Hector

  • 'Il est très difficile d'essayer de synthétiser ce qu'est L'oubli que nous serons sans trahir ce livre, parce que, comme tous les chefs-d'oeuvre, il est plusieurs choses à la fois. Dire qu'il s'agit d'une mémoire déchirée sur la famille et le père de l'auteur - qui fut assassiné par un tueur - est certain, mais cela reste limité et infime, car ce livre est, aussi, une saisissante immersion dans l'enfer de la violence politique colombienne, dans la vie et l'âme de la ville de Medellín, dans les rites, les petites choses de la vie, l'intimité et la grandeur d'une famille, ainsi qu'un témoignage délicat et subtil d'amour filial, une histoire vraie transfigurée par son écriture et sa construction en une superbe fiction, et l'un des plaidoyers les plus éloquents jamais écrits contre la terreur comme instrument d'action politique.'
    Mario Vargas Llosa.

  • Rémi est un enfant trouvé. Arraché à sa mère adoptive, il est vendu à un musicien ambulant, le signor Vitalis, qui l'entraîne sur les routes de France en compagnie du singe Joli-Coeur et d'un étonnant trio de chiens savants. Ils affrontent la faim, le froid, les loups, et seule l'amitié leur permet de garder espoir. Rémi retrouvera-t-il un jour sa vraie famille?

  • Alors que troyens et grecs s'affrontent sans répit, Hector, fils du Roi Priam, se retrouve face à Achille, redoutable adversaire.
    Au cours de cette guerre sanglante et meurtrière, Hector tue, en effet, un jour, sans le savoir, Patrocle, le fidèle compagnon d'Achille. Ce dernier fou de douleur et de rage, promet de venger son ami dans un ultime et dernier combat contre le jeune prince troyen.

  • K.O.

    Hector Mathis


    Sitam, jeune homme fou de jazz et de littérature, tombe amoureux de la môme Capu. Elle a un toit temporaire, prêté par un ami d'ami. Lui est fauché comme les blés. Ils vivent quelques premiers jours merveilleux mais un soir, sirènes, explosions, coups de feu, policiers et militaires envahissent la capitale. La ville devient terrifiante...
    Bouleversés, Sitam et Capu décident de déguerpir et montent in extremis dans le dernier train de nuit en partance. Direction la zone - « la grisâtre », le pays natal de Sitam. C'est le début de leur odyssée. Ensemble ils vont traverser la banlieue, l'Europe et la précarité...
    Nerveux, incisif, musical, K.O. est un incroyable voyage au bout de la nuit. Ce premier roman, né d'un sentiment d'urgence radical, traite de thèmes tels que la poésie, la maladie, la mort, l'amitié et l'errance. Il s'y côtoie garçons de café, musiciens sans abris et imprimeurs oulipiens. Splendide et fantastique, enfin, y règne le chaos.
    Né en 1993, Hector Mathis grandit aux environs de Paris entre la littérature et les copains de banlieue. Ecrivant sans cesse, s'orientant d'abord vers la chanson, il finit par se consacrer pleinement au roman. Frappé par la maladie à l'âge de vingt-deux ans, il jette aujourd'hui l'ensemble de ses forces dans l'écriture.

  • Le destin tragique de Thésée, de retour des Enfers, qui tente d'apporter la paix et la répblique à la cité d'Athènes.
    Grâce à l'aide d'Héraklès, Thésée a réussi à échapper aux mains de Hadès, dieu des morts, et à sortir des Enfers où il semblait retenu prisonnier à jamais. Le héros revient ainsi plein de rêves pour Athènes, la cité qu'il a fondée. Mais elle est désormais gouvernée par Ménesthée, qui a pris le pouvoir après la disparition de Thésée. Attendant le retour d'Héraklès qui le secondera dans cette tâche, Thésée s'oppose ainsi aux princes qui complotent pour conserver le pouvoir et refusent de le partager avec les petites gens. Pourtant, Héraklès ne revient pas...

  • Rémi n'a qu'une dizaine d'années mais sa vie est déjà bien mouvementée : enfant abandonné, recueilli par des paysans, il est cédé à un saltimbanque, Vitalis. Les voilà partis avec des animaux savants sur les routes de France. Une longue errance commence alors pour Rémi, semée de rencontres, de coups durs et d'espoirs insensés. Rémi parviendra-t-il enfin à retrouver ses vrais parents ?

