Langue française

  • Dans les années 80, trois journalistes débutantes tentent de s'imposer dans le petit monde masculin du journalisme sportif. 
    Quand Élise, Clémence et Noële, fraîches émoulues de l'école de journalisme, font leur entrée dans le service des sports de France 1 en cette année 1984, elles comprennent vite qu'elles ne sont pas en terrain conquis.
    C'est peu dire que dans cette grande radio nationale où l'on cultive depuis toujours l'entre-soi masculin, la décision du chef de service de faire appel à ces stagiaires féminines suscite le scepticisme.
    Les « petites cailles », comme les appelle d'emblée le monsieur Football de la station, sont bien décidées à se faire une place. Mais, confrontées au sexisme, aux provocations machistes, soumises à une guerre d'usure où leur légitimité est constamment bafouée -même leur entourage questionne leur choix professionnel-
    Élise, la catalane passionnée de sport, Clémence, la fine technicienne du foot, Noële, la « voileuse » bretonne, vont devoir mettre en oeuvre toutes les ressources de l'amitié pour résister...

  • En 1940, fuyant Paris occupé, l´impétueuse Amédine a interrompu ses études à la Sorbonne pour retourner chez ses parents à Perpignan. Pour tromper son ennui, on l´envoie chez son grand-père à Font-Romeu, village pyrénéen où se bouscule hiver comme été des gens huppés venus de Toulouse ou même de la capitale. Prêtant main-forte à sa tante qui tient un salon de thé, Amédine y retrouve l´ambiance des vacances de son enfance, renoue avec un ancien camarade de jeu, Vincent, le fils du charcutier. Dans le village, on leur prête une romance mais Amédine a d´autres préoccupations. Elle fait partie d´une filière d´évasion vers l´Espagne animée par le curé. Au nombre des fugitifs, beaucoup de juifs fuyant les persécutions nazies et parmi eux, Daniel Weber, un garçon dont Amédine était follement éprise à Paris. Il s´est installé avec sa mère et sa petite soeur dans un chalet, en attendant de pouvoir prendre le chemin de la liberté. Mais les délateurs sont partout, surtout là où on ne les attend pas. La soeur de Daniel et sa mère sont arrêtées. L´étau se resserre sur Daniel...

  • Été 36. Madeleine, élève-infirmière et athlète prometteuse, monte dans le train à destination de Barcelone pour participer avec la délégation française aux Olympiades populaires antifascistes, organisées en réaction aux Jeux olympiques de l'Allemagne nazie à Berlin.
    Des compétiteurs venus de tous les pays se retrouvent en Catalogne pour une grande fête du sport et de la fraternité. À l'hôtel, au stade de Montjuïc où ils s'entraînent, au gré des promenades dans une ville riche de découvertes, les amitiés se nouent dans la joie et l'enthousiasme. Mais, la veille de la cérémonie d'ouverture, le coup d'État militaire de Franco plonge Barcelone dans le chaos et signe le déclenchement de la guerre.
    Courtisée par Marcel, brigadiste libertaire parisien, et Aleix, militant catalan indépendantiste, Madeleine est emportée dans la tourmente qui s'empare de l'Espagne...

  • Esiècle, à Perpignan, l'extraordinaire destinée d'Anna, une ouvrière de la grande usine de paiers de cigarettes Job, des bas-fonds sordides aux châteaux de la grande bourgeoisie.0500 0300 Par amour, elle se retrouve un beau jour séquestrée dans une maison close du quartier Saint-Jacques. D´abord terrorisée, elle devient bientôt, sous le nom de Stella, une des prostituées les plus célèbres de la ville. Lorsqu´elle tombe enceinte, Anna décide de changer de vie et revient vers l´usine de papier à cigarettes. Mais elle n'est plus la même. Plus sûre d´elle, elle attire rapidement l´attention d´un membre de la direction qui lui propose de devenir gouvernante des enfants du directeur de l´usine et ne tarde pas à demander sa main. Un nouveau tournant dans la vie d´Anna...

