Guillaume Ethier

  • Considéré dans ce texte: La fin de la ville instrumentale. La coprésence humaine et les power centres. Les cafés, les lieux publics et une certaine idée de la liberté. L'urbanisme comme projet de société.

  • Dans cet ouvrage, Guillaume Éthier explore l'architecture, la forme et le rôle de la place publique qui, dans le contexte de la reconstruction nationale entreprise depuis la fin de la guerre civile libanaise, en 1990, s'est trouvée à l'avant-plan de la scène mémorielle. Il y jette un nouveau regard sur le Concours d'idées en planification urbaine pour la reconstruction de la place des Martyrs, concours international tenu à Beyrouth en 2004-2005.
    Par sa situation exceptionnelle au centre-ville de Beyrouth et par son rôle historique de haut lieu de la sociabilité, la place des Martyrs constitue le coeur de la nation libanaise. Sur le plan symbolique, elle incarne l'espoir d'une réconciliation d'envergure entre toutes les factions de la société. Cependant, entre les mains d'une société foncière, le processus de reconstruction du centre-ville de Beyrouth a pris un virage inattendu au milieu des années 1990. La logique spéculative des promoteurs risque en effet de faire l'impasse sur les enjeux identitaires et culturels.
    Devant ce spectre - et puisque la place des Martyrs n'a toujours pas été reconstruite - l'auteur balise des pistes qui rejoignent les objectifs collectifs assignés à la reconstruction de la place des Martyrs. Il s'agit de créer, simultanément, un lieu de mémoire et un lieu de rencontre.
    Dévoilées par de riches images en couleur, les trois propositions lauréates du concours font l'objet d'une analyse circonstanciée de la rhétorique architecturale et des intentions qui l'articulent. Ainsi découvre-t-on, en transparence du traitement de l'espace, de l'anatomie du projet et du discours sur la place publique, le jeu stratégique de l'urbain et de la mémoire.

  • La tenue récente de méga-événements sportifs au Brésil entraîna, dans bien des villes du pays, la conclusion de vastes campagnes de régénération urbaine dont les conséquences demeurent incertaines à ce jour. Entre autres choses, l'importance accordée à l'image dans la gestion du patrimoine urbain fut maintes fois critiquée et nous fournit aujourd'hui une occasion de réfléchir à la question du spectacle du patrimoine. Comment valoriser les actifs patrimoniaux alors que leur survie dépend de plus en plus de leur visibilité dans le flux d'images qui nous assaillent ?

    Dans cet ouvrage, les délicates questions entourant la spectacularisation du patrimoine urbain sont abordées à l'aide d'exemples tirés de l'expérience du Brésil, mais aussi de celles de diverses villes à travers le monde.

    The recent sporting mega-events held in Brazil have given rise to widespread urban regeneration strategies, the consequences of which remain uncertain. In particular, it is the image-centric approach to urban heritage, the much-critiqued notion of spectacle in urban space that gives us cause for comment and reflection. How do we valorize heritage sites when their survival is increasingly contingent upon their visibility on an already crowded stage ?

    With examples drawn from Brazil, as well as from other cities around the world, this collection investigates the sometimes difficult questions raised by the spectacularization of urban heritage.

  • « Au moment où les potentialités de connexion avec le monde semblent augmenter à une vitesse exponentielle [...] il paraît de plus en plus important d'explorer les diverses modalités d'action et de création que suscite cette condition » : le 125e numéro d'Inter se place sous le signe des connectivités. Celles-ci ne sont pas nées d'hier et ont toujours divisé les grands théoriciens. Ces connexions multiples incarnent un système d'aliénation pour certains, des vecteurs d'émancipation pour d'autres, de « nouvelles voies d'hybridation, modes d'expérience ou de réseautage alternatif » enfin. Plusieurs avenues sont privilégiées par la revue : l'urbanisme tout d'abord, avec l'aménagement citoyen et spontané de zones autrefois en friche, puis la multiplication des installations interactives, les mutations de la conception sonore, la question du corps et l'intermédialité. Autant d'angles explorés par un dossier riche, fouillé et pointu.

  • Cet ouvrage met en question les enjeux épistémologiques du tourisme. Ne concevant pas le travail sur le tourisme et le travail dans le tourisme en vases clos, les auteurs présentent l'objet touristique à partir de divers champs disciplinaires, que ce soit la géographie, la science politique, l'ethnologie, la sociologie, l'économie ou le droit.

empty