  • Retrouvez l'histoire d'Héraclès, condamné à expier ses crimes par l'accomplissement de douze travaux forcés, tous plus durs les uns que les autres.
    Héraclès doit terminer le douzième des " Travaux " qui lui ont été imposés pour se repentir de la folie qui l'a poussé à tuer sa femme Mégare et ses enfants. Il doit ramener Cerbère, chien gardien des Enfers, au roi Eurysthée.S'il ne craint pas d'échouer dans cette nouvelle tâche, il a peur de ce que lui réservent les dieux. Il sait trop bien qu'Héra, la jalouse épouse de Zeus (roi des dieux, père d'Héraclès) continue à le poursuivre de sa haine féroce. Le jeune héros tente de trouver un stratagème pour empêcher la déesse de s'en prendre à son épouse Déjanire...

  • Carnaval

    Hector Mathis

    Lorsqu'il apprend qu'il est atteint d'une maladie incurable, Sitam quitte tous ceux qui partageaient son existence. Quelques mois plus tard, conscient de son erreur, il cherche à retrouver sa compagne. Mais après de multiples tentatives infructueuses, il se résigne à mener une vie solitaire. Alors qu'il semble abandonner tout espoir, un coup de fil de son vieil ami Benji l'oblige à quitter Paris pour revenir dans sa banlieue natale : la grisâtre. Un des leurs est mort. Il faut l'enterrer. Ce voyage en banlieue replonge Sitam dans le passé et son enfance. Ils étaient un groupe de copains qui ont grandi entre la déconne, les problèmes d'argent et une soif immodérée d'aventure. Sitam retrouve ses anciens compères, s'aperçoit de l 'attraction qu'exerce sur eux la banlieue et de la dureté de l'existence qui s'est imposée à eux...
    Carnaval est la suite de K.O. mais il peut se lire sans avoir parcouru une seule ligne de ce premier roman. On retrouve, encore plus sûr, le style tout à fait musical, dansant, polyrythmique de l'auteur. Pourquoi Carnaval ? Pour la fête bien sûr, et pour le grand défilé des détraqués, incarnés par tous ces personnages hauts en couleur. Dans la célébration comme dans les enterrements, le rire frôle le désespoir.
    Né en 1993, Hector Mathis grandit aux environs de Paris entre la littérature et les copains de banlieue. Ecrivant sans cesse, s'orientant d'abord vers la chanson, il finit par se consacrer pleinement au roman. Frappé par la maladie à l'âge de vingt-deux ans, il jette aujourd'hui l'ensemble de ses forces dans l'écriture.

  • "S'il y avait eu un autre témoin, je lui céderais volontiers la place, ici, pour qu'il mène à bien le récit de la vie d'Adélaïde Marèse, telle qu'elle me la laissa entrevoir au fil des quelques mois où nos exils coïncidèrent. Je ne sais pas trop à quoi j'obéis en essayant de préserver par l'écrit une vie dont les jours ne s'éclairèrent d'aucune gloire, qui fut toute de discrétion et de secrète intransigeance, d'autant plus que je tends à croire que si une chose est exemplaire en ce monde, toutes le sont : ou bien les célébrations de la mémoire sont toutes méritées, ou bien aucune. Nous ne savons pas pourquoi nous agissons ; la vie se sert de nous pour faire des échanges qui nous dépassent. Je tâcherai de décrire le cheminement d'une femme depuis les jours de ce qu'elle appelait le continent austral et qui est morte un dimanche, il y a quelques semaines, à Paris, dans l'une des nefs de l'hôpital Saint-Louis, après avoir vécu ses derniers mois dans le quartier du faubourg Saint-Denis où quelques personnes garderont, avant de s'en aller à leur tour, juste le souvenir de sa silhouette d'institutrice."
    Prix Femina