  • 1357. Agnès est de retour au pays après dix ans de captivité en Orient pendant lesquels elle a appris l'art de guérir. Mais le prêtre du village, jaloux de sa notoriété croissante, la dénonce à l'Inquisition. Heureusement, un gentilhomme veille sur elle...

  • De 1939 à 1944, à la maternité d'Elne, dans les Pyrénées-Orientales, le combat exceptionnel d'une jeune bénévole suisse pour sauver des enfants d'une mort certaine0500 0300Elisabeth, jeune infirmière suisse, arpente inlassablement les camps d´Argeles, Rivesaltes et Barcarès pour sauver des vies : celles des femmes enceintes et de leur enfant à naître afin de les protéger du chaos des guerres. Elle les accueille ensuite à la Maternité d´Elne, dans un château, qui mettra au monde plus de cinq cent vies en péril... Ainsi en 1939 avec des milliers de ses compatriotes espagnols, Teresa a suivi les terribles chemins de l´exode pour passer la frontière française dans les Pyrénées-Orientales. Là, dans un camp, elle rencontre Elisabeth. Sa vie en est bouleversée. Comme le sera la fragile Esther, jeune Juive enceinte, terrorisée, seule et démunie, alors que, en 1942, l´étau de la menace nazie se referme peu à peu sur la France...

  • Dans les années 1960, Collioure connaît une série de meurtres inexpliqués. Seule contre tous, l'imprévisible Luce Colomine va tenter de résoudre leur mystère?
    Un soir de service, Luce Colomine, femme de ménage dans une usine de salaison d'anchois, découvre le cadavre de son patron, près d'une lanterne éteinte? Trois corps d'hommes morts sont ensuite retrouvés, placés près d'un objet : un harpon, une lance, une échelle, une bourse de cuir.  Arrivent la semaine sainte et la procession de la Sanch. Lorsque Luce lève les yeux sur la Creu dels Improperis, la Croix des outrages, qui porte les instruments de la Passion et elle voit alignés sous ses yeux, une lanterne, une lance, une échelle, une bourse. C'est sûr, il y a un lien entre les quatre morts. Mais personne ne veut la croire sauf un jeune inspecteur stagiaire. A ses côtés, Luce va se lancer sur les traces du tueur et découvrir le terrible secret que partageaient les victimes, jusqu'à l'incroyable révélation finale?

  • L´amour et l´amitié aux temps héroïques du rugby.Gabrielle aime le rugby. En 1914, ce n´est pas banal pour une fille de notaire encore adolescente, même à Perpignan. Tous les prétextes lui sont bons pour fuir l'atmosphère étouffante du logis familial et accompagner en cachette son oncle au stade afin d'encourager quinze gaillards au maillot blanc frappé du losange sang et or catalan à la conquête de leur premier titre de champion de France.Quand la mobilisation générale est déclarée, le monde de Gabrielle s´écroule. Fini les empoignades épiques, l´enthousiasme des tribunes, la convivialité de la troisième mi-temps entre jeunes gens de tous milieux sociaux. Qu´adviendra-t-il d´Aimé Giral, le demi de mêlée, surdoué et beau comme un dieu ?Très vite, Gabrielle prend conscience avec horreur que beaucoup de ses amis ne reviendront pas.Malgré sa solitude et son désespoir, elle saura redonner un sens à sa vie en se lançant, à sa manière, dans la bataille...

