Henri Dorion

  • De plus en plus au Québec et au Canada, on s'intéresse à la Russie qui, après les difficiles lendemains de la chute du régime soviétique et de la désintégration de l'URSS, reprend maintenant sa place sur l'échiquier mondial. Tant sur le plan de l'enseignement et de la recherche universitaires que sur celui de la coopération internationale gouvernementale et privée, les relations entre le Québec et le Canada, d'une part, et la Russie, d'autre part, profitant de cette conjoncture, se développent rapidement.



    Le présent ouvrage se veut une contribution à une meilleure connaissance réciproque de ces régions en présentant cent sujets de comparaison dans des domaines aussi différents que la géographie, l'histoire, l'économie, la culture, les institutions. La méthode comparative se justifie par le fait que, pour le lecteur, la connaissance des données relatives à son pays constitue une base utile à la compréhension des phénomènes de l'autre région. Les textes étant bilingues, ils pourront subsidiairement servir à une familiarisation interlinguistique.

  • Henri Dorion et Jean-Paul Lacasse ont examiné à la loupe les nombreuses incertitudes qui concernent le territoire québécois, tant au plan de son contenant que de son contenu. Les statuts incertains de la côte du Labrador, du golfe du Saint-Laurent et des îles littorales du Nunavik font du Québec le territoire le moins précisément délimité de l'Amérique. Si ces régions constituent les principaux sujets horizontaux de l'ouvrage, la dimension verticale des pouvoirs est aussi traitée, comme les interventions des gouvernements fédéral et provincial sur le territoire en vertu de leurs compétences respectives.
    À la frontière du droit, de la politique et de la géographie, les auteurs ont voulu mettre sur la table des questions importantes qui impliquent aussi les communautés autochtones, la population en général de même que les entreprises de développement des ressources. Les auteurs se trouvent à rappeler aux autorités du Québec qu'il leur incombe une grande responsabilité : celle d'imaginer, pour les nombreuses incertitudes qui font l'objet de cet ouvrage, des solutions plus précises et stables que l'éternel statu quo.
    Titulaire d'une licence en droit et d'une maîtrise en géographie, Henri Dorion s'intéresse depuis plus de 50 ans à la question des frontières. Après avoir publié La frontière Québec-Terreneuve. Contribution à l'étude systématique des frontières, il a présidé la Commission d'étude sur l'intégrité du territoire du Québec de 1966 à 1972. Il est aussi l'auteur de Éloge de la frontière et de nombreux articles sur les questions territoriales.
    Maître ès Arts en géographie, docteur en droit et avocat, Jean-Paul Lacasse est professeur émérite à la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa. Il a aussi oeuvré à divers titres auprès des milieux gouvernementaux, des affaires, de l'administration universitaire et des communautés autochtones. Auteur de nombreux ouvrages et articles, M. Lacasse a été secrétaire de la Commission d'étude sur l'intégrité du territoire du Québec.

  • Les attraits touristiques d'une ville ou d'une région sont souvent définis par leur offre d'activités culturelles ou sportives, mais la beauté des lieux, sa nature et son caractère distinctif sont des incontournables lorsque vient le temps, par exemple, de choisir une destination vacances. Pour profiter pleinement de ce qu'une ville ou une région ont à offrir, les belvédères, qu'ils soient naturels ou aménagés, surprennent, impressionnent et émeuvent. Mais au-delà du plaisir des yeux, ces observatoires participent à la mise en valeur et à la préservation des paysages. Voilà pourquoi Continuité a voulu leur consacré un dossier. Ailleurs dans ce numéro, des projets de conversion intéressants au coeur du patrimoine industriel de Shawinigan, la restauration de l'église Saint-Damase, dans la Matapédia, et une chronique sur l'évaluation d'un bâtiment ancien, entre autres.

  • Ce numéro de printemps porte sur un sujet fascinant et pittoresque : la toponymie, livre ouvert sur la petite et la grande histoire d'une région. Les noms des villages, des lacs, des rivières, des routes et des rangs forment une toponymie unique qui permet de parcourir l'âme et la tradition orale de la Gaspésie. Magazine Gaspésie se propose de lever le voile sur l'origine de toutes ces appellations qu'elle soit amérindienne, particulièrement mi'gmaq, française ou britannique. Certaines dénominations sont plutôt baroques : à vous de découvrir ce qui se cache derrière la « craque-à-Madame-Chauvin »! Quelles sont les originalités de la toponymie gaspésienne par rapport au reste du Québec? Que dit-elle sur la mémoire collective particulière de la région? Au-delà des noms officiels existent également une pléthore d'expressions locales que le rédacteur Jean-Marie Fallu et plusieurs autres auteurs se plaisent à lister et à décrypter. Douze articles composent ce grand dossier.

  • Saviez-vous que deux peuples différents portent exactement le même nom, les Avars, et que les matriochkas, ces poupées gigognes très russes, sont venues du Japon au début du siècle ? Voulez-vous savoir ce que mangent les Caucasiens ou avoir une liste de plus de 150 partis et mouvements politiques de Russie ? Connaissez-vous un dictionnaire qui vous dira ce qu'est un kormlenchtchik, un assomtavrouli ou un bountchouk ?
    Le Russionnaire saura vous répondre. Cet ouvrage couvre, à la manière d'un diction­naire encyclopédique, une large gamme d'aspects des réalités russes et soviétiques, tant historiques qu'actuelles. Il définit plus de 3 500 termes et expressions et en donne l'équivalent en langue russe.

empty