  • Après la mort de son père, assassiné par un tueur à gages à la solde des ennemis de la démocratie, Héctor Abad entreprend une longue, patiente et minutieuse enquête pour remonter aux origines du texte qu'il a découvert dans la poche du défunt docteur Abad, un poème de Borges dont l'authenticité est mise en doute. Il s'immerge ainsi, au rythme de déambulations géographiques et littéraires, dans la genèse du sonnet et en ses différentes versions qui finissent par se multiplier de manière vertigineuse, versions inédites et apocryphes se confondant. Héctor Abad tente ainsi de bâtir une mémoire et d'y trouver sa place.
    Mais qu'est-ce que la mémoire sinon une forme de l'imaginaire, comme l'écrit Borges ? Les récits autobiographiques qui composent ce livre ont cette consistance mixte : soit la patiente reconstruction par indices d'un passé qu'on ne se rappelle plus bien, soit l'étonnement devant un futur qui nous échappera peut-être à jamais. Partagé entre l'immémoire et la floraison d'autres "moi", entre son malaise existentiel et la multiplicité des possibles, Héctor Abad, dans le sillage du père tant aimé dont il a hérité l'exigence de justice, l'honnêteté, la tendresse et l'émotion, est toujours en quête d'une vérité supérieure. Celle-là même qui fonde la littérature.


  • La fuite en avant d'un enfant des rues traqué par les barons de la drogue, et qui refuse de se résigner. Un classique des éditions Syros.

    Dans les rues de Medellin, en Colombie, lorsqu'il n'y a pas de voitures à laver ou de journaux à vendre, Rafaele, douze ans, guette les touristes à détrousser. La nuit, il dort sous des cartons avec les garçons de sa bande, loin de sa mère et de sa soeur Cecilia, restées au bidonville. Pour elles, Rafaele ne désespère pas de mettre un peu d'argent de côté. Mais Cecilia est prise dans les griffes de El Chileno, bras droit du baron de la drogue Pablo Escobar. Rafaele se lance alors à corps perdu dans un dangereux pari, avec une seule idée : sauver sa soeur.


  • Description du livre


    La Guadeloupe, ses habitants, ses plages et la Soufrière n'attendent que vous, en mode créole ! Le créateur de la célèbre méthode Assimil a conçu pour vous le compagnon indispensable de votre séjour en Guadeloupe.
    °Initiation à la langue : 21 leçons de créole guadeloupéen
    °Les phrases et les mots indispensables
    °Toute la prononciation
    °Toutes les situations du voyage



  • Ce roman est une histoire d'amour : celle d'une famille d'origine juive, les Angel, pour une ferme cachée au coeur des Andes, La Secrète. Sur cette terre luxuriante, vaste forêt tropicale devenue riche plantation caféière, plusieurs générations se sont succédé depuis un siècle. Trois voix singulières, celles des trois derniers enfants de la lignée, vont alterner pour nous faire découvrir les destins et les rêves qui se sont croisés à La Secrète.

    Antonio, le fils, jeune violoniste, quitte la Colombie pour vivre pleinement son homosexualité à New York, mais n'oublie pas pour autant le lieu magique de ses origines. Entre deux répétitions, il réécrit la chronique des pionniers qui s'installèrent sur ces versants et y introduisirent la culture du café au XIXe siècle. Pilar, l'aînée, est la gardienne du logis et de l'héritage ; elle a promis de ne jamais vendre la ferme et est prête à toutes les compromissions pour cela. Eva, enfin, la brebis galeuse , incarne la fantaisie, le désir d'indépendance, mais également la force et le courage nécessaires pour affronter les menaces des narcotrafiquants, guérilleros et autres paramilitaires.

    Les lecteurs de L'oubli que nous serons (Éditions Gallimard, 2011) retrouveront ici toute la finesse et la sensibilité dont Héctor Abad fait preuve lorsqu'il conte la vie intime d'une famille. Mais La Secrète est aussi une histoire à peine voilée de la Colombie contemporaine : l'épopée d'un pays qui, après des années de guerre civile, réapprend à vivre.


  • Deux auteurs de best-sellers (livre traduit en plus de 25 langues) se plongent dans l'ikigai. Après le shinrin-yoku, le kaizen, les haikus..., voici la méthode japonaise pour vivre heureux. 35 clés pour découvrir sa mission de vie et devenir l'acteur de son existence.