  • Rivalités inexpiables au pays de la Sardane.
    Dans les Pyrénées-Orientales, à la fin du XIXe siècle. Sennen et Laurent ont grandi ensemble dans le quartier populaire du Moulin à Saint-Laurent-de-Cerdans, un village perdu dans la montagne.
    Sennen travaille avec son père, fabricant de clous. Laurent vit de la taille des châtaigniers, dont on tire des piquets pour les vignes.
    Autant Sennen est timide, autant Laurent est séducteur, mais tous les deux convoitent la même jeune fille : Marthe.
    Le père de Sennen incite son fi ls à se lancer dans la fabrication d´espadrilles, dont la mode est en train de se répandre. L´affaire prospère, Sennen conquiert Marthe et quitte le quartier du Moulin pour s´installer dans celui du Château, où résident les notables. Pour Laurent, c´est non seulement un affront, mais une trahison. Avec ses camarades syndicalistes du Moulin, il n´aura de cesse de fonder l´Union sandalière, une coopérative dont la principale raison d´êtresera de livrer une concurrence implacable à ceux du Château...Ainsi commence une rivalité inexpiable qui dressera l´un contre l´autre les deux hommes et leurs descendants, de l´apogée à la chute de l´industrie sandalière catalane jusqu´à son récent renouveau...

  • « Eh bien vois-tu, Lénie, nous tous, les employés de Beau-Rivage, du concierge à la fille de cuisine, de la femme de chambre au sommelier, de la gouvernante à la lingère... nous sommes les "anges" des clients. C'est notre mission. »
    Adeline Dupraz, orpheline savoyarde âgée de quatorze ans, a échoué à Genève en cette année 1872. En haillons, tenaillée par la faim, alors que la petite miséreuse court à sa perte, la chance lui sourit : elle est prise en pitié par trois femmes de chambre de l'hôtel Beau-Rivage qui parviennent à l'y faire embaucher.
    Pour la timide paysanne, pas facile de se mettre au diapason de cet établissement prestigieux des bords du lac Léman, fréquenté par les grands de ce monde et les célébrités. Grâce à ses heureuses initiatives, Adeline réussit cependant à gagner la confiance de Mme Frieda, la redoutable gouvernante, et de M. et Mme Mayer, les exigeants propriétaires.
    Tout se présenterait au mieux pour la petite Savoyarde si, au détour d'une rue, elle n'était brusquement rattrapée par son passé. Adieu la promesse d'une belle carrière hôtelière dans l'ombre des majestés, des altesses et des maharadjahs. Adieu le rire ensoleillé du sommelier d'étage catalan.
    Pourquoi Adeline a-t-elle fui sa vallée ? Quel secret pèse sur ses frêles épaules ?
    Mêlant la petite et la grande histoire, Hélène Legrais, lauréate du prix Méditerranée Roussillon, nous introduit dans les coulisses d'un palace de légende, théâtre d'une
    succession d'événements mémorables parfois dramatiques et bouleversants, souvent insolites et drôles, qui composent une passionnante et très divertissante saga.
     

  • 1969. L'entreprise Bella, à Perpignan, est le premier fabricant  européen de poupées. En face de l'usine, on a creusé une  fosse où l'on jette les têtes, bras, jambes, bustes ratés en  plastique, cheveux de Nylon, mis au rebut avant d'êtrerecyclés. Des ouvriers ont pris l'habitude de se retrouver là  pendant les pauses, mais l'endroit attire aussi des maraudeurs  qui s'introduisent par une brèche dans la clôture.Il y a Sylvie, une gamine déf  gurée après un accident, Michel,  un garçon que son père traite de fille manquée, Patrick, qui  se rêve en guerrier comanche chasseur de scalps, Éliane,  vieille fille déçue de l'amour et en mal d'enfant, soeur Eulalie,qui collecte des jouets pour l'Afrique... Tout un petit monde  singulier et solidaire pour qui les poupées bonnes à jeter sont  un trésor.Mais une présence y rôde aussi, invisible, inquiétante... et un  jour, le jeune Michel disparaît mystérieusement.
      Redonnant vie aux célèbres poupées Bella qui enchantèrent  plusieurs générations d'enfants et ressuscitant la vie des  quartiers populaires des années soixante, Hélène Legrais,  lauréate du prix Méditerranée Roussillon, exalte, dans ce  roman plein d'émotions, la puissance de l'imaginaire et la  force de l'amitié.

