Québec (Chenelière, Prix du ministre 2013) et Brève histoire des patriotes (Septentrion, 2015).

  • À propos des rébellions de 1837-1838, les historiens canadiens-français se sont partagés en deux camps : certains dont David, Fauteux et Filteau ont voulu savoir, dautres, comme Groulx, ont opté pour le silence. Laction des Patriotes avait été une erreur. LÉglise lavait condamnée.Sous la direction de Jean-Paul Bernard, une équipe entreprit de ratisser les archives pour permettre de mieux comprendre. Avec les années, la masse documentaire prit une telle ampleur quelle découragea les plus entreprenants. Finalement, Gilles Laporte se lança. Il eut la bonne idée dopter pour une approche par comté et par région. Quels avaient été les enjeux régionaux ? Les premiers protagonistes ? Leurs mobiles ? Pourquoi certaines régions se soulevèrent-elles massivement tandis que dautres demeurèrent indifférentes à la crise, dautant plus que, parmi les premières, on trouvait des comtés à majorité anglophone ? Par ailleurs, des comtés canadiens-français ne se mobilisèrent pas.Outre lapproche régionale, Laporte décide donc dexaminer limplication des « Anglais ». Qui sont ceux qui optent pour la fidélité à la Couronne, cest-à-dire les Loyaux ? Et comment expliquer la présence de centaines danglophones dans les rangs patriotes ?La rébellion fut davantage quun conflit ethnique. On sen doutait. Une révolte semblable dans le Haut-Canada suffisait pour le suggérer fortement. Les rébellions, appelées pudiquement les événements par certains, ont une base très large et leur échec annonce une nouvelle conquête qui prend la forme dune union suivie dune confédération. Cest une autre histoire, dira-t-on, mais cette monumentale étude intitulée Patriotes et Loyaux permettra den mieux comprendre la profondeur et la portée. Outre la mise en subordination politique, il y eut une irréparable décapitation sociale. Désespérés, les Loyaux auraient provoqué une prise darmes pour venir à bout des irréductibles Canadiens, suggérait jadis lhistorien Maurice Séguin. Aucun ouvrage ne va aussi loin pour fournir une réponse.

  • Dans une Bretagne lumineuse, l'écriture sensible et délicate de Gilles Laporte nous entraîne dans les sombres méandres d'une manipulation amoureuse et pose avec finesse la question du don d'organes.

    Alex et Laura vivent un amour sans nuage jusqu'au jour où des vents jaloux envoient l'Alfa Roméo d'Alex se fracasser contre un arbre, sur la route de Saint-Brieuc. Le neurochirurgien Sébastien Lemire est formel : la médecine ne peut plus rien pour Alex ; en revanche, Alex peut sauver des vies. Pour cela, Laura n'a qu'à signer une autorisation de prélèvements d'organes. La jeune femme refuse, horrifiée. Décidé à la faire changer d'avis, Lemire recourt à la raison, aux menaces, à la séduction... Bientôt, la vie de Laura n'est plus rythmée que par ses visites au chevet de son compagnon et ses rencontres avec le neurochirurgien. Au fil des semaines, affaiblie par la douleur et son combat, Laura tombe dans le piège amoureux que lui tend Lemire. Mais qui manipule qui ? Et la détermination du praticien à débrancher Alex n'a-t-elle vraiment que des motivations médicales ?

  • Un écrivain en vogue se rend au salon du livre de Pau. Il y rencontre une femme belle, sombre et mystérieuse. Où le conduira ce chassé-croisé amoureux et sensuel ?
    Invité au salon du livre du palais Beaumont, un auteur à succès arrive à Pau. Au moment de descendre du train, une très belle femme, mystérieuse, de noir vêtue, lui lance: " À bientôt ! " Perturbé par une séparation en cours, troublé, il voit dans cette rencontre la promesse d'une chaude aventure et le sujet d'un nouveau roman. Plusieurs jours durant, ils vont se retrouver face au spectacle grandiose des montagnes, sur le mythique boulevard des Pyrénées, au restaurant, dans sa chambre d'hôtel ou chez elle. De rendez-vous en rendez-vous, cet homme sûr de lui et de son charme pénètre avec la secrète inconnue dans un monde fascinant qui va le malmener parfois, le réjouir souvent, l'inviter à s'ouvrir enfin à... l'Amour. Sur fond d'échanges entre science et liberté originelle, de passion amoureuse, de bonne chère et de vins grisants, un destin surprenant d'homme ébloui par la lumière des Pyrénées et l'éclat vert émeraude d'un regard de femme.



  • En butte à la tyrannie paternelle, la Malie choisit d'être une femme libre et de faire fi des conventions. Fière et solitaire, elle vit avec passion son travail au sein de la célèbre station thermale de Vittel tout juste créée par Louis Bouloumié. Jusqu'à sa liaison avec le docteur Darriaud, irrésistible, cultivé mais marié, qui lui imposera un chantage terrible à l'annonce de sa grossesse. La Malie devra alors trouver énergie et courage pour façonner son propre destin. Et pour qu'un jour, la petite Julie reprenne le flambeau... Dans le décor majestueux de Vittel, un siècle durant, du Second Empire à la Libération, s'accomplit le destin croisé de deux héroïnes exceptionnelles, la Malie et Julie, des vies de passion, de combats et de liberté. Un superbe hommage aux femmes.