    Pourquoi je me lève le matin ? Quelle est ma vraie passion dans la vie ? Alors que l'art de vivre japonais est tendance, l'ikigai est une méthode puissante pour découvrir " sa mission de vie ".
    L'ikigai, trouver le sens de sa vie. Littéralement, ikigai est " ce pour quoi il vaut la peine de vivre " ; c'est, pour chacun, le sens de sa vie, le moteur de son existence, la boussole qui oriente ses choix. Il résulte d'un savant équilibre entre nos passions, notre rapport au monde, nos besoins et notre travail. D'après les Japonais, nous possédons tous un ikigai - qui évolue à chaque étape de notre vie -, même si nous n'en avons pas conscience.
    Le storytelling, un voyage au coeur de soi avec les experts de l'ikigai. Après un premier best-seller mondial sur l'ikigai et le secret de la longévité des Japonais, les auteurs livrent dans ce nouvel opus la méthode pratique pour trouver sa passion et la faire vivre au quotidien. Conçu comme un voyage initiatique à travers trois lieux emblématiques du Japon (Tokyo, Kyoto, et le sanctuaire shintoïste d'Ise), ponctué de réflexions, d'échanges et de récits sur le Japon d'hier et d'aujourd'hui, ce livre embarque le lecteur dans l'exploration de son histoire personnelle (passé, présent, futur), à la recherche de son ikigai.
    La méthode, un parcours en 3 temps et 35 étapes.
    Voyage dans notre futur [depuis Tokyo] : 14 techniques pour définir où l'on va, découvrir sa passion, se fixer des objectifs, initier de grands projets personnels et les accomplir.
    Voyage dans notre passé [depuis Kyoto] : 6 exercices pour comprendre d'où l'on vient, redécouvrir ses origines, ses passions d'enfant, et faire de ses expériences et des leçons du passé un tremplin pour l'avenir.
    Voyage dans notre présent [depuis Ise] : 15 exercices pour vivre son présent, entrer dans le " flow " et cultiver le bonheur au quotidien.
    La boîte à outils. A chaque étape, un exercice pratique inspiré de la sagesse japonaise et des études les plus récentes dans le domaine du bien être : " la pensée Shinkansen [ou TGV]", " la règle du 80/20 ", " le pouvoir des enfants ", " l'art du haiku ", " Koan ou le pouvoir de la pensée latérale ", " Kaizen ou l'amélioration continue "...

  • Pour qu'il y eût ce livre, il a fallu d'abord deux continents, et que des Piémontais, poussés par la pauvreté, émigrent et aillent défricher un coin de cette plaine illimitée que l'on appelle pampa. Il a fallu aussi qu'un enfant promis, tout naturellement, aux travaux des champs, saisisse la seule chance alors offerte aux gens de son état : le séminaire, où l'attendent, pêle-mêle, amitiés particulières, musique, les livres, qu'il espérait tant, et la découverte de la langue française. Il a douze ans. Là-bas, en Europe, la guerre bat son plein, tandis qu'ici s'installe et prospère la dictature, celle de Peron et d'Eva Duarte, sous laquelle nul n'échappe à la surveillance et à la délation. Et c'est le meilleur ami qui, se révélant soudain être un mouchard haut placé, et voulant se le faire pardonner, offre à l'ancien séminariste le billet de bateau salvateur.

  • Être une personne à haut potentiel est un cadeau quand c'est accepté et bien compris. Malheureusement, aujourd'hui, c'est souvent mal compris et mal expliqué.
    Être HP ce n'est pas être supérieur, meilleur ou plus intelligent, mais c'est avoir un fonctionnement différent, être excessif dans différents domaines. Ce livre a pour but de donner des pistes afin de vivre ces caractéristiques comme un cadeau. Il donne aussi des pistes pour les enseignants et les parents afin d'aider aux mieux ces jeunes.


  • Une véritable philosophie de vie pour se reconnecter à soi et se ressourcer grâce aux pouvoirs de la nature, là où bat le coeur de la vie...

    S'enfoncer sur un sentier de forêt, dans le silence de milliers d'arbres, quand le soleil filtre entre les feuilles et joue les clairs-obscurs... Respirer l'effluve bienfaisante de la résine, sentir l'énergie des arbres et leur pouvoir apaisant, écouter le chant vibrant des oiseaux, cheminer au gré de son intuition, respirer profondément, se vider l'esprit, sentir l'instant présent, respirer encore et avec la beauté du monde faire corps... C'est tout cela, les pouvoirs guérisseurs du shinrin yoku.
    Pratiqués comme thérapie préventive au Japon, les " bains de forêt " ont de multiples bienfaits sur notre santé et notre mental, comme l'ont démontré de nombreuses études scientifiques. Une immersion dans le vert permet de réduire la tension, le stress et l'anxiété, de booster notre système immunitaire et notre vitalité, et d'impulser des changements positifs dans notre vie.
    Deux spécialistes du Japon, auteurs de nombreux best-sellers, explorent dans cet ouvrage les vertus thérapeutiques et la dimension spirituelle du shinrin yoku. En s'appuyant sur des références à la fois scientifiques et philosophiques (du shintoïsme aux écrits des penseurs modernes) et en s'inspirant de l'art de vivre japonais (le yugen, le wabi-sabi, la sagesse des maîtres zen...), ils nous livrent toutes les clés pour pratiquer le shinrin yoku au quotidien et vivre en harmonie.