  • En 1900, le village de Sorède dans les Pyrénées, capitale du fouet français, entre en ébullition avec l'arrivée d'un curieux personnage venu installer une mystérieuse machine : un énorme four solaire.  Alors que la sécheresse sévit, les paysans ne tardent pas à incriminer "l'entonnoir à soleil" et à accuser l'étranger de sorcellerie. Seul Miquel prend sa défense. bien que né dans une famille de petits vignerons, il a fait de brillantes études à Perpignon et l'invention le passionne. Au point de remettre en cause le destin tout tracé qu'on a préparé pour lui : il doit succéder au patron de la plus grande fabrique de fouet du pays dont il épousera la fille, Eugénie.  En butte à la réprobation de sa mère, aux reproches de son frère, aux manoeuvres de l'héritière pour le garder auprès d'elle, Miquel fait bientôt face à un terrible dilemme...

  • Auguste Laborde hérite de la boutique de joaillerie de son père mort prématurément. Marié contre son gré par sa mère à une femme qui l'indiffère, il se réfugie dans son unique passion, l'orfèvrerie, et en particulier le travail du grenat, spécialité de la ville de Perpignan. Sa vie prend un tour inattendu quand il découvre qu'une porte séparant son atelier de l'immeuble voisin donne sur les salons d'une maison close. Par une fente entre les lattes de bois, il dispose d'un point de vue imprenable sur l'activité de l'établissement... Jusqu'au jour où il assiste, impuissant, au meurtre d'une pensionnaire. L'enquête de la police restant au point mort, Auguste décide de partir lui-même à la recherche de l'assassin. Il n'a pu voir son visage, seulement ses mains et ses poignets. D'indice en indice, ses investigations l'entraînent dans les cercles les plus huppés de la capitale roussillonnaise...

  • De nos jours, à Châteaubriant, dans le pays de la Mée, une jeune femme enquête sur le passé et les secrets de sa famille, une « grande famille » connue de toute la région0500 Lorsque le clan Le Gallois se réunit pour célébrer les funérailles d´une grand-tante, on découvre avec stupeur dans le caveau familial la dépouille d´une fillette inconnue. Mélanie Le Gallois, bouleversée, se sent investie d´une mission : rendre un nom, un visage à celle qui aurait été une proche parente et qui, pour une raison qu´elle ignore encore, a été « effacée » de l´arbre généalogique. Au fil de ses recherches, tout un passé ressuscite, celui de cette région des confins de la Bretagne, terre de forges et d´élevage. Passé et présent se rejoignent alors...
    Inattendue et singulière, l´intrigue desOmbres du pays de la Méenous fait découvrir une région peu connue de la haute Bretagne. Suspense et émotion se mêlent admirablement dans ce roman Terres de France.0300De nos jours, à Châteaubriant, dans le pays de la Mée, une jeune femme enquête sur le passé et les secrets de sa famille, une « grande famille » connue de toute la région...
    A la mort d´une grand-tante, la famille Le Gallois découvre avec stupeur dans le caveau qui lui est réservé la dépouille d´une petite fille dont la mort remonterait au début du siècle. Personne n´a jamais entendu parler de cette enfant et encore moins de sa disparition... Mélanie Le Gallois, la trentaine, journaliste, venue pour les funérailles de la vieille dame, se sent peu à peu investie d´une véritable mission : rendre un nom, un visage à celle qui aurait été une proche parente. En réveillant le fantôme de la petite fille, Mélanie fait resurgir de nombreux secrets de famille, secrets plus ou moins avouables. C´est finalement une vieille tante, la tante Viv, qui révélera toute la vérité...

