Langue française

  • Mexique, janvier 1994, le jour même de l´entrée en vigueur de l´Accord de libre-échange nord-américain, le claquement des fusils de l´Armée zapatiste de libération nationale rappelait que ce pays avait été le théâtre d´une des premières révolutions du xxe siècle. La richesse idéologique et politique du Mexique révolutionnaire de 1910-1917 marque de son empreinte la conscience de celles et de ceux qui luttent aujourd´hui pour améliorer leur sort.
    Le Mexique est un pays où les recettes néolibérales les plus brutales sont imposées par un État mafieux, avec l´appui des États-Unis, au prix d´une militarisation croissante de la société - l´une des causes du juvénicide et du féminicide qui dévastent des communautés entières. Cependant, les mobilisations en cours, notamment parmi les peuples autochtones, les femmes, les salariés, les paysans et les émigrés, dont la détermination n´a d´égal que le courage, puisent dans l´expérience et la mémoire d´un siècle de batailles contre l´oppression, tout en ne cessant d´inventer de nouvelles formes de lutte contre les oligarchies économiques et politiques ainsi que le terrorisme d´État.
    Le Mexique d´hier et d´aujourd´hui est un ouvrage de référence pour comprendre ce pays, ses rapports sociaux ethniques de classe et de sexe, ainsi que sa soumission au capitalisme mondial, particulièrement à celui des États-Unis. Surtout que le Mexique est à la croisée des chemins...

  • A la fois théoricien marxiste, pionnier du mouvement panafricaniste, nationaliste noir, indépendantiste antillais, écrivain, critique littéraire et spécialiste de criquet, C.L.R. James est l'un des grands penseurs du XXe siècle, mais son oeuvre est injustement trop peu connue, surtout des francophones.
    En 1935, James anime le mouvement contre l'invasion de l'Ethiopie par l'armée de Mussolini. Il est doublement concerné par cette guerre, comme Noir et comme socialiste internationaliste. Il dirige alors l'International African Friends of Ethiopia et mène une lutte passionnée dans la gauche britannique contre cette guerre. Deux ouvrages, publiés respectivement en 1937 et 1938, témoignent de sa recherche d'une orientation nouvelle entre marxisme et libération noire : World Revolution, une histoire de l'Internationale communiste, et surtout son chef-d'oeuvre, Les jacobins noirs, qui retrace l'histoire de la première révolution victorieuse des esclaves, dirigée par Toussaint Louverture, contre le pouvoir à Saint-Domingue (Haïti et République dominicaine).
    Inaccessibles en français, les textes réunis dans Emancipation, guerre et révolution s'adressent à la question noire aux Etats-Unis. C.L.R. James y analyse des conditions de l'abolition de l'esclavage et le rôle des Noirs dans la radicalisation du mouvement abolitionniste, ce qui allait façonner la jeune démocratie états-unienne. Il nous plonge dans une discussion politique sur le mouvement noir confronté à la Seconde Guerre mondiale et son attitude durant le conflit. Il discute du projet de création d'un Etat noir dans le sud des Etats-Unis. Surtout, il explique pourquoi il est nécessaire que les opprimés s'auto-organisent, condition sine qua non à la jonction des luttes des Afro-Américains pour leurs droits avec celles du mouvement ouvrier.
    Révolutionnaire, James dessine le contenu d'une politique d'émancipation qui articule
    Les questions de race et de classe, de la libération nationale et du socialisme. Nourri de son expérience personnelle et de discussions avec les révolutionnaires, notamment avec Trotsky (discussions publiées en annexe de ce livre), C.L.R. James nous offre une réflexion sur des questions qui agitent encore nos sociétés : le rôle du racisme certes, mais aussi les voies et les moyens de l'auto-organisation des opprimés dans leur quête d'émancipation.

empty