  • Hector France n'est pas un écrivain pour lecteurs délicats. Officier en Algérie durant les années 1860, il compose ici à partir de ses souvenirs de jeunesse seize fictions qui forment les mille et un jours du cauchemar colonial.
    Armé d'un style affûté et d'un humour grinçant, loin de se complaire dans des bizarreries exotiques nimbées des vapeurs du kif, il écorche vif l'orientalisme flamboyant : délires de soldats traumatisés, bassesses révulsantes de misérables poussés à la dernière extrémité, ignominies des puissants - le cynisme et l'oppression envahissent la scène jusqu'à basculer parfois dans l'horreur pure.
    La gifle remue aujourd'hui avec d'autant plus d'efficacité que Sous le burnous, paru en 1886, constitue comme une épouvantable préface à l'autre guerre d'Algérie - en réalité la même, sans doute - dont les plaies profondes n'ont pas fini de suppurer.

  • Par les auteurs du best-seller sur l'Ikigai, une initiation à l'art japonais de l'ichigo ichie, véritable philosophie de vie pour profiter de chaque moment et savourer l'instant présent. Un fou rire partagé, un moment de complicité, un champ de blé ondoyant sous la brise, le goût d'un thé fumant... chaque instant est magique, chaque instant est unique. C'est toute la philosophie de l'ichigo ichie, expression qui signifie littéralement " ce que nous sommes en train de vivre maintenant ne se reproduira plus jamais de la même manière ".
    Né sous la plume d'un grand maître de thé du xvie siècle, l'ichigo ichie trouve ses origines dans le bouddhisme zen. Vivre avec ichigo ichie, c'est prendre conscience de la fugacité des choses, savoir saisir ces instants uniques qui peuvent irradier le reste de notre vie et savourer pleinement le moment présent qui s'offre à nous.
    Deux spécialistes du Japon nous initient à l'ichigo ichie en croisant les enseignements de la philosophie zen avec les outils issus de la psychologie contemporaine. À travers le rituel de la cérémonie du thé (ou cérémonie de l'attention), des exercices de pleine de conscience et de méditation ou encore des jeux sensoriels (l'écoute active, la gymnastique des yeux, le journal des odeurs...), ils nous livrent cet art de cultiver la joie au quotidien et de vivre en pleine conscience pour faire de chaque instant le meilleur de notre vie.

  • Les secrets des Japonais pour trouver votre raison de vivre et vivre plus longtemps.
    La scène se passe dans un parc à Tokyo.
    Deux amis conversent sur le sens de la vie et sur l'étonnante longévité des Japonais. Un mot est alors lancé : ikigai, qui signifie littéralement " la joie d'être toujours occupé ". D'après les Japonais, nous possédons tous un ikigai, une raison d'exister, qui nous pousse à nous lever chaque matin et à être acteurs de notre vie.
    C'est ainsi que les deux amis, Héctor García et Francesc Miralles, décident de se lancer dans une passionnante enquête à travers le Japon. Partis à la rencontre des " supercentenaires " du hameau d'Ogimi, dans l'archipel d'Okinawa, ils passent de longs mois sur place à s'imprégner de la mentalité et des us et coutumes locaux.
    Comment ces " supercentenaires " définissent-ils leur ikigai et en quoi les guide-t-il au quotidien ? Quelles sont les habitudes à adopter pour mieux vivre ?
    Dans un livre à mi-chemin entre le guide et le témoignage, Héctor García et Francesc Miralles nous invitent à découvrir notre propre ikigai pour mener une vie longue et harmonieuse.