  • Au début du XXe siècle, dans les Pyrénées-Orientales, Félicie vit sa singularité depuis sa plus tendre enfance. Sa liberté : courir, seule, la montagne à la recherche des herbes qui soignent.


    " Un peu à l'écart de la foule, Félicie savourait ce spectacle avec une exaltation farouche. La "vestale du feu sacré et du Canigou" ne pouvait que voir un signe dans cette avalanche brasillante qui déboulait vers elle. Des crispations impatientes couraient le long de ses cuisses. Elle aurait adoré s'élancer vers eux. Devant eux, même. Elle les aurait battus, c'est sûr. Elle connaissait si bien le terrain qu'elle pouvait s'imaginer là-haut, sautant par-dessus les rochers, évitant les mouillères autour des sources, glissant sur les talus herbeux comme sur de la neige pour gagner quelques secondes. " Gamine étrange et solitaire, n'aimant que ses montagnes, un peu sorcière selon certains, Félicie grandit dans un monde rude et superstitieux où tout tourne encore autour de la richesse locale, le fer. Sur les hauteurs du mont Canigou, de génération en génération, on est mineur comme le père de Félicie, charbonnier, forgeron ou muletier, les pieds dans la neige de novembre à avril.
    Soutenue par Balthazar, l'ermite de Sainte-Anne, qui l'initie aux pouvoirs des plantes, et par monsieur Legrand, l'ingénieur de la mine de La Pinouse, ébahi par ses facultés intellectuelles, Félicie impose sa singularité. Arrive la Grande Guerre. Les hommes sont mobilisés, des mineurs étrangers les remplacent : polonais, tchèques et même chinois... Différences de langue, de culture. On les tolère, à défaut de les accepter.
    Félicie, toujours inattendue, s'éprend de l'un d'eux.




    .

  • La guerre fratricide de deux paysans pyrénéens.Dans les années vingt en Capcir, l´un des hauts plateaux des Pyrénées-Orientales. Depuis qu´il a découvert l´existence de son cousin homonyme, Gilles Buscail n´a qu´une idée en tête : empoisonner l´existence du Gilles Buscail du village voisin. Car si la branche aînée des Buscail a la jouissance d´une ferme opulente et d´un immense troupeau, lui, le descendant de la branche cadette, doit se contenter d´une masure et de quelques bovins.  Médisances, traquenards, complots, depuis des années les deux Gilles se rendent coup pour coup. Mais les hostilités entre les deux compères s´enveniment quand ils comprennent que, faute d´héritier en ligne directe, leur succession ira au cousin survivant. Tandis que l´appât du gain décuple la malveillance de l´un, l´autre cherche par tous les moyens à se donner un autre successeur...Tout en restituant avec verve l´irruption du progrès et du tourisme moderne dans une région pyrénéenne peuplée de paysans aux moeurs pittoresques, Hélène Legrais nous enchante avec cette comédie divertissante pleine de surprises et de rebondissements.

  • Un petit prince est apprivoisé par les héros de l´Aéropostale.Au coeur du Roussillon en 1922. Comme tous les ans, les vendangeurs espagnols arrivent à Saint-Laurent-de-la-Salanque pour travailler sur les terres de la riche famille Tixador. C´est le coup de foudre entre un ombrageux saisonnier espagnol et l´héritière du domaine déjà mariée. Scandale. Quand sa fi lle tombe enceinte, « Mme Veuve », la mère, doit pourtant accepter le divorce et la mésalliance. L´enfant, Pau, a six ans quand son père, dans un coup de sang, tue « Mme Veuve ».
    Son père condamné au bagne, sa mère devenue folle, Pau est élevé par ses trois grands-tantes. Abandonné à lui-même, il fi nit par fuguer et faire les quatre cents coups. Son rêve : approcher les pilotes de l´Aéropostale, Mermoz, Saint-Exupéry, venus tester les hydravions de Latécoère sur l´étang qui borde la Salanque...

empty