  • Elevé dans le culte des valeurs laïques et républicaines, Paul Delhuis traverse les tumultes des années 1925 à 1954, sans jamais renoncer à des convictions qu'il tient autant de son père mort de la Grande Guerre que de sa mère, Mathilde. De son admission à l'Ecole normale d'instituteurs de Mirecourt à son initiation maçonnique, de son amour pour Louise, l'exemplaire, et pour l'enfant qu'ils élèvent ensemble à l'apprentissage de la musique et à la Résistance, la vie de Paul est un engagement permanent, rendu possible par les femmes, héroïques et solaires, qui l'entourent.
    La Clé aux âmes est le roman de la transmission familiale. Un défi permanent à l'histoire et à la fatalité.

  • Des années 1950 à 1980, trois décennies de la vie de Louis Delhuis, entre engagement politique, passion de l'écriture et amour des femmes. Un étonnant destin plein de fougue et sans compromis. Suite (indépendante) de la généreuse saga lorraine des Delhuis après Des fleurs à l'encre violette et La Clé aux âmes.Après guerre, la trajectoire d'un jeune orphelin meurtri, obsédé par le secret de ses origines - " fils de Boche ou d'Amerlock " ?
    De ses blessures d'enfance, Louis Delhuis parvient à guérir et à se forger un destin, un vrai. Des rencontres décisives (le docteur Schweitzer, l'écrivain Henri Vincenot...), des figures maternelles et fortes (l'arrière-grand-mère Rose-Victoire, la vieille paysanne Angèle...), des amours cosmopolites mais aussi des expériences marquantes, des engagements, un désir d'écriture concrétisé et une ultime confrontation avec l'oncle haï vont conduire Louis vers les chemins de la résilience et de la paix.
    En filigrane, Gilles Laporte capte toutes les tensions et les exaltations d'une époque foisonnante.

  • Une grande constante traverse le dernier numéro de l'année de la revue Nuit blanche : celle du voyage. En plus de toutes les nouveautés québécoises et internationales, voici le menu qu'elle nous propose. Premièrement un panorama de la littérature routière et vagabonde, de Okanagan de Sara Lazzaroni à L'Astronome dur à cuire de Jonathan Ruel en passant par Le Fil des kilomètres de Christian Guay-Poliquin. Ensuite une approche particulière de l'« indianité » à travers l'oeuvre de Louise Erdrich et Thomas King. Puis, un anniversaire : la maison d'édition L'Instant même fête ses 30 ans et se raconte à rebours. De nombreuses pages seront consacrées aux correspondances du clan Ferron. L'écrivain méconnu du XXe siècle mis à l'honneur sera le moderniste et voyageur Luc Durtain (1881-1959). La publication nous propose également de découvrir le poème inédit de Robert Yergeau Les Muses chauves ainsi qu'un portrait de l'écrivaine Gracia Couturier, entre théâtre, albums jeune public et romans.

  • Au tournant des années 2010-2020, il n'est pas inutile « de savoir, de se rappeler, de découvrir que la boucane a déjà existé, ainsi que quelques barbus ». Avec le dossier ou plutôt collage, « Québec psychédélique », la revue Nuit blanche revisite, dans son édition estivale, une époque où « tout était à refaire ». Regards actuels, espiègles, critiques, voire acides s'entrecroisent à propos de ces années de révolte et d'utopie(s) : celles des communes, de la revue Mainmise; des Jean Basile, Geoges Khal, Denis Vanier et tant d'autres. Ce numéro propose aussi un 25e portrait d'écrivain franco-canadien, celui du Franco-Manitobain Jean Chicoine et un de Francis de Miomandre, écrivain méconnu du XXe siècle. Retrouvez aussi des articles sur Paul Auster, le Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec et plusieurs commentaires critiques de fictions et d'essais récemment parus.

  • « Connaître l'histoire du lieu où l'on demeure... N'est-ce pas faire de nous des citoyens soucieux du patrimoine et de l'avenir d'un espace commun? » (Francis Back). D'Hochelaga à Montréal en passant par Ville-Marie, ce numéro estival de Cap-aux-Diamants se consacre au « Montréal inédit ». Sous la direction de Francis Back, éditeur invité, ce numéro aborde des sujets inusités et inédits liés par la vie des anciens résidents de la métropole. Entre autres, Gilles Proulx présente Abraham Bouat, pionnier de l'hôtellerie montréalaise et Frank Mackey revient sur le métissage et la descendance des esclaves noirs dans la foulée de l'abolition. Rénald Lessard nous instruit sur Montréal et la reddition de la Nouvelle-France, alors que Francis Back traite de la mode. Pierre Monette et André Delisle relatent l'emprise des révolutionnaires américains sur la ville et Jean-Luc Allard offre un album photo de Montréalais en guise de conclusion de ce dossier soulignant le 375e anniversaire de la métropole.

  • En couverture du numéro d'automne de la revue Nuit blanche, retrouvez la romancière et poétesse Judy Quinn dont le septième livre L'homme-canon vient de paraître. Bruno Lemieux l'a rencontrée. L'écrivain Renaud Longchamps, lui, poursuit sa réflexion sur la genèse de son oeuvre entamée dans le numéro précédent. La rubrique « Écrivains méconnus du XXe siècle » est consacrée à Panaït Istrati et celle sur les « Écrivains franco-canadiens » à Michel Ouellette. Puis, François Ouellet vous invite à découvrir Eudore Évanturel, poète canadien-français de la fin du XIXe siècle, un peu précurseur de Nelligan, un peu précurseur de la poésie moderne. Refroidi par la critique, il n'aura publié qu'un seul recueil, Premières poésies. 1876-1878. Enfin, retrouvez plusieurs critiques d'ouvrages récemment parus, une entrevue de Michèle Bernard avec Viveca Sten, prolifique autrice suédoise, anciennement avocate, et une discussion des écrits de la romancière Caroline Vu par Catherine Voyer-Léger.

empty