  • Stupéfiant d'acuité et d'imagination, un roman coup de poing, porté par une plume corrosive et un humour mordant. Qualifiée par la critique de Bûcher des vanités pour le XXIe siècle, une oeuvre engagée, une radiographie lucide et féroce de nos sociétés paranoïaques, gangrenées par l'indifférence, l'incompréhension et le repli sur soi. Quand elle était jeune fille au Mexique, Araceli Ramírez voulait être une artiste. Au lieu de ça, la voici cuisinière dans la luxueuse villa de bobos californiens. Cuisinière, mais aussi femme de ménage et baby-sitter ! C'est que la crise est passée par là, forçant les Torres-Thompson à dire adiós à leur bataillon de domestiques latinos. Aujourd'hui justement, Araceli est inquiète. Cela fait maintenant quatre jours qu'el señor et la señora ont quitté la maison après une dispute, la laissant seule avec les deux petits garçons. Que faire ? Prendre son courage à deux mains et tenter l'aventure dans la jungle de Los Angeles, à la recherche d'un hypothétique grand-père dont elle ignore jusqu'à l'adresse. Mais l'expédition tourne au cauchemar. Perdue dans une ville hostile, accusée de kidnapping par des parents fautifs et affolés, Araceli va découvrir le sort cruel réservé aux barbares, ceux qui ont eu le tort de croire à l'American dream...

  • A l'aube du 18 mars 1955, le paquebot à bord duquel le narrateur était monté quinze jours auparavant à Buenos Aires mettait le cap sur Naples. Il allait avoir vingt-cinq ans lorsqu'il entreprit ce voyage - qu'il voulait sans retour - les poches vides, mais fort d'une double conviction : son destin l'attendait en Europe, et - c'était là sa devise - pour tenir debout, il fallait apprendre à tomber. "Auto-fiction" d'un moraliste autant que récit picaresque peuplé de personnages hors du commun, ce livre nous entraîne des bas-fonds de Naples à Rome, où l'auteur fait longtemps l'expérience de la faim ; de l'Espagne noire de Franco - où il restera quelques années, toujours talonné par la misère - à Paris où il éprouve que le voyage, enfin, s'achève. Sans soupçonner qu'un autre l'y attendait qu'il effectuera à son insu : le lent passage de sa langue d'enfance à celle de son pays d'élection. Et tout au long de ce parcours, les figures tutélaires de la vie d'un homme se redressent, éveillées par les soleils de sa mémoire.

  • Comme on peint une fresque vive où l'exact se mêle au songe, Hector Bianciotti poursuit son Odyssée. Est-ce l'heure du retour vers le pays de sa première naissance, vers la plaine argentine qu'un jeune homme aventureux avait quittée quarante ans plus tôt ? Ou est-ce l'heure qu'interroge la vie, légère, dansée, mélancolique - écrite comme en un rêve ? Heureux celui qui est parti : sa famille l'accueille, Armando et les siens, les soeurs, quelques voisins. Une nation fête son enfant, qui fit ailleurs sa vie.
    De ces jours étranges, comme de ces autres moments forts de la mémoire ressuscitée, Hector Bianciotti donne un récit que berce l'émotion. On croise au fil des pages des visages déchirés, renaissants, somptueux : Nilda la jeune morte, mariée puis déchue, assassinée peut-être ; Hector Ramirez, ce double qu'on voudrait si proche et qui s'échappe de page en page : Hervé Guibert, qui sait la mort, et l'écrit ; Borges, le maître aveugle, l'ami.
    Et encore, Cumiana, village de naissance du père en Italie, Genève, les paysages du Tessin, autant de lieux où Hector Bianciotti nous importe, homme aux mille facettes dont nous suivons la trace sur les chemins magiques du passé... Comme la trace de l'oiseau dans l'air.
    Hector Bianciotti est né en Argentine le 18 mars 1930. Comme la trace de l'oiseau dans l'air est son cinquième livre écrit en français après Sans la miséricorde du Christ (Prix Femina 1985), Seules les larmes seront comptées (1989), Ce que la nuit raconte au jour (Prix de la Langue de France 1992) et Le pas si lent de l'amour (1995). Hector Bianciotti a obtenu le Prix Prince Pierre de Monaco en 1993.

  • La guerre a jeté sur la route les habitants du village et la petite Afi s'est perdue. Heureusement, elle rencontre un vieil homme plein de bonté. Sans doute un magicien... Il lui donne un tambour. Alors, l'histoire d'Afi se terminera très bien !
    (Bénin)

empty